L’AmĂ©rique et la Russie seraient entrĂ©es dans une sorte de guerre tiĂšde. La Russie de Vladimir Poutine est le pays le plus dĂ©testĂ© par les Occidentaux en gĂ©nĂ©ral ; par les mĂ©dias de France bĂ©ni-oui-oui en particulier.Anti-Poutine

Il suffit d’ouvrir Le Figaro, l’un des moins virulents parmi la presse socialisante et bien-pensante pour rĂ©aliser la mauvaise foi occidentale. L’ingĂ©rence de l’OTAN, de l’ONU, des États-Unis et de Bruxelles dĂ©borde de discours anti Poutine.

À l’inverse d’ailleurs de la sympathie que ressentent les Français en gĂ©nĂ©ral envers Poutine. Une sympathie que partagent Ă©galement les patriotes de France envers Trump. D’oĂč une frustration de ceux-ci lorsque la politique Ă©trangĂšre USA-Russie se tend quelque peu. Nous avons les idoles que nous mĂ©ritons puisque la France ne produit plus de « bĂȘtes politiques » de bon niveau depuis la mort du gĂ©nĂ©ral de Gaulle.

Alors nous regardons avec envie ailleurs ! Nous envions surtout le patriotisme de Vladimir Poutine qui nous fait penser Ă  AstĂ©rix. Sauf que son village est bien plus massif et consĂ©quent et met les Romains d’aujourd’hui dans des inquiĂ©tudes certaines ! Sa potion magique est sa popularité !

En France, sommes-nous pro ou anti Poutine ? Cela dépend de votre niveau de pouvoir.

Il est de bon ton, dans la caste mĂ©diatique et politique de dĂ©tester Poutine. Jusqu’ici, il n’y avait pas de soucis puisque dans le camp du bien, il y avait Obama. Depuis, la donne a changé ! Trump est devenu le premier PrĂ©sident dans le camp du mal. Les « Bien-pensants » ne savent plus Ă  quel saint se vouer. Macron a bien essayĂ© d’occuper le terrain du bien, mais il s’est pris les pieds dans le tapis militaire, Ă  travers sa bourde sur le gĂ©nĂ©ral de Villiers. L’idole des En Marche s’est plantĂ©e. Il s’effondre dans les sondages au bout de trois mois de pouvoir.

Le journaliste Arnaud de la Grange ose mĂȘme dire dans son Ă©dito que Poutine cherche Ă  dĂ©stabiliser les dĂ©mocraties occidentales. (1er aoĂ»t 2017). Il se paie le luxe d’affirmer que Poutine n’aide pas Ă  ce que les « dĂ©mocraties » lui tendent la main. C’est oublier quelques dĂ©tails, comme de faire porter sur le dos de la Russie la volontĂ© de dĂ©stabiliser l’Ukraine en organisant les fameuses rĂ©volutions aux couleurs de Soros, et les tentatives de coups d’États


C’est aussi oublier la volontĂ© des USA d’encercler la FĂ©dĂ©ration de Russie par les troupes de l’OTAN. Il suffit de regarder une carte de la prĂ©sence des USA et de l’OTAN pour le comprendre. OĂč est l’équivalent en bases Russes autour des USA ? Qui cherche Ă  empĂȘcher la Russie d’ĂȘtre ce qu’elle est, Ă  savoir un pays-continent, nationaliste et souverain ?

Dan Fried, ambassadeur amĂ©ricain, affirme que ce sont les Russes, « par leur comportement agressif, qui sont Ă  l’origine de l’échec d’un partenariat USA-Russie ». Tout en admettant que les USA ont toujours refusĂ©, et refuseront toujours, un nouveau Yalta qui permettrait de sĂ©curiser le territoire Russe.

Les USA font la loi dans toutes les AmĂ©riques, y compris au Canada, mais refusent Ă  la Russie d’avoir des pays limitrophes pacifiques et sans arme de destructions massives, tournĂ©es sur son territoire.

On sait la vindicte des USA vis-Ă -vis de la CorĂ©e du Nord qui souhaite avoir la puissance nuclĂ©aire tournĂ©e vers les USA ! On peut se demander pourquoi ces derniers ne comprennent pas les craintes de Poutine et des Russes avec des fusĂ©es de l’OTAN en Pologne, en Lituanie, en Lettonie, en Estonie, en Finlande, et sa volontĂ© d’en mettre en Ukraine ! (voir l). Qui agresse qui dans cette affaire ?

C’est le mĂȘme ambassadeur qui a affirmĂ© sans honte, que les « fondamentaux des USA sont sains » au contraire de ceux des Russes et de Vladimir Poutine. Il suffit d’observer les derniers Ă©vĂ©nements depuis 1989 en Afghanistan, l’armement des Talibans par les USA contre l’URSS, puis la guerre qui suivit contre ces mĂȘmes Talibans ! La guerre contre les dictateurs nationalistes arabes, comme en Irak, basĂ©e sur un mensonge, et en Syrie ensuite ! La dĂ©stabilisation de l’Égypte, de la Libye avec la France comme supplĂ©tif.

L’entraĂźnement en Jordanie des islamistes, et les armements livrĂ©s Ă  ceux de Syrie, etc. Nous en avons les consĂ©quences aujourd’hui sur les cĂŽtes italiennes.

C’est un John Herbst directeur de recherche Ă  l’Atlantic Council qui affirme que la Russie Ă©chouera dans sa confrontation avec l’Ouest dans laquelle l’entraĂźne Poutine ! Sans technologie, sans dĂ©veloppement, la Russie Ă©chouera ! Et c’est Vladimir Poutine qui est l’agresseur du monde dit « libre » ?

Vladimir Poutine mĂšne une guerre pour la souverainetĂ© de la Russie, son indĂ©pendance, sa survie en tant que peuple. Qu’importe son rĂ©gime politique finalement, car au fond, quand on compare le rĂ©gime russe, probablement autoritaire, avec celui de la France dĂ©lĂ©tĂšre, aux lois anti-libertĂ© d’expression, aux interventions liberticides sur les rĂ©seaux sociaux, dans la presse, promouvant une dĂ©mocratie non reprĂ©sentative du peuple de France, condamnant des responsables de sites patriotes, emprisonnant des souverainistes, les maltraitant parfois, etc., alors je me prends Ă  espĂ©rer qu’un jour, il y aura un Poutine Français Ă  l’ÉlysĂ©e.

Je ne suis sĂ»rement pas le seul Ă  me sentir proche de la Russie, proche de la Hongrie, de la Serbie, de la SlovĂ©nie, de la TchĂ©quie, de la Pologne, etc., de ces pays qui dĂ©fendent leurs libertĂ©s de peuple souverain


Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.