DĂ©confiture, telle pourrait ĂȘtre l’enseigne gĂ©nĂ©rique de tout ce que nous sommes en train de vivre et revers de la mĂ©daille du systĂšme nĂ©olibĂ©ral qui nous gouverne.

Prenez ce deuxiĂšme tour des Ă©lections municipales. C’est la confusion totale sur fond de disparition du politique. Il n’y aura rien Ă  tirer de ces Ă©lections pour la bonne raison qu’elles se feront Ă  la tĂȘte du client. C’est la raison pour laquelle on a pu assister aux alliances les plus improbables au dĂ©triment, il faut le souligner, de La RĂ©publique en marche (LREM) et du Rassemblement national. Normal, Ă©tant entendu que ces deux partis n’ont aucun ancrage municipal, ou bien si peu. Ca va donc se jouer Ă  la tĂȘte du client. Leur donner une signification sera difficile Ă  une exception prĂšs : le taux d’abstention. Les Français votent de moins en moins de sorte qu’on se demande ce qui est encore dĂ©mocratique dans ce pays.

DĂ©confiture Ă©galement dans les domaines rĂ©galiens de l’État. La police tout d’abord avec Ă  sa tĂȘte un incompĂ©tent notoire, le socialiste Christope Castaner. DĂ©sordre des missions oĂč l’on demande aux pandores de taper sur les Gilets jaunes quand l’extrĂȘme gauche, via les Black Blocs, vaque Ă  ses traditionnelles occupations en cassant tout sur son passage. Ajoutons Ă  cela la trouille de l’islam, radical ou pas, et laxisme intĂ©gral Ă  l’égard des courants communautaires comme celui des Noirs qui nous accusent, nous les Blancs, les Franchouillards, de racisme quand leurs dĂ©biles chanteurs de conneries diverses et variĂ©es sur des musiques qui n’en sont pas, de se mettre des millions d’euros dans les fouilles. Ils viennent d’inventer le commerce du racisme, comme cette Assa TraorĂ© qui joue les Angela Davis du pauvre, tout en montant son petit commerce de vĂȘtement aprĂšs avoir travaillĂ© chez les Rothschild qui ne l’ont pas vraiment exploitĂ©. Ce serait franchement risible si ce gouvernement, aprĂšs bien d’autres, ne baissait pas son froc. Mais Castaner est socialiste et comme tel, il a une pratique aigĂŒe du masochisme. Pourtant, dans sa jeunesse, quand il frĂ©quentait les malfrats, la flagellation n’était pas Ă  l’ordre du jour. Le pire dans cette affaire, c’est Macron lui-mĂȘme et sa meuf qui reçoivent Ă  l’ElysĂ©e les racailles noirs qui viennent, comme chacun sait, enrichir notre civilisation.

DĂ©confiture Ă©galement en matiĂšre de justice. On apprend que les magistrats n’en font qu’à leur tĂȘte et que certains d’entre eux ont dĂ©cidĂ© de poursuivre de leur vindicte les politiques notamment – bizarre, bizarre – Nicolas Sarkozy et François Fillon. Ce n’est pas tout, et cela ne date pas d’aujourd’hui, la police ne cesse de se plaindre du laxisme des magistrats qui remettent en libertĂ© les malfrats, pas vraiment d’origine celtique, arrĂȘtĂ©s le matin mĂȘme. Outre le fait que la justice manque de moyens, on ne peut que s’interroger sur son impartialitĂ© quand elle enfonce, aussi, le petit commerçant qui a tirĂ© sur son voleur.

N’ouvrons pas le dossier en dĂ©confiture de l’Éducation nationale, le pauvre Blanquer est Ă  la tĂȘte d’un bateau ivre.

Toutes ces dĂ©confitures ont deux points en commun qui dĂ©structurent et dĂ©sorganisent la sociĂ©tĂ© française : l’économie libĂ©rale poussĂ©e Ă  son excĂšs et l’immigration. Or, les deux sont concomitants. L’économie libĂ©rale se nourrit de l’immigration quand  l’immigration accentue le communautarisme. Difficile dans ces conditions de sortir du tunnel.

Article paru sur le site SynthĂšse nationale.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Patrick Parment

Journaliste professionnel, directeur du « Journal du Chaos ». Animateur de l'Ă©mission « Artisans de France » sur TVLibertĂ©s avec Pierre Chabot. A collaborĂ© Ă  « L'islamisation de la France. Fantasme ou rĂ©alitĂ© ? » (Éditions de L'Æncre, 2015). Il vient de publier un « Guide sulfureux du Paris “rĂ©ac & facho” » (Éditions SynthĂšse nationale).

Articles similaires