Angleterre. Le Parlement britannique a dĂ©battu d’une proposition gouvernementale d’amnistie posthume pour des milliers d’hommes condamnĂ©s pour homosexualitĂ©. Ils sont environ 65 000 hommes Ă  avoir subi le mĂȘme sort. Cette proposition de loi, permettra d’effacer de leurs casiers judiciaires toute condamnation pour homosexualitĂ©.

Gary Lineker, ancien international de foot anglais reconverti dans la tĂ©lĂ©, est sous le feu des critiques de la fachosphĂšre et des tabloĂŻds britanniques aprĂšs avoir tweetĂ© son soutien Ă  des rĂ©fugiĂ©s de Calais. Le Sun appelle mĂȘme Ă  sa dĂ©mission de la BBC.

À peine les premiers mineurs isolĂ©s de Calais sont-ils arrivĂ©s au Royaume-Uni, au compte-gouttes, cette semaine, qu’une polĂ©mique sur la rĂ©alitĂ© de leur Ăąge a Ă©clatĂ©. La controverse s’est nourrie de dĂ©clarations de dĂ©putĂ©s conservateurs.

« Je n’ai pas l’impression qu’il s’agisse d’enfants, mais plutĂŽt de costauds jeunes hommes qui ont l’air d’avoir plus de 18 ans. J’espĂšre qu’on n’abuse pas de l’hospitalitĂ© britannique », a tonnĂ© l’élu tory David Davies. Il a rĂ©clamĂ© des examens dentaires pour vĂ©rifier leur Ăąge.

Depuis le vote en faveur du Brexit, certains Français vivant au Royaume-Uni sont les victimes d’insultes ou de commentaires agressifs, selon l’ambassadrice de France Ă  Londres, Sylvie Bermann. Mais ce sont surtout les communautĂ©s polonaises et roumaines qui sont les plus visĂ©es. Mais, ce qui inquiĂšte le plus les Français, c’est leur statut dans une Angleterre non europĂ©enne.

Espagne. AprĂšs dix mois de blocage politique, le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) a dĂ©cidĂ©, dimanche 23 octobre, Ă  l’occasion d’un comitĂ© fĂ©dĂ©ral, de s’abstenir lors du prochain dĂ©bat d’investiture. Mariano Rajoy, prĂ©sident du Parti populaire va pouvoir former un gouvernement minoritaire.

Le roi Felipe VI doit dĂ©cider, d’ici au 31 octobre, s’il dispose d’un candidat bĂ©nĂ©ficiant d’assez de soutiens de dĂ©putĂ©s pour diriger le gouvernement. PassĂ© cette date, des Ă©lections lĂ©gislatives devront ĂȘtre organisĂ©es, pour la troisiĂšme fois en un an.

Madrid ferait marche arriĂšre suite aux critiques de la part de l’Otan aprĂšs avoir autorisĂ© les navires russes, se dirigeant vers la mer MĂ©diterranĂ©e, Ă  jeter l’ancre dans des ports espagnols. Depuis 2011, le port de Ceuta, une enclave espagnole au Maroc, a, Ă  lui seul, accueilli 60 fois des navires russes. Et selon les mĂ©dias, ses visites ont fait du bien Ă  l’économie locale.

Italie. AprĂšs une semaine qui a vu plus de 8 000 migrants secourus au large de la Libye et au moins une cinquantaine de morts ou disparus, l’Italie se prĂ©pare Ă  accueillir cette semaine de nouveaux arrivants.

Hongrie. En quĂȘte d’une vie moins chĂšre et sans migrants, les Allemands sont de plus en plus nombreux Ă  s’installer au pays du trĂšs conservateur Viktor Orban. Le phĂ©nomĂšne s’est accentuĂ© depuis un an avec l’ouverture des frontiĂšres aux rĂ©fugiĂ©s dĂ©cidĂ©e par Berlin.

Les abords du lac Balaton ont dĂ©jĂ  attirĂ© une importante communautĂ© allemande. Qui dispose mĂȘme d’un journal, le Balaton Zeitung, dont « la version Web compte 50 000 lecteurs rĂ©guliers », selon sa rĂ©daction. Et Ă  Keszthely, la principale ville du sud du lac, l’école maternelle privĂ©e Heidi, oĂč l’on parle allemand aux enfants, attend avec impatience l’arrivĂ©e de jeunes couples.

Selon les statistiques hongroises, 935 Allemands ont Ă©migrĂ© en Hongrie en 2015
, mais 755 sont retournĂ©s chez eux. « En gĂ©nĂ©ral, quand ils deviennent trĂšs vieux et trĂšs malades, ils prĂ©fĂšrent se faire soigner dans leur pays natal », observe un fonctionnaire.

Belgique. Les Belges, inquiets de voir verrouiller le territoire de Calais, ont dĂ©cidĂ© de renforcer leur frontiĂšre avec 120 policiers supplĂ©mentaires pour au moins deux mois, a annoncĂ© le ministre de l’IntĂ©rieur du royaume, Jan Jambon, qui veut Ă  tout prix Ă©viter un « Calais » belge.

Au final et Ă  la suite de quelles sombres tractations, Paul Magnette, Ministre prĂ©sident de la province francophone, la Wallonie, a donnĂ© jeudi 27 octobre le feu vert qu’attendait le gouvernement belge pour restaurer l’unanimitĂ© de l’UE et signer enfin le traitĂ© commercial Ceta.

Adversaire politique numĂ©ro un du socialiste Paul Magnette, le chef du gouvernement fĂ©dĂ©ral, Charles Michel, n’a dĂ©voilĂ© ni le dĂ©tail du compromis ni le texte que la Belgique veut dĂ©sormais Ă©pingler en annexe de l’accord commercial.

D’un cĂŽtĂ©, une Wallonie socialiste, inquiĂšte des effets pervers de la mondialisation. De l’autre, une Flandre conservatrice et nationaliste, qui rĂ©alise 90 % du commerce belge avec le Canada, telle est le fond du problĂšme (enfin l’un des !). Comme le souligne le nationaliste flamand Paul Weyts, il y a bel et bien deux Belgique.

RĂ©publique tchĂšque. Le propriĂ©taire d’une maison close en RĂ©publique tchĂšque a reçu 40 000 euros d’un fonds de l’UE, ayant demandĂ© de l’argent pour promouvoir le tourisme rural, ce scandale a fait l’objet d’une enquĂȘte spĂ©ciale lancĂ©e par la Commission europĂ©enne. Les filles sont pour la plupart ukrainiennes.

Allemagne. Manfred Weber, le vice-prĂ©sident de l’Union chrĂ©tienne sociale (CSU), le confirme : « Si Angela Merkel veut ĂȘtre candidate Ă  la chancellerie [en 2017], elle peut compter sur le soutien de la CSU. Angela Merkel est notre candidate. LĂ -dessus, il ne peut y avoir aucun doute ». Pour Mme Merkel, une telle clarification est plus que bienvenue.

Russie. Alors que la Douma s’apprĂȘte Ă  voter, dans les prochains jours, la loi sur le service militaire obligatoire, le gouvernement va proposer de nouveaux amendements. Ceux-ci visent Ă  autoriser les conscrits ayant terminĂ© leur service Ă  s’enrĂŽler au sein de compagnies militaires privĂ©es, dont un grand nombre exerce leur activitĂ© en Syrie.

Selon Novaya Gazeta, des mercenaires russes ont ainsi participĂ© Ă  la prise de la base aĂ©rienne de Kweires, prĂšs d’Alep, ainsi qu’à la libĂ©ration de Palmyre. Cette nouvelle loi devrait multiplier de telles opĂ©rations de guerre, dites « hybrides ».

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.