Le 17 avril, l’ami de longue date de Viktor OrbĂĄn, le publiciste Zsolt Bayer, a Ă©voquĂ© la possibilitĂ© de la crĂ©ation d’un groupe parlementaire du V4 au parlement europĂ©en.

Durant l’émission de dĂ©bat politique SajtĂłklub (club mĂ©dia), de la chaĂźne proche du gouvernement Echo TV, le prĂ©sentateur vedette de l’émission et ami du premier ministre, Zsolt Bayer, a amenĂ© la discussion sur le cas de la Hongrie qui, selon lui, est en permanence attaquĂ©e Ă  Bruxelles. “S’il faut Ă©carteler et mettre la tĂȘte de la Hongrie sur une pique, c’est parce que qu’à sa frontiĂšre sud, la Hongrie a une double barriĂšre, que 80 pour cent de sa population l’approuve, et qu’il y a un premier ministre qui a dit : Vous ne passerez pas !”

Bayer a ajoutĂ© qu’à Bruxelles, on ne supporte plus les actions de la Hongrie et qu’ils tenteront d’imposer Ă  tout prix leur volontĂ© Ă  la Hongrie. Pour preuve, les menaces d’exclusion, souligne le publiciste hongrois, avant d’ajouter que Bruxelles va, s’il le faut, “mettre [la Hongrie] Ă  genoux et [lui] botter les fesses”.

Les fausses histoires de migrants battus en court d’élaboration

Zsolt Bayer continue son pronostic : en juin, la Cour europĂ©enne des droits de l’Homme va balayer la demande commune de la Hongrie et de la Slovaquie contre les quotas de migrants. Et en parallĂšle, les histoires de migrants battus Ă  la frontiĂšre sont montĂ©es de toute piĂšce, comme celle oĂč des hommes en uniforme auraient battu en Serbie des migrants dans une ferme en ruines. Le publiciste estime que la manoeuvre a pour but de viser la police hongroise sans la citer ; ce qui, rappelle-t-il, est impossible, car les officiers hongrois ne peuvent passer la frontiĂšre qui est d’ailleurs surveillĂ©e en permanence notamment avec des drones et des camĂ©ras thermiques.

Le V4 se souderait au Parlement européen

Pour Bayer, cette fausse histoire sera la dĂ©clencheur des sanctions Ă  l’égard de la Hongrie. Cependant, a-t-il rappelĂ©, la Pologne vient de mettre en place des mesures identiques Ă  celles de la Hongrie concernant les migrants clandestins. De plus, la Hongrie et la Pologne ont prĂ©vu leur dĂ©fense : pour toute sanction Ă  l’égard de l’un, l’autre mettra son veto.

IstvĂĄn Lovas, cĂ©lĂšbre journaliste hongrois prenant part Ă  l’émission, a soulignĂ© que selon Politico, Jean-Claude Juncker s’est fixĂ© comme objectif d’évincer le Fidesz de Viktor OrbĂĄn hors du PPE. Pour Zsolt Bayer qui connaĂźt bien Viktor OrbĂĄn, ce n’est pas quelque chose que souhaite le Fidesz, mais un plan B existe si cela devait arriver.

Du reste, souligne Bayer, si des partis de droite similaires au Fidesz venaient Ă  ĂȘtre exclus du PPE, alors plus rien ne le diffĂ©rencierait des groupes parlementaires socio-dĂ©mocrates ou libĂ©raux, et cela, les membres du PPE le savent trĂšs bien, a insistĂ© Bayer.

Cependant, si l’exclusion devait avoir lieu, les membres du V4 crĂ©eront un groupe parlementaire. “Et ce sera au final peut-ĂȘtre mieux que d’ĂȘtre dans le PPE”, a ajoutĂ© Zsolt Bayer, avant d’ajouter qu’il n’en dirait pas plus pour le moment.


L’émission, en hongrois :

article paru sur le site VPost.