À l’origine de cette heureuse initiative, un groupe d’hommes et de femmes de convictions dont certains sont issus du MSI, le Mouvement social italien. Parmi eux, notre ami Massimo Magliaro que les lecteurs de SynthĂšse nationale connaissent bien. Nous lui avons posĂ© quelques questions…

Massimo bonjour, présentez-nous cette revue qui était en gestation depuis quelques temps et qui vient de sortir.

Cette nouvelle revue voit le jour en Italie veut ĂȘtre une revue Ă  la fois de divulgation et d’approfondissement. C’est un projet ambitieuse et unitaire.

Son nom : Storia Revista (Histoire Revue) et sa publication bimestrielle. Elle compte un peu moins de deux cents pages.

Le « chemin de fer » de chaque numĂ©ro sera le suivant : la premiĂšre partie est un recueil d’articles sur des hommes, des idĂ©es des faits qui concernent la droite en Italie et dans le monde ; la deuxiĂšme est un dossier monothĂ©matique consacrĂ© Ă  un Ă©vĂšnement, une cĂ©lĂ©bration, un contexte racontĂ© et analysĂ© d’un point de vue de droite.

Pourquoi ambitieuse ?

Parce que la droite italienne (NDLR : comme partout en Europe) doit avoir l’ambition de retrouver ses valeurs, ses idĂ©es et son histoires qui l’ont maintenue unie et vivante pendant si longtemps. La droite doit aujourd’hui demander Ă  l’Histoire, avant tout Ă  son Histoire, les rĂ©ponses nĂ©cessaires pour retrouver le langage perdu de sa propre unitĂ© et les raisons profondes de la convivialitĂ©, langage et raisons qui lui ont permis d’affronter avec dignitĂ© le monde qui continuait Ă  l’assiĂ©ger impitoyablement.

Et tout ceci est fort ambitieux.

Mais il s’agit Ă©galement d’un projet unitaire. DĂšs lors que ce ne sera pas uniquement la voix d’une « petite partie » de notre famille. Ce sera  la voix de toutes les expĂ©riences idĂ©ales qui ont rempli la vie, les rĂȘves, les projets de ce milieu, qui lui ont donnĂ© la force et qui lui ont permis de vivre son propre temps avec fiertĂ© et orgueil alors que tout lui Ă©tait Ăąprement hostile.

Cette cohĂ©rence idĂ©ale, ce sens trĂšs fort d’appartenance enracinĂ© dans ses gens constituent prĂ©cisĂ©ment aujourd’hui le patrimoine principal Ă  rĂ©cupĂ©rer et dans lequel puiser pour construire les routes de l’avenir.

Pourquoi le nom Histoire Revue ?

Revue signifie relue, Ă©tudiĂ©e de nouveau, analysĂ©e de nouveau, revisitĂ©e. Nous ne nous contentons pas des jugements codifiĂ©s, des stĂ©rĂ©otypes moraux imposĂ©s par le «culturellement correct». L’Histoire, l’histoire avec un H majuscule, ne cesse jamais de parler, de fournir des Ă©lĂ©ments, des suggestions, du matĂ©riel variĂ©. Elle ne cesse jamais d’ĂȘtre interprĂ©tĂ©e, comprise, jugĂ©e. C’est un livre qu’il faut ouvrir et rouvrir, toujours, qu’il ne faut jamais mettre de cĂŽtĂ©. C’est un terrain qu’il faut sans cesse labourer car il donne toujours ses fruits.

L’Histoire n’est pas seulement le passĂ©; elle est le prĂ©sent et aussi l’avenir.

Un prĂ©sent qui n’a pas de passĂ© n’aura jamais de futur, lit-on dans la prĂ©sentation.

L’horizon dans lequel s’inscrit la revue est vaste, il part naturellement de l’Italie mais il se dilate dans le monde, lĂ  oĂč il y a une droite Ă  raconter.

Massimo, vous assurez la direction de la revue, mais qui sont les autres promoteurs de cette aventure éditorialiste ?

Histoire Revue s’est dotĂ©e d’un ComitĂ© directeur composĂ©, outre moi-mĂȘme, d’Alessandro Amorese, Adalbelto Baldoni, Mario Bozzi Sentieri, Roberto Rosseti et Marco Valle.

Nombreux sont les collaborateurs, surtout des jeunes. MĂȘme des Ă©trangers.

C’est la jeune et aguerrie maison d’édition Eclettica Edizioni, de Massa, en Touscanie, dĂ©jĂ  connue en Italie pour avoir fait publier des textes trĂšs intĂ©ressants et qui ont remportĂ© un grand succĂšs, qui en a assurĂ© la publication. Il s’agit entre autres de la maison d’édition qui d’ici la fin de l’annĂ©e publiera en exclusivitĂ© l’édition italienne des « MĂ©moires » de Jean Marie Le Pen.

Le premier numĂ©ro, qui sera prĂ©sentĂ© dans quelques jours Ă  Rome et puis au fur et Ă  mesure dans le reste de l’Italie, s’ouvre prĂ©cisĂ©ment sur la publication en exclusivitĂ© (NDLR : rĂ©digĂ©e par le directeur, Magliaro) du chapitre des « MĂ©moires » de Le Pen consacrĂ© Ă  la naissance du Front national (auquel sa fille, Marine, vient de changer le nom) et continue avec le premier fascicule d’une histoire ultra-documentĂ©e du Msi Ă©crite par Baldoni, un texte inĂ©dit d’Amorese sur la monnaie clandestine frappĂ©e dans l’aprĂšs-guerre par le MSI d’Apuania, le portrait du premier «federale» du Msi de Cagliari, Marigo, rĂ©digĂ© par Giuseppe Serra, le rĂ©cit, signĂ© par Bozzi Santieri, du rĂŽle jouĂ© Ă  droite par le quotidien milanais du soir La Notte, un essai de Nazzareno Mollicone sur la politique dĂ©mographique du Fascisme, une analyse de la droite hongroise d’hier et d’aujourd’hui conduite par Marco Valle, et un inĂ©dit sur le jeune Johnny Halliday lorsqu’il Ă©tait militant de la droite radicale française.

La deuxiĂšme partie de la revue est entiĂšrement consacrĂ©e aux annĂ©es ‘68. Le dossier a pour titre «Le singe de ’68. Cinquante ans aprĂšs l’Italie paye encore le compte».

On y trouve des essais et des articles de Baldoni, Gennaccari, Amorese, Rossetti, Volante, Barbetti et Magliaro. Le dossier est enrichi de tĂ©moignages de certains des protagonistes de ces faits (entre les quels Jack Marchal), une anthologie de philosophes, d’historiens, d’économistes, de sociologues, d’essayistes, (Spirito, D’Eramo, Rasi, Ginsborg, Bedeschi, Vulpitta, Gnerre, Cipriani, Veneziani, De Mattei, CorrĂȘa de Oliveira, Del Noce, De Turris, BardĂšche, Duprat, Evola) et enfin une table ronde avec la participation de Pietro Cerullo, Gennaro Malgieri, Bozzi Sentieri et Adriano Scianca.

Chaque numĂ©ro de Storia.Revue coĂ»tera 13 euros. L’abonnement annuel par contre 60 euros.

Le dossier du deuxiĂšme numĂ©ro, dont la sortie est imminente, sera consacrĂ© Ă  Giorgio Almirante et Ă  Pino Romualdi Ă  l’occasion du trentenaire de leur mort.

Rappelons que nous devons Ă  Massimo Magliaro la rĂ©daction d’un Cahier d’Histoire du nationalisme (n°11) consacrĂ© Ă  l’histoire du Mouvement social italien cliquez ici. Ce Cahier de 220 pages est sorti en fĂ©vrier 2017 Ă  l’occasion du 70e anniversaire du MSI fĂȘter, Ă  Paris Ă  l’initiative des Amis de SynthĂšse nationale cliquez ici.

Article paru sur le site SynthĂšse nationale.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99