« Les quelques privilĂ©giĂ©s qui connaissaient l’existence
du Bureau des Projets Spéciaux du général SS Kammler,
admettaient qu’il constituait l’instrument
d’étude et de mise au point le plus avancĂ© du IIIe Reich »

Entretien avec Louis-Christian Gautier, auteur de Le secret de l’anti-gravitĂ©. À l’ombre du IIIe Reich et de la Nasa (Ă©ditions Dualpha)

(Propos recueillis par Fabrice Dutilleul).

Louis-Christian Gautier, Le secret de l’anti-gravitĂ©. À l’ombre du IIIe Reich et de la Nasa (Ă©ditions Dualpha).

Louis-Christian Gautier, Le secret de l’anti-gravitĂ©. À l’ombre du IIIe Reich et de la Nasa (Ă©ditions Dualpha).

Vous abordez un sujet dĂ©licat : l’appropriation par les AmĂ©ricains et les SoviĂ©tiques des savants du IIIe Reich Ă  la fin de la IIe Guerre mondiale


Il n’y a pas qu’eux : Britanniques et Français se sont aussi « servis ». Tous les AlliĂ©s s’emparĂšrent des savants du IIIe Reich et s’appropriĂšrent ainsi tous leurs travaux, recherches
 et dĂ©couvertes ! Parmi ces prises de guerre figuraient les recherches sur la gravitĂ©, effectuĂ©es par le gĂ©nĂ©ral SS Hans Kammler qui rendait compte directement et uniquement au ReichfĂŒhrer de l’Ordre noir Heinrich Himmler.

Comment avez-vous été amené à écrire ce livre ?

À la demande du rĂ©dacteur en chef de la dĂ©funte revue Aventures de l’Histoire. C’est un fouineur qui m’a adressĂ© un ouvrage qu’il s’était procurĂ© je ne sais comment, dont le titre pourrait approximativement se traduire par : « À la recherche du point zĂ©ro, le pĂ©riple d’un homme pour dĂ©couvrir le plus grand des secrets depuis l’invention de la bombe atomique. » Si, dans mon adolescence, je prenais un certain plaisir Ă  la lecture des romans de science-fiction – en particulier ceux de Peter Randa, pĂšre de mon Ă©diteur auquel j’en profite pour rendre hommage – je suis devenu depuis un historien « pur et dur », et c’est d’abord en rechignant que j’ai entrepris de traduire le document de rĂ©fĂ©rence, mais je ne prends pas parti au sujet des thĂ©ories exposĂ©es.

Les chercheurs américains refusaient de reconnaßtre cette science révolutionnaire


En effet, les Nationaux-socialistes eurent une approche de la science et de l’ingĂ©nierie totalement diffĂ©rente de celle des autres, car leur idĂ©ologie Ă©tait Ă©galement basĂ©e sur une vision du monde diffĂ©rente.

La gravitĂ© constitue la plus importante source d’énergie potentielle. Un engin qui l’utiliserait pourrait atteindre la vitesse de la lumiĂšre. Les AmĂ©ricains ont-ils maĂźtrisĂ© toutes les technologies tombĂ©es entre leurs mains ? C’est ce que chercha Ă  savoir le Britannique Nick Cook, journaliste aĂ©ronautique rĂ©putĂ©. Son enquĂȘte le mena ainsi jusqu’aux terribles camps de concentration qui furent en quelque sorte le « moteur » de la production de cet « État dans l’État », comme Speer avait qualifiĂ© la SS. C’est en leur sein que travailla le Bureau des Projets SpĂ©ciaux du gĂ©nĂ©ral Kammler. Les quelques privilĂ©giĂ©s qui en connaissaient l’existence admettaient qu’il constituait l’instrument d’étude et de mise au point le plus avancĂ© du IIIe Reich. Pour le constituer, on avait Ă©crĂ©mĂ© tout ce que le pays possĂ©dait comme chercheurs de haut niveau, sans se prĂ©occuper s’ils avaient ou non des liens avec le Parti. Une fois recrutĂ©s, ceux-ci Ă©taient soumis Ă  un secret rigoureux et leurs activitĂ©s protĂ©gĂ©es par des spĂ©cialistes du contre-espionnage appartenant Ă  la SS.

Au fil de la lecture, on se passionne pour cette vĂ©ritable enquĂȘte policiĂšre


Il faut suivre l’auteur britannique dans l’espace et dans le temps. C’est aussi la personnalitĂ© de celui-ci qui, dans le cadre de la « critique externe » du document, a suscitĂ© mon intĂ©rĂȘt : Nick Cook Ă©tait consultant aĂ©rospatial Ă  la revue Jane’s Defense Weekly. Or, le Jane’s est une rĂ©fĂ©rence internationale en matiĂšre de dĂ©fense et d’armement. Un de ses collaborateurs ne pouvait ĂȘtre un fumiste intĂ©gral. Mais je dis et rĂ©pĂšte que je me refuse Ă  prendre parti : j’ai abordĂ© le sujet d’un point de vue strictement historique.

Vous ne prĂ©tendez donc pas rĂ©vĂ©ler le secret de l’anti-gravité ?

Pas plus que celui des Templiers, ni l’emplacement de leur trĂ©sor, sujets sur lequel j’avais jusqu’alors le plus publiĂ©.

Le secret de l’anti-gravitĂ©. À l’ombre du IIIe Reich et de la Nasa de Louis-Christian Gautier, 216 pages, 23 euros, Ă©ditions Dualpha, collection « VĂ©ritĂ©s pour l’Histoire ». Pour commander ce livre, cliquez ici.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99