Union européenne. L’Espagne et le Portugal échappent à des sanctions financières, même si leur déficit public dépasse largement les critères du pacte de stabilité. Celui-ci fixe une limite de 3 %, que Madrid et Lisbonne franchissent largement (5,1 % et 4,4 %). Moins sotte que d’habitude, la Commission a considéré que l’on ne pouvait pénaliser des pays déjà en difficulté.

Un groupe de journalistes enquêtant sur les Balkans révèle un immense trafic d’armes entre la Bulgarie, la Croatie, la République tchèque, la Roumanie, la Slovaquie, la Serbie, la Bosnie et le Monténégro en direction de l’Arabie saoudite, de la Jordanie, des Emirats arabes unis et de la Turquie. Un trafic qui rapporte 1,2 milliard d’euros.

Depuis 2012, des gros-porteurs chargés d’armes légères – fusils-mitrailleurs, lance-roquettes et munitions – décollent régulièrement des aéroports de Zagreb, Sofia ou Bratislava pour se poser à Djedda, Abou Dhabi ou Amman. Les livraisons ont considérablement augmenté en 2015 et comprennent du matériel plus lourd, y compris des chars de fabrication russe, acheminés par bateau.

 

Allemagne. C’est un jeune homme de 18 ans qui est responsable de la fusillade de Munich qui a fait 9 morts et 16 blessés. Le chef de la police locale, Hubertus Andrä, a indiqué qu’il s’agissait d’un jeune homme détenteur de la double nationalité allemande et iranienne et vivant depuis deux ans à Munich. Selon les médias locaux, il vivait avec ses parents, dans un logement social où résident de nombreux étrangers ou Allemands d’origine étrangère.

Un homme armé d’une machette a tué une femme dimanche 24 juillet, et blessé deux autres personnes, dans la ville de Reutlingen (Bade-Wurtemberg), située à environ 40 kilomètres de Stuttgart. L’assaillant a été arrêté par la police, indique le quotidien Bild. L’agresseur est un demandeur d’asile syrien de 21 ans.

Un réfugié syrien de 27 ans a déclenché un engin explosif devant un restaurant, à l’entrée d’un festival de musique à Ansbach (Bavière), près de Nuremberg, faisant 12 blessés dont trois graves. L’assaillant a été tué dans l’explosion.

Six hommes ont fait irruption dans une piscine naturiste de l’État de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, en Allemagne. Selon les témoins, ils étaient barbus et parlaient arabe ainsi qu’allemand. Ils ont crié « Allahu akbar », craché sur les femmes et les enfants présents, traité les femmes de « salopes » et d’« infidèles » et prévenu que les personnes présentes seraient « exterminées ».

C’était l’argument massue pour justifier l’ouverture des frontières allemandes lors du tsunami migratoire en 2015… qui se poursuit : les nouveaux migrants allaient compenser le manque démographique qui fait souffrir l’Allemagne et notamment ses producteurs industriels, en panne de main-d’œuvre qualifiée.

Les nouvelles statistiques publiées il y a quelques jours par l’agence fédérale pour l’emploi viennent casser le rêve ou plutôt, révéler la supercherie : sur les réfugiés enregistrés officiellement en juin 2016, 74 % n’ont aucune qualification professionnelle ni même de formation professionnelle.

Pire encore : ces nouveaux migrants – 36,8 % exactement – n’ont guère de formation scolaire : ils n’ont pas fréquenté l’école secondaire, ou alors très peu. C’est l’agence fédérale elle-même qui note la « difficulté incroyable » pour ces réfugiés de prétendre à un travail un tant soit peu qualifié – ils risquent d’être coincés dans des petits boulots d’exécution pour le restant de leurs jours en Allemagne.

Malgré les événements, la chancelière allemande Angela Merkel a « fermement » rejeté jeudi 28 juillet les appels à remettre en cause l’accueil des migrants dans son pays après les attentats perpétrés par des réfugiés ces derniers jours. Les djihadistes « veulent remettre en cause notre disposition à accueillir des gens en détresse. Nous nous y opposons fermement », a lancé la dirigeante conservatrice lors de sa conférence de presse à Berlin.

 

Angleterre. Weeley, gros bourg de 2 000 âmes dans le Sussex, a vu l’ensemble de sa population se mobiliser pour faire barrage aux Roms qui entendaient installer leurs caravanes sur un bout de terre communal. Simples villageois, membre du conseil paroissial, dames retraitées : ils se sont couchés devant le convoi pour former un bouclier humain, obligeant les nomades à battre en retraite.

Lors d’une conférence de presse à Bratislava (Slovaquie), en réponse à la question d’un journaliste au sujet de la volonté du gouvernement britannique d’utiliser l’arme nucléaire contre la Russie, Theresa May, nouveau Premier ministre de Sa Majesté, s’est déclarée prête à l’utiliser en tant que force de dissuasion. Elle veut en venir où, la nouvelle ménagère anglaise ?

 

Espagne. Le roi d’Espagne, Felipe VI a demandé à Mariano Rajoy de former un gouvernement. Son Parti populaire a remporté les élections législatives du 26 juin avec 33 % des suffrages et 137 élus, mais il est très loin de la majorité absolue de 176 sièges qui lui permettrait de gouverner seul. Il doit donc convaincre les autres formations de lui donner les voix qui lui manquent pour obtenir la confiance du Parlement.

« Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour que l’Espagne ait un gouvernement, mais cela ne dépend pas uniquement de moi », a dit Mariano Rajoy. Mission impossible ?

 

Suède. Un musulman, installé en Suède et travaillant à la municipalité de Helsingborg (sud) estimait que serrer la main aux femmes contredit ses convictions religieuses, alors qu’il serrait volontiers la main aux hommes. Viré pour voir violé le principe d’égalité. Mais pas expulsé !

 

Pologne. Le 21 juillet, le Parlement polonais a élu, sous les ovations de la majorité conservatrice, l’historien Jaroslaw Szarek à la tête de l’Institut de la mémoire nationale (IPN).

  1. Szarek a suscité la colère de l’opposition centriste en niant la responsabilité de citoyens polonais dans le pogrom de Jedwabne, village de l’est de la Pologne, dans lequel ont péri au moins 340 Juifs en juillet 1941, dont 300 brûlés vifs dans une grange. Le président du Congrès juif mondial, Ronald Lauder, condamne cette nomination.

 

Russie. L’aventurier russe Fedor Konyoukhov a battu le record du tour du monde en ballon en solitaire. Il a décollé d’Australie et son voyage a duré 11 jours, soit deux jours de moins que le dernier record détenu par l’Américain Steve Fossett qui avait effectué un tour du monde en solitaire en 13 jours, en 2002.

Moscou est la capitale européenne la moins onéreuse pour les touristes, indique le nouveau classement du site de voyages international TripAdvisor. Selon les estimations, un séjour de trois jours à Moscou pour deux personnes coûte en moyenne 565 euros ou 41 000 roubles. Ce montant comprend l’hébergement, deux repas par jour, les loisirs et le taxi. Good morning… Moscou.

À la différence du président américain Barack Obama, Vladimir Poutine a réussi à établir une bonne entente personnelle avec le chef du gouvernement israélien, Benyamin Netanyahou, qu’il a rencontré à quatre reprises en 2015 et 2016. Au point que le journal allemand Der Tagesspiegel a qualifié leurs relations d’exemple « d’amitié entre hommes » dans la politique. Ce qui n’empêche pas de nombreux différends, notamment au sujet de la Syrie.

La Marine russe pourrait être dotée d’un groupe de brise-glaces destinés à protéger le littoral et les îles arctiques. Le nouveau navire sera doté de réacteurs nucléaires de nouvelle génération RITM-400 d’une puissance de 60 MW et pourra se frayer un chemin dans des glaces d’une épaisseur de deux mètres à une vitesse de 14 nœuds. Ces navires seront dotés d’une artillerie et de missiles.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.