Quelques jours aprÚs les élections européennes, les Danois votaient une nouvelle fois, le 5 juin 2019, pour choisir leurs 179 députés du Folketing, leur Assemblée nationale. Ces législatives ont vu la victoire des sociaux-démocrates qui gouverneront le Danemark avec les Verts.

Le fait marquant du scrutin reste l’effondrement du Parti du peuple danois (DF) qui, Ă  8,73 %, perd 12,4 points et vingt et un siĂšges pour n’en conserver que seize. Ce mauvais rĂ©sultat confirme et amplifie le scrutin europĂ©en au cours duquel le parti de Kristian Thulesen Dahl n’a obtenu que 10,76 % et gardĂ© qu’un unique siĂšge au Parlement europĂ©en qui rejoint le nouveau groupe IdentitĂ© et DĂ©mocratie composĂ© par les euro-Ă©lus du RN et de la Lega.

La dĂ©route du DF s’explique d’abord par la prĂ©sence de deux autres listes concurrentes. CrĂ©Ă©e en 2015 par des dissidents du Parti populaire conservateur, la Nouvelle Droite rĂ©alise 2,36 % et gagne quatre siĂšges. Son prĂ©sident, Pernille Vermund, pourra utiliser cette tribune publique pour dĂ©fendre sa vision Ă©conomique libertarienne, conspuer la mollesse supposĂ©e des politiques anti-immigration appliquĂ©es par les gouvernements de droite avec l’assentiment du DF, et proposer la sortie de Copenhague de l’Union europĂ©enne. LancĂ©e en 2017 par l’avocat mĂ©diatique Rasmus Paludan, la Ligne dure ne recueille que 1,8 % et aucun Ă©lu. Tenant des positions ethno-nationalistes, identitaires, libĂ©rales et Ă  1 000 % anti-islam, son fondateur, proche des nĂ©o-conservateurs occidentalistes, a l’habitude de brĂ»ler en public des exemplaires du Coran. On attend qu’il fasse de mĂȘme avec la DĂ©claration des droits de l’homme ou un quelconque bouquin fĂ©ministe


Le Parti du peuple danois a commis l’erreur stratĂ©gique de se focaliser sur la seule immigration au point que son discours a Ă©tĂ© rĂ©cupĂ©rĂ© par l’ensemble des formations politiques dont les sociaux-dĂ©mocrates qui feraient maintenant passer Jordan Bardella pour un auxiliaire zĂ©lĂ© des ONG pro-migrants
 Ce net recul sonne comme un avertissement au moment oĂč rĂ©apparaĂźt en France ce serpent de mer qu’est la soi-disant « union des droites ». Se contenter de refuser un destin de Tiers-Monde Ă  la France tout en professant par ailleurs des lubies libĂ©rales conduit tĂŽt ou tard au dĂ©clin Ă©lectoral et Ă  l’échec politique.

Il est au contraire primordial d’associer le dĂ©fi identitaire (la lutte indispensable contre l’immigration sauvage) Ă  l’impĂ©ratif Ă©cologique (au nom de l’enracinement charnel et de l’indĂ©pendance Ă©nergĂ©tique) ainsi qu’aux enjeux Ă©conomiques. Refuser la mondialisation et le Diktat des banksters implique de concevoir une troisiĂšme voie Ă©conomique et sociale qu’on peut qualifier de « solidariste » ou de « justicialiste ».

Faire des travailleurs les coresponsables de leur entreprise par des formules d’intĂ©ressement, de participation et de cogestion renforcerait le pilier socio-Ă©conomique d’un mouvement politique radical et dĂ©montrerait ainsi ses intentions ouvertement rĂ©volutionnaire-conservatrices.

Bonjour chez vous !

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99