Par Antoine de Longevialle.

Hongrie – « Depuis sept ans, je travaille Ă  l’élaboration d’une politique Ă©trangĂšre basĂ©e sur nos intĂ©rĂȘts nationaux plutĂŽt que sur la mentalitĂ© et la logique d’un alliĂ© rĂ©ticent. Nous nous portons bien, mais il y a une piĂšce du puzzle qui n’est pas encore en place : et c’est Bruxelles. »

VoilĂ  ce qu’a dĂ©clarĂ© Viktor OrbĂĄn lors d’une rĂ©union d’étĂ© avec des Ă©tudiants, en 2017, et cela n’a probablement pas plu Ă  Jean-Claude Juncker.

Lorsque nous parlons de la politique d’un pays, nous en revenons toujours Ă  la question des intĂ©rĂȘts nationaux. Qu’est-ce que l’intĂ©rĂȘt national ? Je crois en un point de vue rĂ©aliste, comme l’ont exprimĂ© Derek S. Reveron et Nikolas K. Gvosdev dans un article qui parle de « d’intĂ©rĂȘt national et de grande stratĂ©gie » (2017). Selon eux, les intĂ©rĂȘts nationaux seraient « un concept qui permet aux dĂ©cideurs de la sĂ©curitĂ© nationale d’articuler ce qui compte pour le pays et la façon dont une nation doit dĂ©finir ses prioritĂ©s. Les intĂ©rĂȘts nationaux sont durables, comme la protection de l’intĂ©gritĂ© de l’État et la promotion de la prospĂ©ritĂ© Ă©conomique. »

MĂȘme si la Hongrie, en tant qu’Etat membre de l’UE, a progressivement abandonnĂ© une partie de sa souverainetĂ©, elle conserve le droit, dans de nombreux domaines, de dĂ©cider ce qu’elle considĂšre comme le mieux pour ses citoyens. Cependant, jusqu’oĂč peut aller la Hongrie sans aller Ă  l’encontre du UE ? La question de l’intĂ©rĂȘt national est l’une des principales raisons pour expliquer le fossĂ© et le manque de comprĂ©hension entre la Commission et Budapest. Quand on parle d’énergie, cette question est particuliĂšrement vraie.

Comme la Pologne et dix autres États, la Hongrie fait partie de l’Initiative des Trois Mers. Si la Commission n’est pas officiellement opposĂ©e Ă  cette nouvelle coopĂ©ration rĂ©gionale, la Hongrie Ă©tant l’un de ses principaux acteurs, ce qui est vu de Bruxelles comme un facteur de dĂ©stabilisation. AprĂšs la chute de l’Union SoviĂ©tique, la Hongrie s’est engagĂ©e dans une politique pro-occidentale, principalement conduite afin d’adopter le systĂšme d’économie de marchĂ©. Cependant, depuis son Ă©lection en 2010, OrbĂĄn semble ĂȘtre beaucoup plus conciliant envers la Russie, ce qui tend Ă  irriter la Commission. La Hongrie, qui dispose dĂ©jĂ  de quatre rĂ©acteurs russes qui alimentent un tiers de sa consommation Ă©lectrique, a conclu en 2014 avec la sociĂ©tĂ© russe Rosatom un accord pour la construction de deux centrales nuclĂ©aires, pour un coĂ»t total de 12,5 milliards d’euros (financĂ© par un prĂȘt russe de 10 milliards d’euros).

MalgrĂ© le feu vert de Bruxelles aprĂšs trois annĂ©es de discussions, la Commission europĂ©enne ne voit toujours pas d’un bon Ɠil ce projet financĂ© principalement par la Russie. Dans son rapport de 2017 sur l’énergie en Hongrie, l’Agence internationale de l’énergie a indiquĂ© que la consommation intĂ©rieure brute de la Hongrie provenait Ă  31% du gaz. Ce mĂȘme gaz provenait Ă  95% de Russie. Le pĂ©trole, qui reprĂ©sentait 27% de sa consommation finale, Ă©tait Ă  76,2% en provenance de la FĂ©dĂ©ration de Russie. En regardant ces donnĂ©es, nous pouvons voir que la sĂ©curitĂ© Ă©nergĂ©tique de la Hongrie dĂ©pend fortement de la Russie. Son intĂ©rĂȘt national est alors de ne pas se distancer de Moscou dans le traitement de la question Ă©nergĂ©tique. Dans une pĂ©riode de fortes tensions entre l’UE et la Russie, la Hongrie ne s’écarte pas de sa stratĂ©gie de bonnes relations avec Moscou. MalgrĂ© le fait que la Hongrie a votĂ© en faveur des sanctions contre la Russie, elle a constamment essayĂ© de faire pression pour leur suppression, ce qui crĂ©e des tensions avec la Commission et mĂȘme avec la Pologne, qui est totalement en dĂ©saccord. De plus, Budapest a toujours souhaitĂ© plus de coopĂ©ration entre l’OTAN et la Russie pour faire face au conflit syrien, mais Washington n’a jamais donnĂ© de rĂ©ponse positive. Lors d’une confĂ©rence de presse Ă  Budapest avec Vladimir Poutine, Viktor OrbĂĄn a appelĂ© Ă  la « normalisation des relations entre l’UE et la Russie et a soulignĂ© que la coopĂ©ration avec Moscou est une condition indispensable pour maintenir la compĂ©titivitĂ© de l’économie europĂ©enne ». Il a Ă©galement fĂ©licitĂ© la Russie pour « avoir contribuĂ© Ă  rĂ©soudre le conflit en Syrie et Ă  limiter la migration vers l’Europe ».

Nous avons vu que Bruxelles et Budapest font face Ă  un quiproquo sur la politique Ă©nergĂ©tique. Ce que la Hongrie considĂšre ĂȘtre une question d’intĂ©rĂȘt national est considĂ©rĂ© comme contraire Ă  ceux de l’UE par la Commission. Des deux cĂŽtĂ©s, une meilleure comprĂ©hension de l’autre devrait ĂȘtre renforcĂ©e afin d’amĂ©liorer le respect mutuel.

Article paru sur le site VPost.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99