Union europĂ©enne. Au sommet europĂ©en de Tallinn, Macron a plaidĂ© pour la taxation des Gafa (gĂ©ants du net). Refus catĂ©gorique du Luxembourg et de l’Irlande, refuges fiscaux des tricheurs. Quand il s’agit de dĂ©fendre les intĂ©rĂȘts des multinationales, l’Europe entend la voix des petits pays !

Espagne. L’État espagnol avait promis de tout faire pour empĂȘcher le rĂ©fĂ©rendum d’autodĂ©termination de la Catalogne, dimanche 1er octobre. NĂ©anmoins des dizaines de milliers de personnes ont tentĂ© d’aller aux urnes. RĂ©sultat : des affrontements avec la police, au moins 91 blessĂ©s et 844 personnes Ă  l’hosto. Quid de la Catalogne ?

Carles Puigdemont, chef du gouvernement rĂ©gional, a assurĂ© dimanche soir Ă  Barcelone, dans une allocution solennelle, que les Catalans avaient gagnĂ© le droit d’avoir un État indĂ©pendant. La loi catalane prĂ©voit une proclamation unilatĂ©rale d’indĂ©pendance. Inutile de dire que cela ne va pas arranger les relations entre la Catalogne et l’État espagnol.

Pour le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, reprenant ses dĂ©clarations de 2014 « il n’y a pas eu de rĂ©fĂ©rendum d’autodĂ©termination ». Point barre. Dialogue de sourd. L’Espagne entre dans une crise politique sans prĂ©cĂ©dent dont les consĂ©quences sont imprĂ©visibles.

Dans un discours trĂšs ferme, le roi Felipe VI a dĂ©noncĂ©, mardi 3 octobre, la « dĂ©loyautĂ© inadmissible » et la « conduite irresponsable » du gouvernement catalan qui, « de maniĂšre dĂ©libĂ©rĂ©e », a « systĂ©matiquement portĂ© atteinte Ă  la lĂ©gislation » en organisant, dimanche 1er octobre, un rĂ©fĂ©rendum visant Ă  dĂ©clarer unilatĂ©ralement l’indĂ©pendance.

Une situation d’autant plus compliquĂ©e que Carles Puigdemont, le prĂ©sident rĂ©gional catalan, a bien l’intention de dĂ©clarer unilatĂ©ralement l’indĂ©pendance de la catalogne comme il l’a annoncĂ© Ă  la chaĂźne anglaise BBC.

Carles Puigdemont.

Carles Puigdemont.

Angleterre. Dans leur tournĂ©e asiatique qui va dĂ©buter le 30 octobre et qui les emmĂšnera Ă  Singapour, en Malaisie et en Inde, l’hĂ©ritier de la couronne britannique et son Ă©pouse, Camilla, Ă©viteront la Birmanie, accusĂ©e d’« épuration ethnique » contre la minoritĂ© musulmane rohingya.

Cette série de visites est destinée à renforcer les liens avec ces pays en prévision du sommet du Commonwealth, qui se tiendra au Royaume-Uni en avril 2018.

Ukraine. Le président ukrainien Petro Porochenko a déclenché la colère de ses voisins polonais, roumains et hongrois en signant une loi interdisant l’enseignement des langues minoritaires dans le pays. La Hongrie a annoncé qu’elle bloquerait le processus d’adhésion de Kiev à l’Union européenne tant que ce texte ne serait pas abrogé.

Estonie. Ce pays, on le sait, est passĂ© au tout numĂ©rique. Avec succĂšs. Une carte unique fait office pour les citoyens de carte de transport, de carte vitale et de carte d’identitĂ©. D’aprĂšs la Banque mondiale, ce « government as a service » permet au pays de rĂ©aliser une Ă©conomie de 2 % de PIB par an, l’équivalent du budget de la dĂ©fense du pays balte.

Russie. Une entreprise publique russe‹a Ă©tabli une nouvelle connexion Internet avec la CorĂ©e du Nord, la seconde aprĂšs celle qui passe par la Chine, ce qui pourrait nuire aux efforts des États-Unis pour isoler le pays.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.