Sous le titre « Des faits plutĂŽt que des mythes », l’Organisation suisse d’aide aux rĂ©fugiĂ©s (OSAR) publie une sĂ©rie de fiches thĂ©matiques hebdomadaires, en collaboration avec le RĂ©seau suisse de jeunes chercheurs et chercheuses en Ă©tudes des migrations. « Les dĂ©bats publics sur l’asile et la migration sont souvent empreints de mythes et d’opinions, sans que soit prise en considĂ©ration la rĂ©alitĂ© des faits », nous dit l’OSAR, aussi publie-t-elle ces documents « afin de dĂ©construire ces mythes et Ă©clairer le dĂ©bat sur l’asile et la migration en fournissant des informations objectives ».

Si une partie de ces fiches sont en effet informatives, dans d’autres au contraire l’OSAR cultive le dĂ©ni de la rĂ©alité et rĂ©pand une propagande pro-migrants :

« Ils vivent sur notre dos »

Ce document nous explique qu’il faut assister les rĂ©fugiĂ©s afin de les aider Ă  atteindre une hypothĂ©tique indĂ©pendance financiĂšre.

Une procĂ©dure semĂ©e d’embĂ»ches pour les mineur-e-s non-accompagnĂ©-e-s

Pas un mot sur le problĂšme des abus, c’est-Ă -dire des trĂšs nombreux majeurs qui mentent sur leur Ăąge afin de bĂ©nificier des avantages rĂ©servĂ©s aux mineurs.

RequĂ©rant-e-s d’asile dĂ©boutĂ©-e-s en prison. Mais Ă  quoi bon ?

(Wieso eigentlich – on pourrait aussi traduire : Pourquoi, au juste ?) RĂ©ponse Ă©vidente : la dĂ©tention administrative sert Ă  empĂȘcher qu’un requĂ©rant dĂ©boutĂ© ne cherche Ă  disparaĂźtre dans la nature pour Ă©viter le renvoi. Eh bien non : le document censĂ© « éclairer le dĂ©bat en fournissant des informations objectives » n’aborde pas cet aspect. La question posĂ©e en titre n’était qu’une formule de rhĂ©torique.

Les réfugié-e-s comme «chevaux de Troie» du terrorisme islamiste?

« l’écrasante majoritĂ© des individus ayant commis des attaques terroristes djihadistes en Europe depuis 2014 sont des immigrant-e-s de deuxiĂšme gĂ©nĂ©ration et des converti-e-s, le nombre de personnes issues du domaine de l’asile Ă©tant nĂ©gligeable. » – Cette minoritĂ© « nĂ©gligeable » a tout de mĂȘme fait de nombreux morts si mes souvenirs sont bons. Il reste Ă  espĂ©rer que les contrĂŽles aux frontiĂšres se soient amĂ©liorĂ©s depuis 2015, maintenant que les combattants de l’EI cherchent Ă  se transformer en pauvres rĂ©fugiĂ©s (menacĂ©s dans leur pays, forcĂ©ment).

Une « clĂŽture intelligente » sur une route dĂ©serte

« Les contrĂŽles aux frontiĂšres, les opĂ©rations policiĂšres dans la rĂ©gion frontaliĂšre et la poursuite de la propagande anti-rĂ©fugiĂ©s ont Ă©tĂ© renforcĂ©s en Hongrie depuis une annĂ©e. Cette attitude repose entiĂšrement sur la peur d’une invasion d’étrangĂšres et d’étrangers et vise, par tous les moyens, Ă  empĂȘcher les personnes en quĂȘte de protection de demander l’asile. Cet argent serait mieux dĂ©pensĂ© s’il Ă©tait versĂ© en faveur de l’intĂ©gration. » (Photo : des migrants qui passent sous les barbelĂ©s.)

Rappelons que la clĂŽture Ă©rigĂ©e par la Hongrie (maintenant imitĂ©e par d’autres pays) sert d’abord Ă  empĂȘcher l’immigration incontrĂŽlĂ©e, par la frontiĂšre verte, et Ă  protĂ©ger ainsi l’Union europĂ©enne et non seulement la Hongrie. D’autre part, il est douteux que les sommes consacrĂ©es Ă  construire la clĂŽture auraient suffi pour favoriser l’intĂ©gration des migrants.

L’interprĂ©tariat dans le domaine de l’asile n’est pas une question mineure

Ici, hĂ©las, aucune raison de mettre en doute l’information fournie par la fiche : suite Ă  la rĂ©vision de la loi sur l’asile, il y aura un recours accru aux interprĂštes – dont il faudra payer le travail, et mĂȘme la formation.

Retour sur la notion de passeur

Aimable dissertation sur le thĂšme « Il y a aussi des passeurs gentils ». – Cela n’empĂȘche pas qu’il faut lutter contre les passeurs criminels : ceux qui attendent que leur bateau soit surchargĂ© sinon ce n’est pas assez rentable ; ceux qui cassent les prix les jours oĂč la mer est dangereuse afin d’avoir tout de mĂȘme des clients (c’est ainsi qu’est mort le petit Aylan) ; ceux qui forcent leurs clients Ă  embarquer mĂȘme par gros temps ; etc. Quant aux passeurs bien intentionnĂ©s, mais qui n’en agissent pas moins contre la loi (et contre l’intĂ©rĂȘt de leur pays), l’article laisse entendre qu’ils seront peut-ĂȘtre rĂ©habilitĂ©s dans quelques dĂ©cennies. Cette comparaison avec la deuxiĂšme guerre mondiale est trompeuse, car aujourd’hui la plupart des personnes voulant franchir illĂ©galement les frontiĂšres sont de faux rĂ©fugiĂ©s.

Fiction européenne sur la réalité en Afghanistan

Le document rappelle que l’Afghanistan n’est pas un pays sĂ»r en raison des nombreuses attaques des Talibans et de Daesh contre l’Etat (police, armĂ©e, justice) et contre des civils. L’Iran et le Pakistan ne s’acquittent pas de leurs obligations humanitaires et ils incitent ou forcent les rĂ©fugiĂ©s afghans Ă  rentrer dans leur pays. – Mais est-il normal que ce soient l’Europe et la Suisse, Ă  6000 km de lĂ , qui doivent prendre le relais ?

Une islamisation de la Suisse avec l’arrivĂ©e des rĂ©fugiĂ©-e-s?

(La photo à elle seule est déjà une manipulation)

« Dans le dĂ©bat public, il est commun d’entendre que le nombre de musulman-e-s vivant en Suisse augmente fortement avec l’arrivĂ©e des rĂ©fugiĂ©-e-s. Dans les faits, ce discours surestime considĂ©rablement la proportion de musulman-e-s parmi les requĂ©rant-e-s d’asile, la part de l’asile par rapport Ă  l’immigration totale et la proportion de musulman-e-s dans la population. » [
] « Dans ce contexte, il n’est pas surprenant que la part de la population de confession musulmane en Suisse soit restĂ©e relativement stable depuis le dĂ©but des annĂ©es 2000 pour s’établir aujourd’hui autour de 4,9 %. Pour l’avenir, des projections tablent sur une proportion de 7,6 % de la population totale en 2050 compte tenu de l’immigration et de l’accroissement naturel. La perspective d’une «islamisation» de la Suisse en raison de l’arrivĂ©e de rĂ©fugiĂ©-e-s ne rĂ©siste donc pas Ă  une analyse fondĂ©e sur des critĂšres scientifiques. »

D’accord sur le fait que le risque d’islamisation est liĂ© Ă  l’immigration en gĂ©nĂ©ral et non aux seuls rĂ©fugiĂ©s. L’OSAR se focalise sur les rĂ©fugiĂ©s (c’est son job), et nous sur les immigrants et les musulmans. Le nombre des enfants musulmans a dĂ©jĂ  dĂ©passĂ© celui des enfants chrĂ©tiens dans des villes anglaises comme Birmingham (deuxiĂšme ville du pays), dans de nombeuses villes allemandes et dans les Ă©coles primaires de la capitale autrichienne. La tendance va se poursuivre en raison de la plus forte natalitĂ© des musulmans et la Suisse sera concernĂ©e Ă  son tour. Un article de 2014 signalait dĂ©jĂ  les progrĂšs de l’islamisation en Allemagne.

Cenator, 22 octobre 2017.

Article paru sur le site LesObservateurs.ch.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.