Il y a soixante-dix ans, les autoritĂ©s d’occupation britanniques ont livrĂ© par la force des milliers de Cosaques au pouvoir soviĂ©tique. Le livre de Nicolas TolstoĂŻ Les victimes de Yalta indique un chiffre de 32 000 Cosaques arrivĂ©s au dĂ©but de mai 1945 dans le nord de l’Italie et qui s’étaient rendus aux Anglais Ă  Lienz, puis livrĂ©s par ces derniers aux autoritĂ©s soviĂ©tiques.

L’historien autrichien, professeur de la FacultĂ© d’archĂ©ologie de l’UniversitĂ© d’Innsbruck Harald Stadler, se basant sur les archives britanniques indique un chiffre de 22 Ă  25.000.

On considĂšre qu’au cimetiĂšre des Cosaques dans le quartier de Peggetz Ă  Lienz, 300 personnes sont enterrĂ©es dans 28 tombes. Mais des centaines se trouvent dans d’autres endroits et n’ont pas de tombes, s’étant noyĂ©s dans les eaux de la Drave et de la Mur. On ignore combien de cosaques ont Ă©tĂ© fusillĂ©s ou ont fini leur vie dans les camps soviĂ©tiques. Le mercredi 3 juin 2015 a eu lieu le pĂšlerinage des fidĂšles de l’Église orthodoxe russe hors-frontiĂšres Ă  Judenburg, ville qui se trouvait Ă  la limite des zones d’occupations britannique et soviĂ©tique. LĂ , un court office de requiem a Ă©tĂ© cĂ©lĂ©brĂ© sur les tombes des Cosaques qui ont pĂ©ri alors qu’ils Ă©taient livrĂ©s aux autoritĂ©s soviĂ©tiques.

C’est prĂ©cisĂ©ment Ă  cet endroit que, le 29 mai 1945, des camions militaires britanniques sont arrivĂ©s pour prendre Ă  leur bord les officiers cosaques en leur faisant croire qu’il s’agissait de les amener Ă  une «confĂ©rence » avec le commandement anglais.

Ensuite, à partir du 1er juin 1945, on fit venir des wagons dans lesquels on fit entrer des hommes de troupes, des femmes et des enfants. Le 3 juin 2015, une exposition dédiée aux Cosaques a été organisée dans la gare de Lienz.

La veille, en l’église catholique Saint-Antoine, situĂ©e au centre de la ville et qui, en 1945, avait Ă©tĂ© mise Ă  disposition des orthodoxes, le protodiacre Georges Kobro, de la cathĂ©drale orthodoxe russe hors-frontiĂšres de Munich a donnĂ© une confĂ©rence sur les Cosaques. Mais l’évĂ©nement principal de ces journĂ©es a eu lieu le 1er juin Ă  Peggetz, oĂč il y a 70 ans se trouvaient des casernes et des tentes du camp cosaque, tandis que n’a subsistĂ© de nos jours que le petit cimetiĂšre cosaque. À partir des annĂ©es 1960, chaque annĂ©e en ce jour, se rassemblaient d’abord les cosaques rescapĂ©s, ensuite leurs enfants et petits enfants venant des diffĂ©rents endroits de la diaspora russe.

Cette annĂ©e, pour le 70e anniversaire de ces Ă©vĂ©nements tragiques, a Ă©tĂ© consacrĂ©e l’église Ă©difiĂ©e sur le cimetiĂšre-mĂ©morial. Celle-ci est dĂ©diĂ©e Ă  la Protection de la MĂšre de Dieu et au saint tsarĂ©vitch Alexis – la MĂšre de Dieu Ă©tant la protectrice des Cosaques et le tsarĂ©vitch Alexis Ă©tant le dernier ataman d’honneur de ceux-ci. L’église en bois a Ă©tĂ© construite par l’organisation autrichienne pour l’entretien des sĂ©pultures de guerre « Croix noire », avec les dons tant des habitants des lieux que d’autres pays, y compris la Russie.

C’est la commune de Lienz qui a offert le terrain attenant au cimetiĂšre, et le land du Tyrol a allouĂ© 40 000 € pour la construction de l’édifice, tandis que des donateurs privĂ©s ont offert de 20 Ă  1000 €. En cinq ans, environ 170 donateurs ont contribuĂ© Ă  cette Ɠuvre.

L’organisation « Croix noire », a engagĂ© des ingĂ©nieurs et des constructeurs d’Ukraine de l’Ouest pour Ă©difier la chapelle en style russe. La consĂ©cration, puis la liturgie qui suivait, ont Ă©tĂ© prĂ©sidĂ©es par deux archevĂȘques de l’Église orthodoxe russe hors-frontiĂšres, Mgr Marc de Berlin et d’Allemagne et Mgr Michel de GenĂšve et d’Europe occidentale. Pendant la liturgie, aprĂšs la priĂšre pour la paix en Ukraine, ont Ă©tĂ© Ă©levĂ©es des demandes pour le repos des Ăąmes « de tous ceux qui reposent ici, les Cosaques, hommes et femmes qui ont Ă©tĂ© tuĂ©es. »

En raison du grand nombre de fidĂšles rassemblĂ©s – plusieurs centaines – la chapelle elle-mĂȘme a servi de sanctuaire. Un certain nombre de fidĂšles portaient les uniformes colorĂ©s cosaques. « Nous commĂ©morons le 70Ăšme anniversaire de l’extradition criminelle des Cosaques aux autoritĂ©s soviĂ©tiques par les Anglais. La plus grande partie allait ĂȘtre fusillĂ©e.

On parle souvent des crimes de guerre des Allemands, mais on ne parle pas, par exemple, de ceux des Anglais. Il est temps d’en parler et de se rappeler qu’il s’agissait d’un crime terrible qui a Ă©tĂ© perpĂ©trĂ© ici, en Autriche » a dĂ©clarĂ©, dans une interview aprĂšs la liturgie l’archevĂȘque Marc.

Celui-ci a remercié les autorités autrichiennes pour avoir offert le terrain et apporté leur soutien à la construction de la chapelle. « 300 personnes, sont enterrées ici, mais une grande partie des Cosaques ont tout simplement été exterminés, ils sont morts dans les flots du fleuve. Il est important que nous nous rappelions toujours ces temps terribles » a-t-il ajouté.

Article traduit par le site Orthodoxie. L’information orthodoxe sur internet (source : pravmir.ru).

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.