Union européenne. Alors que les États-Unis ont voté de nouvelles sanctions à l’égard de l’Iran, l’Union européenne a, de son côté, estimé que « toutes les parties » respectaient l’accord sur le nucléaire entre l’Iran et les grandes puissances, malgré les nouvelles sanctions des États-Unis dénoncées par Téhéran.

Italie. C’est Emma Bonino, ex-ministre des Affaires étrangères qui a donné l’info au sujet d’un accord UE-gouvernement italien sur l’immigration : il stipulait « que les débarquements soient tous effectués en Italie, c’est nous qui l’avons demandé. L’accord, c’est nous qui l’avons fait, en plus en violant celui de Dublin ». Ces propos qui, on s’en doute, n’ont pas manqué de soulever un tollé politico-médiatique dans la péninsule.

Le groupe chinois Gansu Gangtai Holding a acquis 85 % du joaillier italien Buccellati détenu précédemment par le fonds d’investissement Clessidra et par la famille Buccellati. L’opération valorise la société à 230 millions d’euros.

Accusée de « favoriser l’immigration clandestine » plutôt que de sauver des vies, l’ONG allemande Jugend Rettet a été privée de son navire de secours en Méditerranée par les autorités italiennes, mercredi 2 août. La Luventa a été conduite sur l’île de Lampedusa puis placée sous séquestre par les gardes-côtes italiens, à la demande du procureur de Trapani (Sicile). Selon les magistrats italiens, les membres de Jugend Rettet entretiendraient des liens directs avec les trafiquants d’êtres humains qui lancent des embarcations depuis les côtes libyennes en direction de l’Europe, se faisant ainsi leurs auxiliaires.

Russie. Face aux nouvelles mesures prises par Donald Trump visant la Russie, Vladimir Poutine a donné son feu vert à ce que, à compter du 1er septembre, les effectifs de l’ambassade américaine à Moscou et des consulats de Saint-Pétersbourg, Ekaterinbourg et Vladivostok vont être réduits à 455 personnes. Ce qui monte à 755 le nombre de persona non grata en Russie.

Selon le chef adjoint de la diplomatie russe, Sergueï Riabkov, les missiles testés récemment par la Corée du Nord ne sont que des « engins primitifs », et Pyongyang est encore loin de pouvoir procéder à une frappe nucléaire.

Le Premier ministre, Dmitri Medvedev, considère que les nouvelles sanctions américaines constituent « une déclaration de guerre économique totale contre la Russie. »

Allemagne. Le demandeur d’asile débouté qui a tué au couteau une personne et en a blessé plusieurs autres vendredi 28 juillet à Hambourg, en Allemagne, était connu de la police comme « islamiste », a révélé samedi le ministre de l’Intérieur de la ville-État hanséatique.

Un homme de 34 ans, d’origine irakienne, a fait irruption dans une discothèque de la ville de Constance et a ouvert le feu, tuant une personne et en blessant grièvement trois autres. Les forces de l’ordre ont fini par l’abattre.

Grèce. L’une des graves conséquences du désarroi financier grec est l’attrait que représentent les capitaux chinois prêts à investir dans ce pays où ils ont déjà racheté le port du Pirée. Les Chinois ont investi dans l’énergie (Copelouzos), les communications (Forthnet) et s’apprêtent à prendre 24 % du capital du réseau électrique Admie.

Pour M. Pitsiorlas, ministre de l’économie, « que les entrepreneurs chinois fassent des bonnes affaires à cause de la crise, c’est évident, mais ils offrent également à la Grèce la possibilité de créer des emplois et de remettre certaines entreprises sur pied ! »

Andreas Georgiou, l’ancien directeur de l’office grec de la statistique, Elstat, a été condamné à deux ans de prison avec sursis pour « manquement aux devoirs de sa charge » pour avoir omis d’informer le conseil d’administration de l’agence qu’il avait transmis les données budgétaires de la Grèce de l’année 2009 à Eurostat. Il avait été inculpé en 2013 pour avoir surestimé les chiffres du déficit budgétaire grec en 2009.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.