Union europĂ©enne. Sur le principe, l’idĂ©e est sĂ©duisante : aider les pays africains qui freineraient l’émigration de leurs populations. Dans les faits, cela risque fort de provoquer l’effet inverse. L’Afrique est passĂ©e maĂźtre dans d’art d’obtenir des subventions. Or, l’UE Ă©voque des actions ciblĂ©es en direction du Liban, du Niger, du NigĂ©ria, du SĂ©nĂ©gal, de l’Ethiopie. D’autant plus alĂ©atoire, que ce sont souvent des États voyous qui contrĂŽlent et organisent les rĂ©seaux d’émigration comme c’est le cas au Soudan oĂč des pays comme l’Allemagne, l’Italie et mĂȘme la Grande-Bretagne ont fourni des millions d’euros Ă  Khartoum. C’est aussi le cas de l’ÉrythrĂ©e. Et si on commençait tout simplement par couper les aides ?

Le soutien financier apportĂ© Ă  l’Afrique a souvent Ă©tĂ© dĂ©noncĂ© du fait du « gaspillage » que cela peut reprĂ©senter en raison de la corruption dans certains pays. De fait, en 2009, les dons simples reprĂ©sentaient 20,5 milliards d’euros, soit prĂšs de la moitiĂ© de l’ensemble de l’APD (Aide publique au dĂ©veloppement).

Le chef de la dĂ©lĂ©gation europĂ©enne en Turquie, le diplomate allemand Hansjörg Haber, a dĂ©missionnĂ© Ă  la suite de propos jugĂ©s inappropriĂ©s par les autoritĂ©s turques au sujet de l’accord sur les migrants conclu entre Ankara et Bruxelles. Ces nouvelles tensions remettent un peu plus en cause le rĂšglement de la crise migratoire dont Bruxelles, sous l’impulsion notable de Berlin, a voulu faire d’Ankara le moteur premier.

OTAN. Les ministres de la dĂ©fense de l’OTAN, rĂ©unis Ă  Bruxelles mardi 14 et mercredi 15 juin 2016, ont confirmĂ© leur intention de dĂ©ployer, Ă  partir de 2017, quatre bataillons – soit de 3 200 Ă  4 000 soldats – en Pologne, ainsi qu’en Estonie, en Lituanie et en Lettonie.

L’Alliance Ă©voque une mesure de dissuasion et un signal adressĂ© Ă  la Russie, si elle Ă©tait tentĂ©e d’agresser l’un des pays concernĂ©s en usant de mĂ©thodes – dites « hybrides » – qui n’auraient pas forcĂ©ment dĂ©clenchĂ© l’article 5 du traitĂ© de l’OTAN. Moscou n’a pas manquĂ© de juger agressive la dĂ©cision des alliĂ©s et de dĂ©noncer ce qu’elle appelle des manƓuvres « d’encerclement » de l’Alliance.

SuĂšde. Le gouvernement suĂ©dois a annoncĂ© un accord avec l’opposition sur le maintien du nuclĂ©aire et le remplacement des rĂ©acteurs en fin de vie. Alors qu’ils avaient promis pendant la campagne des lĂ©gislatives de 2014 de geler le dĂ©veloppement de l’atome, sociaux-dĂ©mocrates et Verts sont convenus avec l’opposition d’autoriser la construction d’un maximum de dix rĂ©acteurs pour compenser la fermeture des unitĂ©s vieillissantes ou non rentables.

Russie. Voulu par le Kremlin comme un « Davos russe », le Forum Ă©conomique annuel de Saint-PĂ©tersbourg ouvre le 16 juin 2016, en prĂ©sence notamment de Vladimir Poutine et de Jean-Claude Juncker. Ce dĂ©placement du prĂ©sident de la Commission europĂ©enne reprĂ©sente la premiĂšre visite d’un haut responsable de l’UE en Russie depuis deux ans.

NorvĂšge. Alors que les voitures Ă©lectriques continuent leur expansion en NorvĂšge, le pays des fjords pourrait bien dĂ©cider de rĂ©duire Ă  zĂ©ro le nombre de vĂ©hicules Ă  essence ou gasoil sur les routes de NorvĂšge d’ici 2025. Raison majeure : d’excellents rĂ©sultats en matiĂšre de vente de voitures Ă©lectriques.

Le 6e CongrĂšs mondial contre la peine de mort se tient du 21 au 23 juin, Ă  l’OpĂ©ra d’Oslo. Quelque 1 500 experts, juristes et politiques, en provenance de plus de 80 pays, sont attendus Ă  cette manifestation organisĂ©e par l’association Ensemble contre la peine de mort, sous le parrainage de la NorvĂšge, de la France et de l’Australie.

Angleterre. La reine de la perfide Albion ne se refuse rien et Ă  90 ans, elle sort dans son carrosse en dĂ©ployant l’artillerie lourde : un chapeau et un manteau vert granny-smith, visible de la Lune ou de la muraille de Chine. Quant au mari, il est en tenue de Horse-Guard qu’il a dĂ» mettre deux plombes Ă  enfiler. On est Anglais ou on ne l’est pas.

Le Sunday Times a rĂ©vĂ©lĂ© des fuites concernant des cĂąbles entre diplomates britanniques et ministres favorables Ă  une libĂ©ralisation du rĂ©gime des visas accordĂ©s aux Turcs, plan devant rester secret jusqu’au rĂ©fĂ©rendum sur le Brexit du 23 juin. Ces documents suggĂšrent Ă©galement que les autoritĂ©s de l’UE gardent cachĂ© le projet d’ouverture des portes de l’Europe Ă  1,5 millions de Turcs avant le rĂ©fĂ©rendum britannique.

Pologne. Elle va envoyer des avions F-16 et 200 soldats au Koweit et en Irak pour combattre l’État islamique. Depuis son entrĂ©e dans l’Otan en 1999, la Pologne a participĂ© aux grandes coalitions internationales de maintien de la paix en Irak et en Afghanistan. Lors de la rĂ©union du Club des 28 Ă  Paris, le Polonais Rafal Trzaskowski a mis en garde ses partenaires face Ă  un risque de «suicide politique » s’ils n’envisageaient pas un programme europĂ©en complet et cohĂ©rent sur la question des migrants. D’oĂč la montĂ©e des populismes en Europe.

Hongrie. Le porte-parole du gouvernement hongrois, Zoltan Kovacs, a rejetĂ© « de la façon la plus ferme » le plan de la Commission de Bruxelles pour faciliter l’accueil des migrants en Europe et l’a jugĂ© « stupĂ©fiant ». La Hongrie continuera Ă  s’entendre avec ses voisins pour freiner l’invasion par tous les moyens disponibles.

Allemagne. Les diplomates allemands sont de plus en plus souvent sollicités par des Chinois pour des entretiens informels sur la façon dont Berlin a mené les réformes qui ont reboosté son économie il y a dix ans.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.