S’il y a une chose qui se ressemble tant en France qu’au Canada, et nous pourrions Ă©tendre ce constat Ă  plusieurs autres pays, c’est le portrait pathĂ©tique que nous offrent nos politiciens hĂąbleurs, incapables de mettre en Ɠuvre les rĂ©formes salvatrices nĂ©cessaires et dont la volontĂ© politique prend trop souvent la forme d’une carpette. Mais voilĂ , en plus d’ĂȘtre faibles, ils ne font ici preuve d’aucune originalitĂ©.

L’acadĂ©micien Abel Bonnard, aujourd’hui sur la liste noire des bien-pensants, s’était dĂ©jĂ  intĂ©ressĂ© au phĂ©nomĂšne et avait analysĂ© ce phĂ©nomĂšne de politiciens invertĂ©brĂ©s dans son ouvrage majeur, Les ModĂ©rĂ©s, rĂ©Ă©ditĂ© il y a cinq ans chez les Ă©ditions DĂ©terna, un livre qui devrait ĂȘtre vendu dans le rayon des Ă©tudes anthropologiques. Le phĂ©nomĂšne n’est pas nouveau, il est un peu la consĂ©quence directe de 1789 qui a su crĂ©er un homme nouveau, l’homme dĂ©mocrate imbu de parole et de lui-mĂȘme. En termes d’utopie, on est loin de l’homme nouveau proposĂ© par les communistes ou les fascistes. Le romantisme dĂ©mocratique n’a visiblement que de faibles ambitions.

Avec la guillotine, la rĂ©volution misa littĂ©ralement sur le nivellement par le bas et attaqua la « valeur de l’homme », le rendant prĂȘt Ă  accepter toutes les postures, mĂȘme les plus basses pour s’élever un tant soit peu sur l’échelle sociale. La fiertĂ© fit place Ă  la servilitĂ© au panthĂ©on des valeurs rĂ©publicaines.

Tout d’abord, disons-le, en visant les modĂ©rĂ©s, Bonnard visait une catĂ©gorie spĂ©cifique de politiciens, ceux du centre. Mais force est de constater qu’aujourd’hui, les modĂ©rĂ©s se retrouvent partout, le centre ayant englobĂ© comme un immense trou noir tout ce qui se trouvait Ă  sa gauche et Ă  sa droite. Les modĂ©rĂ©s sont donc en force tant au Parti quĂ©bĂ©cois qu’au Parti libĂ©ral ou Ă  la Coalition avenir QuĂ©bec, et en France ils remplissent les siĂšges de la RĂ©publique en Marche, des RĂ©publicains, des Socialistes et trop souvent du Rassemblement national. Le terme modĂ©rĂ© n’est donc plus une Ă©tiquette politique, mais une façon de faire de la politique, ou plutĂŽt plus simplement encore, une façon d’ĂȘtre. D’oĂč le terme anthropologique qui devrait figurer sur la couverture pour clarifier le sujet du livre.

Amateurs d’apparences, les modĂ©rĂ©s veulent donner l’impression d’agir, l’impression de savoir ce qu’ils font, mais ce n’est qu’un jeu, on trompe pour garder une certaine lĂ©gitimitĂ© et conserver son gagne-pain. On joue Ă  la politique avec de fausses rĂ©formes, tout comme les fillettes jouent Ă  prendre le thĂ© avec leurs poupĂ©es. Au lieu du chantier nĂ©cessaire, ils ont dressĂ© un thĂ©Ăątre oĂč se mettre en valeur et dans lequel ils cherchent les applaudissements de la foule. Et au fond, ils n’ont que les miettes de pouvoir qu’on a bien voulu leur laisser avec comme condition de ne pas s’en servir.

Ils n’ont aucune ambition collective, alors qu’ils regorgent d’ambitions personnelles. Si pour un grand homme l’obtention d’un siĂšge de dĂ©putĂ© marque le dĂ©but d’une aventure formidable, pour le modĂ©rĂ©, c’est lĂ  le couronnement de sa carriĂšre. Oswald Mosley ne disait pas autre chose aux lendemains de la PremiĂšre guerre lors de son entrĂ©e Ă  la Chambre des communes anglaises, mais il n’avait certes par les tournures de phrases de cet aristocrate du verbe qu’est Abel Bonnard, apĂŽtre de l’élĂ©vation et du dĂ©passement. Pas Ă©tonnant que son passage au ministĂšre de l’Éducation lui ait valu tant d’ennuis !

Cette race d’hommes qui refusent de guider leur nation quelque part, qui refusent de tout mettre en Ɠuvre pour qu’elle s’élĂšve, est un des indicateurs du dĂ©clin de notre civilisation, qui se meurt d’une lente agonie. Il faudrait un remĂšde de cheval, un Ă©lectrochoc pour rĂ©veiller le monde occidental, mais pour cela il faudrait une volontĂ© portĂ©e par une Ă©lite, exactement ce qui manque en ce moment.

Il ne faut pas compter sur ceux qui vivent et bĂ©nĂ©ficient de ce systĂšme pour le remettre en question, on ne mord pas la main qui nous nourrit. Les seules rĂ©voltes permises sont celles factices issues de la gauche, ce qui Ă©tait vrai Ă  l’époque et qui l’est tout autant.

Cela se traduit par ces sempiternels coups de gueule contre le machisme, l’homophobie et le racisme systĂ©mique, des « fanfaronnades de mollesse » tout Ă  fait bĂ©nignes qui permettent aux bobos de se rĂ©volter dans le confort de la sociĂ©tĂ© en dĂ©nonçant des travers imaginĂ©s, et ce de façon tout Ă  fait sans risque et en suivant l’air du temps.

Abel Bonnard, Les Modérés, Déterna, 2014, 220 p. Pour commander ce livre, cliquez ici.

Abel Bonnard, Les Modérés, Déterna.

Abel Bonnard, Les Modérés, Déterna.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

RĂ©mi Tremblay

RĂ©mi Tremblay, Ă©diteur du Harfang, porte-parole de la FĂ©dĂ©ration des QuĂ©bĂ©cois de souche, collaborateur Ă  plusieurs journaux (PrĂ©sent, Livr’Arbitres, Council of Euro-Canadians et Alternative Right) ; il a dĂ©jĂ  publiĂ© le livre "Les Acadiens : du Grand DĂ©rangement au Grand Remplacement" et "Le Canada français, de Jacques Cartier au gĂ©nocide tranquille" (avec Jean-Claude Rolinat) aux Ă©ditions Dualpha. Il est le correspondant d'EuroLibertĂ©s au Canada.

Articles similaires