Union europĂ©enne. La totalitĂ© des trois milliards d’euros d’aide promise par Bruxelles Ă  la Turquie pour l’accueil de trois millions de Syriens aura Ă©tĂ© allouĂ©e Ă  des projets humanitaires avant la fin de l’annĂ©e, a affirmĂ© mardi l’Union europĂ©enne.

En proposant Ă  ses homologues europĂ©ens de durcir les rĂšgles encadrant le statut des travailleurs dĂ©tachĂ©s, la France risque de fĂącher davantage les plus rĂ©fractaires, Ă  savoir les pays de l’Est.

L’objectif : mettre un terme Ă  la « concurrence dĂ©loyale » provoquĂ©e par les personnes, souvent originaires d’Europe de l’Est, venues pour travailler de façon temporaire dans un autre pays europĂ©en, comme la France et l’Allemagne.

Paris veut en particulier limiter Ă  douze mois le dĂ©tachement du travailleur, alors que le projet de rĂ©vision initial prĂ©voit vingt-quatre mois. La France a reçu un clair soutien de l’Allemagne, alors que les pays d’Europe de l’Est ont rĂ©affirmĂ© leur farouche opposition, explique une source europĂ©enne.

Russie. Lors de son premier voyage Ă  Moscou, Narendra Modi a saluĂ© « le fort leadership » de Vladimir Poutine et « la confiance mutuelle » prĂ©valant entre les deux pays. L’Inde, en effet, Ă©tait l’invitĂ©e d’honneur du Forum de Saint-PĂ©tersbourg, cette plateforme de discussion censĂ©e incarner l’esprit « d’ouverture » du Kremlin Ă  l’égard des investisseurs Ă©trangers.

Les Russes ont donnĂ© le nom de Christophe de Margerie, l’ancien PDG de Total, au mĂ©thanier brise-glace gĂ©ant baptisĂ© sur le port de Bronka, Ă  l’ouest de Saint-PĂ©tersbourg et en prĂ©sence de Vladimir Poutine venu saluer « un vrai ami de la Russie ». Un signe pas tout Ă  fait innocent du prĂ©sident russe.

Les principaux reprĂ©sentants des organes de sĂ©curitĂ©, de la diplomatie et du pouvoir lĂ©gislatif russe, ainsi que des membres du gouvernement et des politologues se sont rassemblĂ©s au Conseil de la FĂ©dĂ©ration – le SĂ©nat – pour dĂ©noncer « l’ingĂ©rence de forces destructrices dans les affaires du pays. »

Le troisiĂšme personnage du pays, Valentina Matvienko, perçoit l’existence d’une « hystĂ©rie antirusse » ayant pour but « d’affaiblir notre pays et sa politique internationale indĂ©pendante, dont l’influence dans le monde est croissante. »

Irlande. Leo Varadkar a Ă©tĂ© Ă©lu vendredi Ă  la tĂȘte du parti Fine Gael. Il remplacera dans 10 jours le Premier ministre dĂ©missionnaire Enda Kenny. Son arrivĂ©e au pouvoir tĂ©moigne des changements de la sociĂ©tĂ© irlandaise depuis 20 ans. Il est jeune, 38 ans, mĂ©decin, homosexuel et mĂ©tis d’une mĂšre irlandaise et d’un pĂšre Indien.

Grande-Bretagne. Samedi 3 juin, le pays a subi sa troisiÚme attaque terroriste. Selon la police britannique, une camionnette est montée sur le trottoir avant de foncer sur les passants. La police déplorait au moins sept morts. On a également relevé 48 blessés dont un Français.

400 mĂštres plus loin, au Borough Market, le plus grand et le plus vieux marchĂ© de la capitale britannique, plusieurs mĂ©dias locaux ont expliquĂ© qu’il y aurait eu plusieurs attaques au couteau. Un tĂ©moin dit avoir vu trois hommes avec des couteaux de 20 cm de long poignarder des gens. Les trois hommes, dont deux d’origine pakistanaise, ont Ă©tĂ© abattus par les forces de l’ordre.

Les services de renseignements britanniques ont identifiĂ© 23 000 personnes comme Ă©tant susceptibles de commettre ou de soutenir des attentats. Parmi elles, 3 000     sont considĂ©rĂ©es comme vĂ©ritablement dangereuses et font l’objet d’un suivi rapprochĂ©.

Theresa May a perdu la majoritĂ© absolue que dĂ©tenait le parti conservateur aux Communes et plonge le pays dans une grande incertitude institutionnelle Ă  onze jours de l’ouverture des nĂ©gociations sur la sortie de l’Union europĂ©enne.

En ne recueillant que 319 siĂšges selon les ultimes estimations vendredi matin, alors qu’il en faut 326 pour disposer d’une majoritĂ© Ă  la Chambre des communes et qu’elle en dĂ©tenait 330 Ă  la veille du scrutin, Mme May s’est tirĂ© une balle dans le pied qui rappelle aux Français la dĂ©cision de Jacques Chirac de dissoudre l’AssemblĂ©e nationale en 1997. La question de l’avenir de Mme May se pose.

On mesure aujourd’hui la vanitĂ© de ce projet et l’effet boomerang de ces Ă©lections anticipĂ©es : une majoritĂ© perdue, un pays ingouvernable et affaibli face Ă  l’Union europĂ©enne, une opposition ragaillardie.

Allemagne. Dans la mesure oĂč Ankara refuse que des parlementaires allemands rendent visite aux soldats stationnĂ©s sur la base aĂ©rienne d’Incirlik, l’Allemagne n’a pas d’autre choix que de retirer ses troupes de cette base, mise Ă  disposition de l’Otan par la Turquie, a fait savoir le ministre allemand des Affaires Ă©trangĂšres Sigmar Gabriel.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.