par Nicolas Gros-Verheyde

Les membres du Conseil de sĂ©curitĂ© des Nations unies examinent un projet de rĂ©solution rĂ©clamant la mise en place d’un cessez-le-feu de trente jours en Syrie pour permettre la livraison urgente d’aide humanitaire.

« Toutes les parties au conflit syrien doivent immĂ©diatement respecter une pause humanitaire et arrĂȘter toute violence Ă  travers la Syrie, pour une pĂ©riode de trente jours consĂ©cutifs« .

La fin immédiate des siÚges

Ce texte, prĂ©sentĂ© par la SuĂšde et le KoweĂŻt (qui assure en fĂ©vrier la prĂ©sidence du Conseil de sĂ©curitĂ©), obtenu par l’AFP, exige que toutes les parties opĂ©rant en Syrie permettent les Ă©vacuations mĂ©dicales dans les 48 heures suivant l’entrĂ©e en vigueur de la trĂȘve humanitaire et que les convois d’aide de l’ONU soient autorisĂ©s Ă  procĂ©der Ă  des livraisons hebdomadaires aux civils nĂ©cessiteux. Il appelle toutes les parties Ă  « lever immĂ©diatement les siĂšges des zones peuplĂ©es » et Ă  « cesser de priver les civils de nourriture et de mĂ©dicaments indispensables Ă  leur survie« . Il exprime Ă©galement « l’indignation face au niveau inacceptable de violence qui s’intensifie dans plusieurs parties du pays« , en particulier dans la Ghouta orientale et Ă  Idleb

La position de Moscou reste inconnue

Les tractations sur le texte devraient dĂ©buter lundi et, selon des diplomates, il pourrait ĂȘtre rapidement soumis au vote des quinze membres du Conseil. Mais la Russie, alliĂ©e du rĂ©gime du prĂ©sident Bachar al-Assad, a de maniĂšre rĂ©pĂ©tĂ©e bloquĂ© toute initiative du Conseil qui viserait Damas. Des diplomates ont indiquĂ© vendredi soir (9 fĂ©vrier) que la position de Moscou sur le nouveau projet de rĂ©solution n’était pas claire Ă  ce stade, notamment pour savoir si la Russie compte faire usage de son droit de veto pour empĂȘcher son adoption.

Une premiÚre tentative jeudi a échoué

MalgrĂ© l’ampleur des violences en Syrie, les quinze membres du Conseil de sĂ©curitĂ© ne sont pas parvenus Ă  s’entendre jeudi sur une trĂȘve humanitaire rĂ©clamĂ©e par les agences de l’ONU pour permettre la livraison d’aides d’urgence. L’ambassadeur russe Ă  l’ONU, Vassily Nebenzia, parmi les premiers reprĂ©sentants Ă  avoir quittĂ© la rĂ©union du Conseil, avait affirmĂ© qu’un cessez-le-feu humanitaire « n’était pas rĂ©aliste ».

Une situation dramatique en Syrie

AprĂšs un bref rĂ©pit, les bombardements ont visĂ© vendredi plusieurs localitĂ©s de la vaste rĂ©gion de la Ghouta orientale, proche de Damas et dans laquelle sont assiĂ©gĂ©s depuis 2013 quelque 400.000 habitants dans des conditions humanitaires dramatiques, selon des correspondants de l’AFP. MĂ©decins et secouristes sont dĂ©bordĂ©s par l’afflux de victimes avec, chaque jour, des dizaines de morts et de blessĂ©s, dont des femmes et des enfants. La campagne de bombardements menĂ©e par les forces gouvernementales a tuĂ© plus de 240 civils en cinq jours (qui s’ajoutent aux plus de 340.000 morts qu’a fait le conflit en presque sept ans). Les reprĂ©sentants des diffĂ©rentes agences onusiennes basĂ©es Ă  Damas avaient rĂ©clamĂ© mardi « une cessation immĂ©diate des hostilitĂ©s pour au moins un mois, dans toute la Syrie ». Ils accusaient les autoritĂ©s syriennes de bloquer depuis janvier tous les convois d’assistance humanitaire destinĂ©s aux zones assiĂ©gĂ©es.

(AFP sélectionné par NGV)


La Suùde à la manƓuvre

La SuĂšde est un des cinq membres europĂ©ens du Conseil de sĂ©curitĂ©. Une situation relativement exceptionnelle. Outre les deux membres permanents (France, Royaume-Uni), on retrouve les Pays-Bas (en vertu d’une participation partagĂ©e avec l’Italie) et la Pologne (Ă©lue sur le contingent des pays de l’Est). Olof Skoog, le reprĂ©sentant Ă  l’ONU, est bien connu dans l’Union europĂ©enne. Ancien ambassadeur au ComitĂ© politique et de sĂ©curitĂ© de l’UE (durant la prĂ©sidence suĂ©doise de l’UE), il avait Ă©tĂ© le premier prĂ©sident permanent de cette structure entre 2010 et 2013 (lire : Un SuĂ©dois Ă  la tĂȘte du COPS). C’est aussi un diplomate qui connait bien la question des armes chimiques au Moyen-Orient pour avoir Ă©tĂ© le conseiller politique de Hans Blix du temps des inspections internationales en Irak.

Il y a deux jours Ă  peine, il avait condamnĂ© l’usage du droit de veto par les membres permanents du Conseil de sĂ©curitĂ©.

« L’utilisation, ou plutĂŽt l’usage abusif, du veto pour protĂ©ger des intĂ©rĂȘts nationaux Ă©troits contre la volontĂ© de la grande majoritĂ© des membres diminue l’efficacitĂ© et la crĂ©dibilitĂ© du Conseil. Ce n’est que lorsque le Conseil de sĂ©curitĂ© se rĂ©unit et travaille dans son ensemble que nous sommes capables de faire notre travail. » (Olof Skoog sur twitter)

(NGV)

Article paru sur le site Bruxelles.2. Publié sur le site Europe Maxima.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99