L’ONG Proactiva Open Arms aura donc gagnĂ© son bras de fer juridique contre Matteo Salvini. Son navire, Open Arms, qui compte Ă  son bord 147 clandestins, s’était vu refuser dĂ©but aoĂ»t l’accĂšs aux ports italiens par un dĂ©cret spĂ©cial du ministre de l’IntĂ©rieur italien. A l’issue d’une intense offensive mĂ©diatique – l’acteur Richard Gere Ă©tant venu se mettre en scĂšne, quelques jours auparavant, sur le pont du navire – et juridique, l’ONG est sortie victorieuse du recours administratif qu’elle avait prĂ©sentĂ©, visant Ă  suspendre le dĂ©cret. Ayant jetĂ© l’ancre au large de l’üle de Lampedusa, l’Open Arms pourrait donc ĂȘtre autorisĂ© Ă  accoster sur les cĂŽtes italiennes sous peu. Dans l’attente d’un port dĂ©signĂ© par les autoritĂ©s italiennes, l’organisation a dĂ©clarĂ© ne pas souhaiter forcer son accostage comme l’avait fait au mois de juin le Sea-Watch III.

Alors que la complicitĂ© entre plusieurs ONG et les passeurs libyens a Ă©tĂ© mise en Ă©vidence par de nombreuses enquĂȘtes, les magistrats italiens s’opposent coĂ»te que coĂ»te aux mesures de fermetĂ© prise par Matteo Salvini. La trĂšs forte baisse des clandestins morts dans la MĂ©diterranĂ©e ne semble pas un argument de poids aux yeux des Ă©lites immigrationnistes. Cette bataille entre Salvini et les magistrats italiens se double dĂ©sormais du conflit opposant la Lega Ă  ses anciens alliĂ©s du Mouvement Cinq Etoiles (M5S).

Une question cruciale

En effet, la question migratoire est dĂ©sormais au cƓur de la lutte de pouvoir entre Matteo Salvini et le Premier ministre italien Giuseppe Conte. Ce dernier a pu mettre Ă  son crĂ©dit l’offre d’accueil des clandestins de l’Open Arms, faite par six pays europĂ©ens : l’Allemagne, la Roumanie, le Portugal, l’Espagne, le Luxembourg et, bien entendu, la France. Conte a pu s’appuyer sur sa ministre de la DĂ©fense, Elisabetta Trenta, qui Ă©tait techniquement en mesure de bloquer le nouveau dĂ©cret proposĂ© par Salvini Ă  la suite de la suspension du premier texte. Elle s’est ainsi fĂ©licitĂ©e « de ne pas signer le nouveau dĂ©cret du ministre de l’IntĂ©rieur destinĂ© Ă  empĂȘcher l’entrĂ©e, le transit et l’arrĂȘt dans les eaux territoriales du bateau de l’ONG Open Arms ».

Cet imbroglio politico-judiciaire risque de fragiliser le message de fermetĂ© envoyĂ© par Matteo Salvini aux passeurs – avec l’appui tacite du gouvernement maltais, pourtant socialiste – et relancer le trafic dans les eaux mĂ©diterranĂ©ennes. L’Ocean Viking, affrĂ©tĂ© par SOS MĂ©diterranĂ©e et MĂ©decins sans frontiĂšres, avec Ă  son bord plus de 350 clandestins, pourrait ainsi profiter de la confusion. Salvini a rappelĂ© avec bon sens que faire preuve d’« humanitĂ© ne signifie pas aider les trafiquants et les ONG », lesquelles multiplient les opĂ©rations « taxis » comme l’avait prouvĂ© il y a peu de temps une vidĂ©o de l’agence europĂ©enne Frontex. Quant aux politiques europĂ©ens, ils continuent dans leur grande majoritĂ© Ă  soutenir une politique d’accueil d’autant plus irresponsable que la crise dĂ©mographique africaine ne cesse de s’aggraver.

Article publié dans les colonnes du quotidien Présent.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99