Entretien avec Richard Raczynski, auteur de MontsĂ©gur, centre d’un imaginaire cathare, Éditions Dualpha, collection « Grande HiĂ©rophanie », dirigĂ©e par Michel Gaudart de Soulages, 284 pages, 27 euros

(Propos recueillis par Fabrice Dutilleul).

« On ressent aussi les influences
qui façonnĂšrent l’histoire de ces vallĂ©es,
portées par des civilisations
qui vivaient le fait religieux
dĂ©jĂ  d’une maniĂšre trĂšs personnelle »

Pourquoi s’intĂ©resser aux Cathares ?

Mon intĂ©rĂȘt pour les Cathares n’est pas rĂ©cent. J’avais pris antĂ©rieurement beaucoup de plaisir Ă  voyager dans l’AriĂšge durant l’écriture de mon ouvrage sur la FraternitĂ© des Polaires. Des membres de cette structure convergeaient (avant la IIe Guerre mondiale) aux alentours du Pog (pour reprendre le terme de NapolĂ©on Peyrat) de MontsĂ©gur et des ruines du chĂąteau de Lordat afin d’établir un hypothĂ©tique contact, voire de procĂ©der Ă  l’exhumation de reliques historiques inĂ©dites.

Une pĂ©riode qui vit soudainement l’expression d’une forme d’ésotĂ©risme venir s’incarner dans ces paysages mythiques, faisant intervenir un mystĂ©rieux Otto Rahn et toute une galaxie de personnages habitĂ©s par la passion du mystĂšre (Maurice Magre, Jean-MarquĂšs RiviĂšre, Fernand Divoire, Antonin Gadal, la comtesse de Pujol-Murat, DĂ©odat RochĂ©, RenĂ© Nelli).

Une pĂ©riode que le journaliste et Ă©crivain Christian Bernadac dĂ©taillera avec minutie dans Le MystĂšre Otto Rahn – Du catharisme au nazisme (Le Graal et MontsĂ©gur) publiĂ© en aoĂ»t 1978.

Si cette mouvance a effectivement remis le site en lumiĂšre, on peut nĂ©anmoins demeurer quelque peu circonspect devant cette avalanche de thĂ©ories et d’exaltation.

À moins de formuler l’hypothùse d’une suite de connexions pouvant relier des mythes (dont ceux du roi du Monde, du Graal, de Christian Rosenkreutz, de l’Agartha) qui placerait le catharisme au centre d’un cycle.

En clair, les mystÚres ont la vie dure ?

Oui, on pourrait rĂ©sumer cet aspect du sujet par la force de l’imaginaire, dĂ©cuplĂ© ici par l’immensitĂ© des paysages et les forces conjuguĂ©es des Ă©lĂ©ments.

On ressent aussi les influences qui façonnĂšrent l’histoire de ces vallĂ©es, portĂ©es par des civilisations qui vivaient le fait religieux dĂ©jĂ  d’une maniĂšre trĂšs personnelle Ă  l’image du priscillianisme, des manichĂ©ens (dualisme de ManĂšs) mĂȘlĂ©es aux doctrines orientales gnostiques, de l’arianisme Goth, voire de croyances Ă©tranges, qualifiĂ©es « d’indigĂšnes ». Un terreau fertile Ă  la propagation des idĂ©es cathares, dĂ©jĂ  trĂšs structurĂ©s, affichant dans leurs actes, un dĂ©nuement proche de l’Église primitive, loin des postures du ClergĂ© et de son pape Innocent II (1161-1216).

Dans sa perception collective, MontsĂ©gur Ă©voque aussi la quĂȘte d’un trĂ©sor ; sous quelles formes ?

Pour rĂ©pondre, je reprendrai ici un extrait d’un quotidien publiĂ© en 1942, qui Ă©voque des pistes propres Ă  alimenter tous les postulats : « Puisqu’il semble sĂ»r, au contraire, que dans la nuit qui prĂ©cĂ©da l’assaut du repaire, l’ÉvĂȘque Marty et Raymond de PĂ©reille, jugeant la situation dĂ©sespĂ©rĂ©e, firent descendre Ă  l’aide de cordes, quatre Parfaits dans la plaine de Foix pour sauver le trĂ©sor des Cathares. Quel Ă©tait ce trĂ©sor ? S’agissait-il des livres sacrĂ©s de la secte ? Du Saint-Graal de Perceval et des romans de la Table ronde ? Ou simplement d’espĂšces sonnantes et trĂ©buchantes ?

Le mystĂšre demeure. Il enveloppe MontsĂ©gur d’une atmosphĂšre encore plus belle. »

Notons que la fuite « d’espĂšces sonnantes et trĂ©buchantes » revint habilement sur le devant de la scĂšne par le truchement des recherches de GĂ©rard de SĂšde et ses Ă©crits sur l’abbĂ© SauniĂšre (L’Or de Rennes, ou La Vie Insolite de BĂ©renger SauniĂšre curĂ© de Rennes-le-ChĂąteau, Julliard, 1967).

Ces thĂ©ories fantasmĂ©es se nourrissent d’une particularitĂ© gĂ©ologique de l’AriĂšge, celle du nombre le plus Ă©levĂ© (parmi tout le massif pyrĂ©nĂ©en) de grottes sĂ©pulcrales recensĂ©es, sans savoir combien d’autres entrĂ©es encore inconnues, attendent d’ĂȘtre dĂ©couvertes, par les passionnĂ©s des clubs rĂ©gionaux de spĂ©lĂ©ologie.

 

Le mystÚre au trésor de Montségur par Alex Coutet (dessin paru dans Détec­tive du 12 mai 1932, p. 14).

Le mystÚre au trésor de Montségur par Alex Coutet (dessin paru dans Détec­tive du 12 mai 1932, p. 14).

Peut-on Ă©voquer l’émergence d’une identitĂ© culturelle, morale et politique dans la redĂ©couverte du passĂ© cathare ?  

Nous savons finalement trĂšs peu de choses sur les Cathares : faiblesse des textes (moins d’une dizaine) et du legs iconographique, absence d’Ă©lĂ©ments liturgiques probants. On s’en trouve rĂ©duit Ă  imaginer et Ă  interprĂ©ter, se persuadant ainsi de voir ce qui n’est qu’une projection de notre imagination.

C’est sĂ»rement cette part de l’inconnu qui renforce le caractĂšre attractif de ces femmes et de ces hommes qui vĂ©curent en marge de la sociĂ©tĂ© et finirent en martyrs.

Relire ces pages sombres de notre histoire permet d’apprĂ©hender le quotidien austĂšre d’une rĂ©gion qui fit front, face Ă  la brutalitĂ© des croisades du pouvoir royal.

Je laisse le lecteur juger des luttes politiques, religieuses et Ă©conomiques des comtĂ©s de l’époque, des revirements, des traĂźtrises et des massacres qui marquĂšrent Ă  jamais ces terres fertiles et ses esprits en rĂ©bellion.

On ne refait pas l’histoire.

Sommaire :

Une rĂ©gion et son Histoire, L’AriĂšge terre de trĂ©sors ? Une perception du catharisme, parmi d’autres, MontsĂ©gur, une passion Polaire, Fouilles Ă  MontsĂ©gur (1931-1958), MontsĂ©gur et le nazisme : des « fantasmes Ă  la rĂ©alité », Les visiteurs, Rituel Cathare, De la renaissance, Le Graal, Simon de Montfort, le grand sauveur, Chronologie Cathare (1145-1321), Aperçu bibliographique (non-exhaustif) sur le catharisme.

 

MontsĂ©gur, centre d’un imaginaire cathare, Richard Raczynski, Éditions Dualpha, collection « Grande HiĂ©rophanie », dirigĂ©e par Michel Gaudart de Soulages, 284 pages, 27 euros. Pour commander ce livre, cliquez ici.

MontsĂ©gur, centre d’un imaginaire cathare, Richard Raczynski, Éditions Dualpha,

MontsĂ©gur, centre d’un imaginaire cathare, Richard Raczynski, Éditions Dualpha,

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99