Allemagne. La ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen, a rejeté l’accusation selon laquelle l’Allemagne devrait d’importantes sommes à l’Otan et aux États-Unis. Donald Trump ayant affirmé que Berlin devait payer plus pour profiter du parapluie de l’Otan.

Sigmar Gabriel, président du SPD (sociaux-démocrates) a intronisé Martin Schulz candidat officiel à la Chancellerie. Emporté dans son élan, il a déclaré : « Imaginez tout ce que l’on pourra faire en Europe quand Emmanuel Macron sera président en France et Martin Schulz chancelier en Allemagne. »

Grande-Bretagne. Theresa May a des soucis à se faire avec l’Écosse. Le congrès du SNP, le parti nationaliste au pouvoir à Edimbourg, a été l’occasion pour sa leader Nicola Sturgeon d’afficher sa détermination en affirmant : « Il y aura un référendum ». Sur quoi ? Sur l’indépendance de l’Ecosse évidemment. Pas avant que le Brexit ne devienne effectif affirme Theresa May.

Londres a prévenu l’UE qu’elle déclencherait l’article 50 du traité de Lisbonne le 29 mars, lançant ainsi officiellement les négociations sur le Brexit. Donald Tusk va transmettre les « orientations de négociation » aux 27 États membres.

Un conducteur fou et fou d’Allah a fauché une vingtaine de passants sur le pont de Westminster, dont une femme qui est tombée ou a sauté dans la Tamise et y a été repêchée vivante mais grièvement blessée. Il a alors jailli du véhicule et a poignardé à mort un policier de faction avant d’être abattu alors qu’il se ruait sur un deuxième.

L’assaillant du Parlement britannique, né au Royaume-Uni, était connu des services de renseignements sous le nom de Khalid Masood. Il était âgé de 52 ans. La police britannique a également indiqué avoir arrêté huit personnes dans le cadre de l’enquête. Le bilan a été révisé à trois morts.

Dans les quartiers populaires de la deuxième ville d’Angleterre, Birmingham (1,1 million d’habitants), le mode de vie communautariste des islamistes tend à s’imposer et menace de faire éclater une société victime de son utopie multiculturaliste.

Estonie. Un premier groupe de soldats et civils français, une quarantaine de personnes, est arrivé lundi matin en Estonie pour préparer la mission de la composante française du bataillon multinational de l’Otan qui doit s’y déployer en avril.

Suède. Le Parlement suédois a annoncé mardi 21 mars s’être réuni la veille pour la première fois depuis vingt ans en session restreinte dans le cadre d’un exercice simulant un état de guerre, dans un contexte de tension avec Moscou.

Russie. L’ambassadeur israélien à Moscou a été convoqué après les frappes menées le 17 mars près de Palmyre par l’aviation de l’État hébreu. officiellement neutre dans la guerre civile syrienne, Israël a monté plusieurs opérations depuis 2013 visant surtout le Hezbollah libanais, allié de Bachar al-Assad et de la Russie, ou des armes qui lui sont destinées.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.