L’Amérique et la Russie seraient entrées dans une sorte de guerre tiède. La Russie de Vladimir Poutine est le pays le plus détesté par les Occidentaux en général ; par les médias de France béni-oui-oui en particulier.Anti-Poutine

Il suffit d’ouvrir Le Figaro, l’un des moins virulents parmi la presse socialisante et bien-pensante pour réaliser la mauvaise foi occidentale. L’ingérence de l’OTAN, de l’ONU, des États-Unis et de Bruxelles déborde de discours anti Poutine.

À l’inverse d’ailleurs de la sympathie que ressentent les Français en général envers Poutine. Une sympathie que partagent également les patriotes de France envers Trump. D’où une frustration de ceux-ci lorsque la politique étrangère USA-Russie se tend quelque peu. Nous avons les idoles que nous méritons puisque la France ne produit plus de « bêtes politiques » de bon niveau depuis la mort du général de Gaulle.

Alors nous regardons avec envie ailleurs ! Nous envions surtout le patriotisme de Vladimir Poutine qui nous fait penser à Astérix. Sauf que son village est bien plus massif et conséquent et met les Romains d’aujourd’hui dans des inquiétudes certaines ! Sa potion magique est sa popularité !

En France, sommes-nous pro ou anti Poutine ? Cela dépend de votre niveau de pouvoir.

Il est de bon ton, dans la caste médiatique et politique de détester Poutine. Jusqu’ici, il n’y avait pas de soucis puisque dans le camp du bien, il y avait Obama. Depuis, la donne a changé ! Trump est devenu le premier Président dans le camp du mal. Les « Bien-pensants » ne savent plus à quel saint se vouer. Macron a bien essayé d’occuper le terrain du bien, mais il s’est pris les pieds dans le tapis militaire, à travers sa bourde sur le général de Villiers. L’idole des En Marche s’est plantée. Il s’effondre dans les sondages au bout de trois mois de pouvoir.

Le journaliste Arnaud de la Grange ose même dire dans son édito que Poutine cherche à déstabiliser les démocraties occidentales. (1er août 2017). Il se paie le luxe d’affirmer que Poutine n’aide pas à ce que les « démocraties » lui tendent la main. C’est oublier quelques détails, comme de faire porter sur le dos de la Russie la volonté de déstabiliser l’Ukraine en organisant les fameuses révolutions aux couleurs de Soros, et les tentatives de coups d’États…

C’est aussi oublier la volonté des USA d’encercler la Fédération de Russie par les troupes de l’OTAN. Il suffit de regarder une carte de la présence des USA et de l’OTAN pour le comprendre. Où est l’équivalent en bases Russes autour des USA ? Qui cherche à empêcher la Russie d’être ce qu’elle est, à savoir un pays-continent, nationaliste et souverain ?

Dan Fried, ambassadeur américain, affirme que ce sont les Russes, « par leur comportement agressif, qui sont à l’origine de l’échec d’un partenariat USA-Russie ». Tout en admettant que les USA ont toujours refusé, et refuseront toujours, un nouveau Yalta qui permettrait de sécuriser le territoire Russe.

Les USA font la loi dans toutes les Amériques, y compris au Canada, mais refusent à la Russie d’avoir des pays limitrophes pacifiques et sans arme de destructions massives, tournées sur son territoire.

On sait la vindicte des USA vis-à-vis de la Corée du Nord qui souhaite avoir la puissance nucléaire tournée vers les USA ! On peut se demander pourquoi ces derniers ne comprennent pas les craintes de Poutine et des Russes avec des fusées de l’OTAN en Pologne, en Lituanie, en Lettonie, en Estonie, en Finlande, et sa volonté d’en mettre en Ukraine ! (voir l). Qui agresse qui dans cette affaire ?

C’est le même ambassadeur qui a affirmé sans honte, que les « fondamentaux des USA sont sains » au contraire de ceux des Russes et de Vladimir Poutine. Il suffit d’observer les derniers événements depuis 1989 en Afghanistan, l’armement des Talibans par les USA contre l’URSS, puis la guerre qui suivit contre ces mêmes Talibans ! La guerre contre les dictateurs nationalistes arabes, comme en Irak, basée sur un mensonge, et en Syrie ensuite ! La déstabilisation de l’Égypte, de la Libye avec la France comme supplétif.

L’entraînement en Jordanie des islamistes, et les armements livrés à ceux de Syrie, etc. Nous en avons les conséquences aujourd’hui sur les côtes italiennes.

C’est un John Herbst directeur de recherche à l’Atlantic Council qui affirme que la Russie échouera dans sa confrontation avec l’Ouest dans laquelle l’entraîne Poutine ! Sans technologie, sans développement, la Russie échouera ! Et c’est Vladimir Poutine qui est l’agresseur du monde dit « libre » ?

Vladimir Poutine mène une guerre pour la souveraineté de la Russie, son indépendance, sa survie en tant que peuple. Qu’importe son régime politique finalement, car au fond, quand on compare le régime russe, probablement autoritaire, avec celui de la France délétère, aux lois anti-liberté d’expression, aux interventions liberticides sur les réseaux sociaux, dans la presse, promouvant une démocratie non représentative du peuple de France, condamnant des responsables de sites patriotes, emprisonnant des souverainistes, les maltraitant parfois, etc., alors je me prends à espérer qu’un jour, il y aura un Poutine Français à l’Élysée.

Je ne suis sûrement pas le seul à me sentir proche de la Russie, proche de la Hongrie, de la Serbie, de la Slovénie, de la Tchéquie, de la Pologne, etc., de ces pays qui défendent leurs libertés de peuple souverain…

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.