Union europĂ©enne. Comme attendu, la BCE a annoncĂ© qu’elle arrĂȘterait, en 2018, l’impression du billet de 500 euros, pour lutter contre le crime organisĂ©. Mais elle n’en supprimera pas l’usage comme le souhaitaient certains pays, dont la France. Les billets de 500 euros pourront donc encore circuler.

Le patron d’Europol dĂ©clare que les organisations criminelles ont tirĂ© 6 milliards d’euros de recettes du trafic de migrants en 2015. C’est, de maniĂšre peu surprenante, the fastest-growing criminal sector. Plus frappant : 6 milliards d’euros, c’est environ sept fois plus que ce que consacrent chaque annĂ©e les 28 pays de l’UE Ă  la lutte contre l’immigration clandestine.

Les fous furieux de Bruxelles entendent encore frapper. Pour prĂ©venir toute opposition, la Commission prĂ©voit ni plus ni moins une amende pour le pays qui refuserait d’accueillir les migrants qui lui seraient destinĂ©s. Selon le Financial Times, cette amende pourrait atteindre la somme effarante de 250 000 euros par migrant refusĂ©.

Le Conseil de l’Europe l’affirme : l’Europe et, plus prĂ©occupant encore, la dĂ©mocratie sont en danger. Cette affirmation, faite par le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de l’institution, le NorvĂ©gien Thorbjorn Jagland, dĂ©coule du constat, dĂ©voilĂ© dans son rapport annuel, d’un nouvel affaiblissement des piliers de la dĂ©mocratie dans un contexte de crises multiples sur le continent europĂ©en. Causes principales : la montĂ©e des populismes et des nationalismes.

Visas turcs. La Commission europĂ©enne a obtempĂ©rĂ©, mercredi 4 mai, recommandant aux États membres d’entĂ©riner la dispense pour les ressortissants turcs de visa pour de courts sĂ©jours dans l’espace Schengen. Seuls la Hongrie et ses partenaires du groupe de Visegrad ont dĂ©noncĂ© « un changement inacceptable ». Reste que l’accord n’est pas entiĂšrement acquis. L’Allemagne et l’Autriche, oĂč sont installĂ©es d’importantes communautĂ©s turques redoutent une multiplication des sĂ©jours irrĂ©guliers, ainsi qu’une vague de demandes d’asile de la part des Kurdes. Or, l’Europe dispose d’une batterie d’arguments – Ă©conomiques notamment – pour rĂ©sister au chantage turc.

SuĂšde. Selon une association antiraciste suĂ©doise, l’UE finance un rassemblement « nĂ©onazi » qui doit se tenir cet Ă©tĂ©. Le Parlement aurait en effet dĂ©jĂ  octroyĂ© 400 000 € Ă  Europa Terra Nostra, une fondation liĂ©e Ă  l’association « fasciste » paneuropĂ©enne Alliance for Peace and Freedom (APF).

En proportion de sa population, la SuĂšde a accueilli plus de migrants que l’Allemagne ou l’Autriche, et son ministre de l’intĂ©rieur, soutenu par toute la classe politique, a planifiĂ© sur plusieurs annĂ©es des retours massifs par charters.

Ses dirigeants les plus subtils ont rejoint le camp du Brexit en tablant que, selon la thĂ©orie des dominos, le dĂ©part du Royaume Uni entraĂźnera celui d’autres pays nordiques, la SuĂšde en premier.

Allemagne. Le site gauchiste Indymedia a publiĂ© la liste des 2 000 participants au congrĂšs de l’AfD (droite nationale) Ă  Stuttgart dans la nuit de samedi Ă  dimanche 1er mai. Jorg Meuthen a demandĂ© au gouvernement de se montrer aussi ferme avec l’extrĂȘme gauche qu’avec la droite dite « extrĂȘme ».

Angleterre. Quel que soit le rĂ©sultat du rĂ©fĂ©rendum, les Anglais sont gagnants. Ils ont arrachĂ© Ă  l’UE des concessions et non des moindres : possibilitĂ© d’échapper Ă  des rĂšgles europĂ©ennes indĂ©sirables, maintien des rĂšgles financiĂšres sur les marchĂ©s anglais et facultĂ© de supprimer l’accĂšs aux prestations sociales pour les non-Anglais, y compris les ressortissants non britanniques de l’Union. Avec les Anglais on se fait toujours avoir et c’est toujours royal.

A propos de l'auteur

Patrick Parment

Journaliste professionnel, directeur du Journal du Chaos. Animateur de l'Ă©mission « Artisans de France » sur TVLibertĂ©s avec Pierre Chabot. A collaborĂ© Ă  L'islamisation de la France. Fantasme ou rĂ©alitĂ© ? (Éditions de L'Æncre, 2015).

Articles similaires