Union europĂ©enne. Samedi 29 avril, lors du sommet europĂ©en, il n’a fallu que 4 minutes pour se mettre d’accord sur les grands principes qui devront guider la nĂ©gociation avec Londres. Et les responsables europĂ©ens se disent trĂšs inquiets de l’état de « dĂ©ni » dans lequel se trouve le Royaume-Uni vis-Ă -vis des consĂ©quences du Brexit.

L’Europe semble vouloir punir la Grande-Bretagne de sa sortie de l’Union et surtout dĂ©courager d’éventuels candidats. AprĂšs une rencontre qui s’est apparemment trĂšs mal passĂ©e entre Juncker et Theresa May, le chiffre de ce que devrait payer la GB pour faire face Ă  ses engagements avant de commencer les nĂ©gociations serait maintenant de 100 milliards d’euros, et non plus 60 milliards. Les nĂ©gociations vont ĂȘtre trĂšs brutales.

Angleterre. Le premier train de marchandises reliant directement Londres Ă  la Chine est arrivĂ© Ă  destination aprĂšs un voyage de prĂšs de trois semaines Ă©voquant l’ancestrale Route de la soie. Londres est dĂ©sormais la 15e ville d’Europe desservie par ce nouveau service de fret censĂ© ĂȘtre meilleur marchĂ© que le transport aĂ©rien et plus rapide que le transport maritime.

Yiwu, située au sud de Shanghai, est une plaque tournante du commerce des produits de consommation courante. Mais les trains sont généralement plus remplis dans le sens Chine-Europe, reflet du déséquilibre commercial entre les deux économies.

L’ancien Premier ministre britannique Tony Blair a annoncĂ© lundi 1er mai sa dĂ©cision de replonger dans l’arĂšne politique et de se « salir les mains » pour combattre le Brexit.

Panique Ă  Londres ! À la suite d’un article de presse faisant Ă©tat d’une « rĂ©union d’urgence trĂšs inhabituelle », les mĂ©dias se sont retrouvĂ©s trĂšs tĂŽt devant Buckingham Palace. À 11 heures tapantes, un communiquĂ© officiel mettait fin aux Ă©lucubrations : le prince Philip va prendre sa retraite. À 96 ans. Sa femme, 91 ans, est toujours en activitĂ©.

Italie. Matteo Renzi s’est imposĂ© dans les urnes dimanche et reste Ă  la tĂȘte du Parti dĂ©mocrate, au pouvoir en Italie. Matteo Renzi a recueilli autour de 70 % des voix, loin devant Andrea Orlando, actuel ministre de la Justice, et Michele Emiliano, gouverneur de la rĂ©gion des Pouilles, considĂ©rĂ©s comme plus Ă  gauche.

ÂgĂ© de 42 ans, Matteo Renzi avait dĂ©missionnĂ© en dĂ©cembre de son poste de chef du gouvernement aprĂšs son cinglant Ă©chec au rĂ©fĂ©rendum de la rĂ©forme constitutionnelle dont il avait fait son cheval de bataille. Le prochain objectif ? Les lĂ©gislatives prĂ©vues au plus tard dĂ©but 2018.

GrĂšce. Les syndicats en GrĂšce ont marquĂ© lundi le 1er mai par des dĂ©filĂ©s et une grĂšve nationale de 24 heures contre de nouvelles mesures de rigueur en Ă©change de la poursuite du versement de prĂȘts internationaux. « Le gouvernement et les crĂ©anciers ont pressurĂ© le peuple et les travailleurs depuis sept ans », Ă©crit le puissant syndicat des fonctionnaires Adedy.

SuĂšde. La plus grande mosquĂ©e chiite en SuĂšde, situĂ©e dans la banlieue de Stockholm, a Ă©tĂ© ravagĂ©e dans la nuit de dimanche 30 avril Ă  lundi 1er mai par un incendie vraisemblablement d’origine criminelle, selon la police suĂ©doise.

Russie. La chanceliÚre allemande Angela Merkel a rencontré mardi 2 mai le président russe Vladimir Poutine à Sotchi, sur les bords de la mer Noire, pour sa premiÚre visite en Russie depuis 2015 annonçant une reprise de dialogue entre Berlin et Moscou.

Selon la fondation allemande SWP, le couple Merkel-Poutine « C’est une relation d’affaires plutĂŽt compliquĂ©e. D’un cĂŽtĂ©, lorsque Poutine regarde vers l’Union europĂ©enne, il s’adresse Ă  Merkel plutĂŽt qu’à Bruxelles. En Europe, Berlin est le seul interlocuteur crĂ©dible aux yeux de Moscou.

De l’autre, l’élite russe en gĂ©nĂ©ral et Poutine en particulier ont Ă©tĂ© trĂšs surpris et irritĂ©s lorsqu’en 2014, l’Allemagne a changĂ© de ligne envers Moscou, multipliĂ© les critiques et provoquĂ© les sanctions, dĂ©crĂ©tĂ©es par l’UE en rĂ©ponse Ă  l’annexion de la CrimĂ©e. »

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.