La crise syrienne aprĂšs les celle de l’Ukraine ont rĂ©veillĂ© de vieux dĂ©mons dans notre presse et parmi une partie de notre personnel politique. Au point que des principes de base de la RĂ©publique comme la libertĂ© d’information, l’accĂšs Ă  une information fiable et Ă©quilibrĂ©e, la libertĂ© de parole et d’opinion sont mis en cause. C’est un danger pour le fonctionnement d’une sociĂ©tĂ© citoyenne et dĂ©mocratique, voire mĂȘme pour une concurrence pure et parfaite rĂȘvĂ©e par les thĂ©oriciens d’une Ă©conomie de marchĂ©. Et bien sĂ»r, c’est un encouragement Ă  la xĂ©nophobie et aux discriminations.

Les manifestations de russophobie (xĂ©nophobie et haine des populations russes ou d’origine russe, voire de langue russe) deviennent de plus en plus nombreuses et sont de plus en plus agressives, essentiellement dans les mass mĂ©dias, et elles ont maintenant des consĂ©quences sociologiques de rupture de consensus social. Heureusement, la majoritĂ© des Français ne se laisse pas entrainer dans la haine du Russe, et de faits de discrimination contre des personnes morales ou juridiques.

bases US Europe

Bases US en Europe.

Le parti-pris systĂ©matique anti russe, la dissimulation d’informations, les jugements de valeur Ă  gĂ©omĂ©trie variable de la plupart, voire de la totalitĂ© des grands mĂ©dias, aboutit Ă  une perte de crĂ©dibilitĂ© des principales sources d’information pour le corps social.

Une consĂ©quence importante est la violation constante de la dĂ©ontologie journalistique, l’un des garde-fous potentiels contre les dĂ©rives citĂ©es prĂ©cĂ©demment. En piĂ©tinant la dĂ©ontologie professionnelle, on introduit aussi une atteinte Ă  la moralitĂ© en raison des jugements Ă  double standards : la victime russe d’un acte terroriste est transformĂ©e en coupable, un chanteur russe Ă  l’eurovision ne doit pas gagner car il est russe et «qu’il sent le gaz» (cf commentaire eurovision 2016) , un supporter de football russe est plus mĂ©chant qu’un Anglais Ă  Q.I pourtant Ă©gal, Ă  Mossoul on fait la guerre Ă  des islamistes, Ă  Alep on « massacre » soit disant de gentils rebelles dont on oublie les crimes et l’islamisme dont ont Ă©tĂ© victimes des quartiers d’Alep est qu’ils ont occupĂ©.

La dissimulation de la xĂ©nophobie sous une pseudo opposition au prĂ©sident actuel de la Russie, dont la diabolisation constante n’est qu’une des formes de la russophobie, ne fait aucun doute : il suffit de comparer le traitement mĂ©diatique du prĂ©sident russe Ă  celui d’autres chefs d’État pour s’en rendre compte ou de remplacer le mot russe par une autre nationalitĂ©, ethnie ou religion pour s’apercevoir sur le champ du caractĂšre raciste du message qui en France encourerait les tribunaux, s’il ne s’agissait pas de Russes. Il ne s’agit pas pour autant de dĂ©noncer les analyses cohĂ©rentes et sourcĂ©es d’opposition aux pouvoirs en Russie. Encore faut-il qu’elles parlent de vrais problĂšmes sur le mĂȘme ton que s’il s’agissait d’autres pays et qu’elles ne soient pas un simple dĂ©vidoir de thĂšmes imposĂ©s et/ou rĂ©pĂ©tĂ©s, comme c’est souvent le cas.

Article de presse « Stop Russophobie ».

Article de presse « Stop Russophobie ».

Ce climat entretenu artificiellement, contre les intĂ©rĂȘts de notre sociĂ©tĂ© et de notre pays au sein de l’Europe, dĂ©tĂ©riore nos relations internationales et nos intĂ©rĂȘts Ă©conomiques et gĂ©opolitiques et prĂ©pare psychologiquement les populations Ă  la guerre qui a dĂ©jĂ  saignĂ© notre continent Ă  deux reprises au cours du XXe siĂšcle.

Il nous a semblĂ© nĂ©cessaire de rĂ©agir Ă  ce climat dĂ©lĂ©tĂšre de discrimination et de tension inter-nationalitĂ©s europĂ©ennes, importĂ© de l’extĂ©rieur et contraire Ă  la volontĂ© de paix et de tranquilitĂ© de la majoritĂ© de la population française Ă  laquelle la haine du russe, qu’on tente de lui imposer, est totalement Ă©trangĂšre, saugrenue et odieuse.

C’est pourquoi a Ă©tĂ© fondĂ© le site www.stoprussophobie.info. Allez le voir, servez vous en et n’hĂ©sitez pas Ă  lui fournir des articles et un soutien.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.