par Olivier Bault.

Il aura suffi que l’Italie ferme enfin ses ports aux ONG du continent europĂ©en pour que Malte s’intĂ©resse d’un peu plus prĂšs Ă  l’activitĂ© en MĂ©diterranĂ©e de ces organisations immigrationnistes. Le 29 juin, le journal Times of Malta annonçait que le gouvernement de cette Ăźle de 460 000 habitants (prĂšs de 1 500 habitants/km2 !) fermait officiellement ses ports aux bateaux des ONG chargĂ©s d’immigrants clandestins qui ne respectent pas la loi. Deux jours plus tĂŽt, le navire Lifeline de l’ONG allemande Lifeline Mission avait finalement Ă©tĂ© autorisĂ© Ă  dĂ©barquer ses passagers aprĂšs six jours d’errance en mer avec 234 immigrants Ă  son bord, mais uniquement aprĂšs que d’autres pays europĂ©ens eurent acceptĂ© de prendre ces immigrants en charge. Il faut dire que pour faire le plein de « migrants », l’équipage de ce bateau avait enfreint les rĂšgles du code de conduite imposĂ© il y a un an par l’Italie et dĂ©sobĂ©i aux ordres donnĂ©s par les autoritĂ©s italiennes et libyennes. Le capitaine du Lifeline devra en outre rĂ©pondre devant les juges maltais d’irrĂ©gularitĂ©s au niveau de l’immatriculation du bateau et de son pavillon hollandais. Il semblerait par ailleurs que le capitaine du Lifeline n’avait pas les qualifications nĂ©cessaires pour naviguer Ă  plus de 30 miles nautiques des cĂŽtes.

Quant Ă  l’Aquarius, auquel l’Italie et Malte avaient refusĂ© le dĂ©barquement de ses plus de 600 immigrants clandestins, il s’est vu refuser par Malte, Ă  la fin du mois de juin, l’accĂšs Ă  l’üle pour son ravitaillement. Les autoritĂ©s maltaises ont ensuite bloquĂ© pendant les premiers jours de juillet le Sea-Watch 3 de l’ONG allemande Sea-Watch, apparemment pour prendre le temps de vĂ©rifier la rĂ©gularitĂ© de son pavillon hollandais. La Valette en a profitĂ© pour interdire Ă  l’ONG de faire voler son avion Moonbird au-dessus des eaux maltaises. Ce petit avion est utilisĂ© par l’organisation allemande depuis avril 2017 pour accĂ©lĂ©rer le repĂ©rage des canots chargĂ©s de migrants. Il faut dire que Sea-Watch, par rapport Ă  Lifeline Mission, c’est un service de navette entre la Libye et l’Italie qui fonctionnait Ă  l’échelle industrielle : depuis sa crĂ©ation fin 2014, cette ONG allemande a contribuĂ© Ă  la venue en Europe de plus de 35 000 immigrants clandestins, selon les chiffres donnĂ©s sur son site. L’avion Moonbird est restĂ© cette semaine clouĂ© au sol par La Valette qui estime mettre ainsi en Ɠuvre une des dĂ©cisions du dernier Conseil europĂ©en : faire respecter la zone de compĂ©tence exclusive des garde-cĂŽtes libyens.

Ainsi, la nouvelle politique de Rome sous l’impulsion du ministre de l’IntĂ©rieur Matteo Salvini a eu un impact immĂ©diat sur la politique du gouvernement de Joseph Muscat. ParallĂšlement Ă  ce changement de politique, un scandale a Ă©clatĂ© au mois de juin Ă  propos d’un trafic de visas Schengen vendus par des fonctionnaires maltais Ă  des citoyens libyens, principalement depuis le consulat de Malte Ă  Tripoli. Ce trafic aurait concernĂ©, selon les dĂ©nonciations relayĂ©es dans la presse et au Parlement europĂ©en, pas moins de 88 000 visas. A combien de sympathisants de l’Etat islamique l’üle de Malte a-t-elle fourni des visas pour l’UE ? demandait dans un tweet le 22 juin le dĂ©putĂ© britannique au Parlement europĂ©en Nigel Farage.

Article paru dans les colonnes du quotidien Présent.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99