Le 5 aoĂ»t dernier, en sĂ©ance plĂ©niĂšre de la Rajya Sabha, la chambre haute du Parlement qui reprĂ©sente les États et les territoires de l’Union indienne, le ministre fĂ©dĂ©ral de l’IntĂ©rieur, Amit Shah, par ailleurs prĂ©sident du BJP (Parti du peuple hindou) au pouvoir, lisait un dĂ©cret prĂ©sidentiel supprimant l’exception constitutionnelle du Cachemire indien.

Malgré la rébellion maoïste naxalite au Bengale-Occidental, au Karnataka et au Bihar, la question du Cachemire demeure le facteur principal de tension entre les trois puissances nucléaires indienne, pakistanaise et chinoise.

À l’indĂ©pendance en 1947, la partition de l’ancien empire britannique des Indes s’effectue selon le critĂšre religieux, ce qui favorise la formation d’un État musulman, le Pakistan alors constituĂ© de deux territoires bien distincts : le Pakistan occidental, soit l’actuel Pakistan, et le Pakistan oriental qui accĂ©dera Ă  l’indĂ©pendance en 1971 sous le nom de Bangladesh.

Au moment de la partition territoriale, des millions d’hindous et de musulmans abandonnent leurs domiciles et s’installent dans leurs nouveaux États respectifs. Plusieurs souverains mahomĂ©tans dont les sujets sont hindous auraient souhaitĂ© intĂ©grer le Pakistan, mais leurs territoires enclavĂ©s en Inde furent prestement annexĂ©s et dĂ©membrĂ©s par les autoritĂ©s centrales indiennes.

Le maharajah du Cachemire, Hari Singh, Ă©tait lui un hindou rĂ©gnant sur une population musulmane. Il rĂȘvait d’un État indĂ©pendant, mais, face aux manƓuvres pakistanaises, il dĂ©cida finalement d’intĂ©grer la jeune Union indienne, ce qui provoqua en partie la premiĂšre des trois guerres indo-pakistanaises (1947, 1967 et 1971). Le Cachemire se retrouve depuis divisĂ©. Le Pakistan contrĂŽle le Nord-Ouest, les rĂ©gions de Gilgit – Baltistan et de l’Azad Cachemire (« Cachemire libre » en ourdou). L’Inde en conserve le Sud-Est qui reçoit en 1950 le statut d’un État fĂ©dĂ©rĂ© autonome, le Jammu-et-Cachemire.

En 1962, au terme d’une guerre Ă©clair, l’Inde perd la vallĂ©e de Shaksgam au profit de la Chine qui la nomme Aksai Chin. Aujourd’hui, le glacier de Siachen est revendiquĂ© par PĂ©kin, La Nouvelle-Delhi et Islamabad. AlliĂ©e du Pakistan, la Chine reconnaĂźt Ă  demi-mot les revendications pakistanaises sur l’ensemble du Cachemire Ă  l’exception bien sĂ»r de l’Aksai Chin.

Le dĂ©cret du prĂ©sident Ram Nath Kovind, avec l’approbation du Premier ministre triomphalement rĂ©Ă©lu ce printemps, le nationaliste Narendra Modi, abroge les articles 370 et 35 A de la Constitution.

Narendra Modi.

Narendra Modi.

Au 31 octobre prochain, le Jammu-et-Cachemire sera rĂ©trogradĂ© au rang de territoire de l’Union scindĂ© en deux entitĂ©s diffĂ©rentes : d’une part, le Jammu-et-Cachemire proprement dit avec le Jammu Ă  majoritĂ© hindouiste et la vallĂ©e musulmane du Cachemire, d’autre part, le Ladakh Ă  majoritĂ© bouddhiste. La rĂ©vocation de ces articles constitutionnels supprime de facto la discrimination lĂ©gale qui rĂ©servait la propriĂ©tĂ© fonciĂšre et immobiliĂšre aux seuls Cachemiris. Le gouvernement indien entend faire du Cachemire ce que les Chinois font aux rĂ©gions rĂ©tives du Tibet et Xinjiang ouĂŻghour, Ă  savoir faciliter le peuplement massif des hindous.

Le matin du 5 août, le Jammu-et-Cachemire était coupé du monde : plus de communications, lignes aériennes interrompues, routes bloquées par des barrages militaires, touristes évacués la veille en urgence. La capitale, Srinagar, était soumise à un état de siÚge informel. La démonstration de force est aisée.

L’armĂ©e indienne y maintient de nombreuses troupes en raison d’un voisinage conflictuel et du soulĂšvement indĂ©pendantiste plus ou moins islamiste lancĂ© en 1989. Cette insurrection est encouragĂ©e et soutenue par les redoutables services secrets pakistanais.

Enfin depuis quatorze mois, le Jammu-et-Cachemire traversait une grave crise politique. En juin 2018, le BJP se retirait de la coalition gouvernementale locale, renversait le gouvernement et rendait l’État fĂ©dĂ©rĂ© ingouvernable. En l’absence d’un parlement rĂ©gional suspendu, il revenait dĂšs lors au gouverneur de l’État, le reprĂ©sentant officiel du gouvernement indien, Satya Pal Malik, d’administrer directement la rĂ©gion et d’entĂ©riner la dĂ©cision prĂ©sidentielle.

Une course de vitesse dĂ©mographique s’engage dĂ©sormais. Les musulmans du Cachemire expriment leur impatience ; ils pourraient dans les prochains mois ou dans les prochaines annĂ©es renforcer la rĂ©volte sĂ©paratiste afin de devenir pakistanais ou d’obtenir l’indĂ©pendance. Le BJP veut par cet exemple entamer l’« hindouisation » du pays. Fin aoĂ»t, des milliers d’habitants de l’Assam ont Ă©tĂ© dĂ©chus de leur nationalitĂ© indienne. Le rĂ©veil national de l’Inde vient de commencer.

Bonjour chez vous !

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99