Le 2 mars dernier, les Ă©lecteurs de l’Irlande du Nord (ou Ulster pour les loyalistes britanniques) Ă©lisaient leur Parlement rĂ©gional d’une maniĂšre anticipĂ©e. NĂ©e en 1921 au lendemain de la signature du traitĂ© anglo-irlandais qui fondait l’État libre irlandais (Eire) afin de satisfaire la minoritĂ© protestante unioniste orangiste alors dominante dans les six comtĂ©s du Nord-Est de l’üle, l’Irlande du Nord connut une vraie guerre civile de 1969 Ă  1998 entre les rĂ©publicains catholiques, les orangistes protestants et leurs alliĂ©s, les forces britanniques qui se comportĂšrent en vĂ©ritable troupe d’occupation.

L’abandon progressif de la lutte armĂ©e et des attentats par l’IRA permit la conclusion des accords du Vendredi saint en 1998 et le dĂ©but d’une pĂ©riode d’apaisement. Le rĂ©gime d’autonomie rĂ©gionale favorisa mĂȘme en 2007 l’impensable, Ă  savoir une coalition gouvernementale entre les anciens ennemis les plus farouches : les unionistes radicaux du pasteur Ian Paisley, nouveau Premier ministre, et le Sinn Fein de Martin Mc Guiness, un ancien chef de l’IRA dĂ©signĂ© comme vice-Premier ministre ! Cette entente s’est brisĂ©e en dĂ©cembre 2016. Malade, Mc Guiness dĂ©missionna pour protester contre le dĂ©tournement de subventions publiques au profit des hĂ©ritiers politiques de Paisley.

Hostile au Brexit Ă  55,8 %, l’Irlande du Nord voit avec inquiĂ©tude le retour probable d’une frontiĂšre terrestre avec l’autre Irlande. Or la population catholique en Ulster sera bientĂŽt majoritaire. L’éventualitĂ© d’une rĂ©unification de l’üle s’éloigne cependant surtout si l’Écosse n’obtient pas son indĂ©pendance. Il faut toutefois prendre en compte une nouvelle donnĂ©e dĂ©mographique qui modifie le face-Ă -face habituel en faveur d’un tiers inclus surprenant. L’Irlande du Nord enfin pacifiĂ©e a bĂ©nĂ©ficiĂ© Ă  la fois du dynamisme Ă©conomique du « Tigre celtique » et des nombreuses aides rĂ©gionales de l’Union pseudo-europĂ©enne. L’Ulster a donc non seulement attirĂ© des Polonais, des Baltes et des Roumains, mais aussi des masses allochtones extra-europĂ©ennes, en particulier une importante communautĂ© musulmane indo-pakistanaise.

Si les premiers immigrĂ©s allogĂšnes se faisaient discrets, leurs enfants se montrent, eux, plus revendicatifs et, comme Ă  Londres, Ă  Édimbourg ou Ă  Cardiff, soutiennent un multiculturalisme dĂ©ment et l’instauration progressive de la charia. Leurs exigences irritent autant les rĂ©publicains que les orangistes qui dĂ©couvrent avec surprise et effroi qu’un troisiĂšme larron vient d’entrer en scĂšne


Bonjour chez vous !

Cette chronique hebdomadaire du Village planétaire a été diffusée le 24 mars 2017 sur Radio Libertés.

 Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.