Alors que les États-Unis se prĂ©parent Ă  mener une troisiĂšme guerre mondiale contre la Russie, les Russes montrent qu’ils sont prĂȘts pour une confrontation complĂšte contre les États-Unis et  contre l’OTAN Ă  tout moment. La troisiĂšme guerre mondiale (WW3) n’a jamais Ă©tĂ© aussi proche.

Comme nous l’avons dĂ©jĂ  dit Ă  plusieurs reprises, l’aspect principal de cette saison politique ne concerne pas les Ă©lections, mais la guerre. Mais si les Ă©lections ont une importance quelque part, cela ne peut ĂȘtre qu’aux États-Unis oĂč, encore une fois, elles sont Ă©troitement liĂ©es Ă  la guerre. Il y a deux jours, le samedi 17, Septembre, la probabilitĂ© de cette guerre a grimpĂ© de maniĂšre vertigineuse. Comme nous le savons, les troupes amĂ©ricaines, qui n’ont jamais Ă©tĂ© invitĂ©es en Syrie, ont bombardĂ© les positions de l’armĂ©e syrienne Ă  Deir ez-Zor. À la suite de l’attentat, au moins 60 soldats syriens ont Ă©tĂ© tuĂ©s.

Cette frappe Ă©tait extrĂȘmement importante pour les terroristes sionislamistes d’ISIS, que les États-Unis conseillent et arment de façon informelle tout en prĂ©tendant les combattre. Ceci constitue le franchissement d’une ligne rouge. Bombarder les soldats syriens est une chose, mais cela signifie aussi une dĂ©claration de guerre non seulement contre la Syrie, mais aussi contre la Russie, qui se bat en Syrie du cĂŽtĂ© du gouvernement syrien lĂ©gitime d’Assad. Et cela signifie aussi que nous avons atteint un point culminant.

Bien sĂ»r, le leadership amĂ©ricain a immĂ©diatement signalĂ© que le raid aĂ©rien Ă©tait une erreur et a mis en garde les dirigeants russes de n’exprimer aucune Ă©motion. Mais les AmĂ©ricains ne peuvent que mentir ici, car la technologie moderne permet aux satellites de voir des objets Ă  partir d’un ordinateur de bureau. ThĂ©oriquement, les bombardiers amĂ©ricains ne pouvaient pas se tromper de cibles. Et le plus important est : si l’on vous avait dit qu’ils se prĂ©paraient Ă  vous bombarder, et que vous n’avez dit rien, est-ce que cela veut dire que vous ĂȘtes d’accord?
Il est tout Ă  fait Ă©vident que les États-Unis se prĂ©parent Ă  lancer une guerre contre la Russie. Les incidents frontaliers reprĂ©sentent des opĂ©rations de reconnaissance. Mais comment Moscou, Poutine, et le Kremlin rĂ©agiront-ils? Le point de non-retour n’a pas encore Ă©tĂ© franchi, mais la rĂ©action de Moscou ne  montre  pas combien les Russes sont prĂȘts pour une confrontation frontale directe avec les États-Unis et avec l’OTAN.  C’est pour cela que l’attaque aĂ©rienne a Ă©tĂ© lancĂ©e contre les positions de l’armĂ©e syrienne.

Le leadership impĂ©rialiste et globaliste amĂ©ricain ne peut Ă©videmment pas gouverner le monde entier. De plus, Trump reprĂ©sente pour eux une menace pour leur contrĂŽle sur l’AmĂ©rique elle-mĂȘme. Le fait que la marionnette Barak Obama est toujours en fonction et que la candidate globaliste l’Hilarante Clinton se dĂ©sintĂšgre Ă  vue d’Ɠil devant les Ă©lecteurs amĂ©ricains, reprĂ©sente, pour les Ă©lites de la Cabale, la derniĂšre chance de commencer une guerre. Cela leur permettrait de reporter les Ă©lections, en laissant la marionnette en place,  ou forcer Trump, s’il devait gagner, pour commencer sa prĂ©sidence dans des conditions catastrophiques. Ainsi, les Ă©lites (nĂ©o-conservateurs, globalistes, sionistes) amĂ©ricaines ont besoin de la guerre. Et vite, avant qu’il ne soit trop tard. Si Trump obtient la Maison Blanche, il y aura la paix, et il n’y aura pas de guerre, au moins pour un avenir prĂ©visible. Et cela signifierait la fin de l’omnipotence des Ă©lites mondialistes maniaques.

Ainsi, chaque point ici est trĂšs, trĂšs grave. Les idĂ©ologues de l’OTAN et les globalistes amĂ©ricains, tombant dans l’abĂźme, ont besoin de la guerre en ce moment, avant les Ă©lections amĂ©ricaines. Guerre contre nous, Russes. Pas tellement pour la victoire, mais pour leur  processus lui-mĂȘme. Ceci est la seule façon pour eux de prolonger leur domination en dĂ©tournant l’attention des AmĂ©ricains et du monde entier de leur interminable sĂ©rie d’échecs et de crimes. Le jeu des globalistes a Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ©. BientĂŽt, ils vont devoir se retirer du pouvoir et comparaĂźtre devant les tribunaux. Seule la guerre peut sauver leur peau.

Mais qu’en est-il de nous, Russes? On n’a pas besoin de guerre. Ni maintenant, ni demain, jamais. Jamais dans l’histoire nous en avons eu besoin. Mais nous avons constamment combattu et, en fait, nous n’avons presque jamais perdu. Le coĂ»t des guerres qui nous ont Ă©tĂ© imposĂ©es a Ă©tĂ© terrible et nos efforts ont Ă©tĂ© colossaux, mais nous avons gagnĂ©. Et nous allons toujours gagner. Si ce n’était pas le cas, alors aujourd’hui nous n’aurions pas un pays tellement immense et sans aucun contrĂŽle Ă©tranger.

Mais dans ce cas, nous avons besoin de gagner autant de temps que possible. Les AmĂ©ricains ont essentiellement attaquĂ© nos positions, comme les GĂ©orgiens Ă  Tskhinvali en AoĂ»t 2008. Les Russes sont sous le feu, ce qui ne peut ĂȘtre ignorĂ©. Notre rĂ©action est extrĂȘmement prudente et Ă©quilibrĂ©e. Nous avons exprimĂ© ce que nous pensons de cet acte d’agression amĂ©ricaine, mais en des termes trĂšs dĂ©libĂ©rĂ©es.

La fatalitĂ© de la situation rĂ©side dans le fait que, si Washington dĂ©cide d’opter pour la guerre maintenant, alors nous ne pouvons pas l’éviter. Si Washington va insister et rĂ©pĂ©ter encore et encore le coup du 17 Septembre, alors nous devrons relever le dĂ©fi et aller Ă  la guerre, ou admettre sciemment notre dĂ©faite.

Dans cette situation, le rĂ©sultat de la lutte pour la paix qui est, comme toujours, pleinement de notre intĂ©rĂȘt, ne dĂ©pend pas de nous. Nous avons vraiment besoin de la paix, pour gagner du temps jusqu’au 8 Novembre, et alors tout sera beaucoup plus facile. Mais est-ce que l’effondrement du colosse va nous permettre de gagner ce temps?
Dans tous les cas, notre objectif est toujours et seulement la victoire. Notre victoire.

Article paru sur le site Katheon.

 

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.