Thierry Baudet est Ă©crivain et dĂ©putĂ© au Parlement des Pays-Bas du parti Forum voor Democratie (Forum pour la DĂ©mocratie), qu’il dirige. Cette formation politique patriotique est donnĂ©e en forte progression dans les sondages. Il a publiĂ© divers ouvrages en nĂ©erlandais. Un d’entre eux a Ă©tĂ© traduit en français sous le titre Indispensables frontiĂšres. Pourquoi le supranationalisme et le multiculturalisme dĂ©truisent la dĂ©mocratie.

Livre de Thierry Baudet : "Indispensables frontiĂšres".

Livre de Thierry Baudet : « Indispensables frontiĂšres ».

Indispensables frontiĂšres

Thierry Baudet, dĂ©fenseur de l’État-nation, estime que les frontiĂšres sont indispensables et que les tentatives de suppression de celles-ci auxquelles nous assistons depuis prĂšs de trois-quarts de siĂšcle conduisent Ă  une impasse. L’État-nation est attaquĂ© d’en haut par le supranationalisme et d’en bas par le multiculturalisme. « Supranationalisme et multiculturalisme sapent la juridiction territoriale et la culture nationale de l’État-nation. Soutenus par la plupart des Ă©lites occidentales, ils dĂ©coulent d’une vision radicale du futur. C’est la vision d’un monde oĂč les frontiĂšres seraient effacĂ©es et la distinction entre « nous » et « eux » n’auraient plus cours. Qu’elles soient perçues comme causes de guerres, gĂȘnantes, inutiles ou trop Ă©triquĂ©es, les frontiĂšres, qui marquent la fin d’une juridiction et indiquent le dĂ©but d’une autre, la fin d’un mode de vie et le dĂ©but d’un autre, sont consciemment dĂ©truites. »

Baudet estime que la dĂ©mocratie reprĂ©sentative et l’État de droit ne peuvent exister que dans le cadre de l’État-nation, d’oĂč l’importance des frontiĂšres. Il ajoute : « En outre, et aussi paradoxal que cela puisse paraĂźtre, je suggĂšre que les avantages Ă©conomiques et sociaux nĂ©s de la mondialisation ne se matĂ©rialiseront vraiment qu’à travers des États-nations puissants et souverains, tournĂ©s vers l’extĂ©rieur, pratiquant une Ă©troite coopĂ©ration entre eux et demeurant ouverts aux nouveaux arrivants. »

Pour Thierry Baudet, un État-nation puissant est seul capable d’intĂ©grer les migrants et de mettre en place une rĂ©elle coopĂ©ration internationale. Il est favorable Ă  un nationalisme ouvert qu’il appelle nationalisme multiculturel et qu’il oppose tant au multiculturalisme qu’au nationalisme intolĂ©rant et fermĂ© sur lui-mĂȘme. Il Ă©crit : « La coopĂ©ration internationale que je soutiens, fondĂ©e sur des États-nations ayant des comptes Ă  rendre, pourrait ĂȘtre appelĂ©e cosmopolitisme souverain – s’opposant au supranationalisme d’un cĂŽtĂ©, mais aussi au nationalisme autarcique. Les deux placent l’État-nation au cƓur de l’ordre politique, tout en tenant compte des impĂ©ratifs du monde moderne et internationalisĂ©. »

L’ouvrage est divisĂ© en trois parties intitulĂ©es respectivement : La naissance des frontiĂšres, Des frontiĂšres prises d’assaut et La nĂ©cessitĂ© des frontiĂšres.

Au sein de la premiĂšre, Baudet analyse l’État-nation et avance l’idĂ©e que ses deux caractĂ©ristiques fondamentales sont la loyautĂ© de sa population dĂ©coulant d’un sentiment de cohĂ©sion nationale et la capacitĂ© de mettre en place un processus de dĂ©cision centralisĂ©e, soit la nationalitĂ© et la souverainetĂ©.

Dans la deuxiĂšme, il montre que les frontiĂšres ont Ă©tĂ© « assĂ©chĂ©es » par le supranationalisme et le multiculturalisme au cours des derniĂšres dĂ©cennies. La troisiĂšme permet Ă  l’auteur de dĂ©montrer que le multiculturalisme et le supranationalisme, qui font disparaĂźtre le sentiment de loyautĂ© et remettent en cause la souverainetĂ© centralisĂ©e, ne correspondent pas Ă  la dĂ©mocratie reprĂ©sentative ni aux formes de l’État de droit qui ne peuvent exister, selon lui, qu’à l’intĂ©rieur d’un État-nation.

Sources

Baudet Thierry, Indispensables frontiĂšres. Pourquoi le supranationalisme et le multiculturalisme dĂ©truisent la dĂ©mocratie, prĂ©face de Pascal Bruckner, Éditions du Toucan, Paris, 2015. (Traduction de : De Aanval op de Natiestaat).

 

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Lionel Baland

Écrivain et journaliste belge francophone (http://lionelbaland.hautetfort.com). Il parle le nĂ©erlandais (flamand), l’allemand et l’anglais. Il a travaillĂ© dans les parties francophone, nĂ©erlandophone et germanophone de la Belgique ainsi qu’aux Pays-Bas et a vĂ©cu en Allemagne. Il est l’auteur de trois livres : LĂ©on Degrelle et la presse rexiste, Éditions DĂ©terna, Paris, 2009 ; Jörg Haider, le phĂ©nix. Histoire de la famille politique libĂ©rale et nationale en Autriche, Éditions des Cimes, Paris, 2012 et Xavier de Grunne. De Rex Ă  la RĂ©sistance, Godefroy de Bouillon, Paris, 2017.

Articles similaires