Alors que le deuxiĂšme tour des Ă©lections prĂ©sidentielles autrichiennes du 22 mai 2016 a Ă©tĂ© invalidĂ© et doit ĂȘtre recommencĂ© le 2 octobre 2016, les sondages peinent toujours Ă  dĂ©partager les deux candidats.

Un mois avant le deuxiĂšme tour des Ă©lections prĂ©sidentielles devant opposer une nouvelle fois le candidat patriote Norbert Hofer (FPÖ) au candidat indĂ©pendant soutenu par le parti Ă©cologiste et membre de celui-ci Alexander Van der Bellen, un sondage rĂ©alisĂ© par l’analyste Peter Hajek pour la chaĂźne de tĂ©lĂ©vision ATV auprĂšs de 700 Ă©lecteurs, avec une marge d’erreur maximale de 3,7 %, indique que depuis le deuxiĂšme tour des Ă©lections prĂ©sidentielles annulĂ©, « la plupart des Ă©lecteurs ont une image claire et inchangĂ©e des candidats. »

L’Autriche a besoin de sĂ©curité : Norbert Hofer prĂ©sident.

L’Autriche a besoin de sĂ©curité : Norbert Hofer prĂ©sident.

Ces derniers sont donnĂ©s, comme en mai 2016, au coude-Ă -coude. Van der Bellen marque avant tout des points auprĂšs des « élites » urbaines et Hofer d’abord dans les campagnes. Van der Bellen est plus populaire parmi les plus jeunes et Hofer parmi les plus ĂągĂ©s. Van der Bellen attire lĂ©gĂšrement plus de femmes et Hofer un peu plus d’hommes. Les Ă©lecteurs ne montrent pas de fatigue Ă©lectorale : 75 % se disent certains d’aller voter et 83 % en sont plus ou moins certains (lors du premier deuxiĂšme tour, la participation a Ă©tĂ© de 72,7 %). L’étude d’opinion donne Van der Bellen Ă  51 % et Hofer 49 % alors que des sondages rĂ©alisĂ©s en aoĂ»t 2016 placent Norbert Hofer en tĂȘte.

Les deux candidats sont une nouvelle fois au coude-Ă -coude et l’élĂ©ment qui dĂ©terminera probablement le plus l’issue du scrutin sera la capacitĂ© des candidats Ă  mobiliser leurs Ă©lecteurs respectifs.

 

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Lionel Baland

Écrivain et journaliste belge francophone (http://lionelbaland.hautetfort.com). Il parle le nĂ©erlandais (flamand), l’allemand et l’anglais. Il a travaillĂ© dans les parties francophone, nĂ©erlandophone et germanophone de la Belgique ainsi qu’aux Pays-Bas et a vĂ©cu en Allemagne. Il est l’auteur de trois livres : LĂ©on Degrelle et la presse rexiste, Éditions DĂ©terna, Paris, 2009 ; Jörg Haider, le phĂ©nix. Histoire de la famille politique libĂ©rale et nationale en Autriche, Éditions des Cimes, Paris, 2012 et Xavier de Grunne. De Rex Ă  la RĂ©sistance, Godefroy de Bouillon, Paris, 2017.

Articles similaires