Union europĂ©enne. En trois décennies, Bulgarie, Croatie, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Pologne, République tchèque, Roumanie, Slovaquie et Slovénie sont passées de 111 millions à 103 millions d’habitants, soit une baisse de 7 % de leur population, et leurs jeunesses respectives ont fondu. C’est ce que rĂ©vĂšle une Ă©tude de la revue Population & SociĂ©tĂ© de l’Ined. Émigration et baisse de la natalitĂ© sont les deux facteurs majeurs de cette baisse.

Le groupe « Europe des nations et des libertĂ©s » oĂč siĂ©geaient dans la prĂ©cĂ©dente lĂ©gislature les partis de Marine Le Pen et de Matteo Salvini s’offre un lifting. Les 73 eurodĂ©putĂ©s sont dĂ©sormais rĂ©unis sous la banniĂšre « IdentitĂ© et DĂ©mocratie ». Le groupe comptera 73 membres issus de 9 pays, sans toutefois donner de dĂ©tails sur les dĂ©lĂ©gations nationales qui le composeront au sein du Parlement europĂ©en, dont la session constitutive est prĂ©vue le 2 juillet.

Angleterre. Si d’aventure c’est Boris Johnson qui succĂšde Ă  Theresa May comme Premier ministre, celui-ci a d’ores et dĂ©jĂ  prĂ©venu qu’il refusera de payer la facture du Brexit tant que l’Union europĂ©enne ne proposera pas de meilleures conditions de divorce.

La « facture du Brexit » correspond Ă  la part des engagements financiers pris par le Royaume-Uni conjointement avec les autres États membres de l’UE que Theresa May a acceptĂ© en dĂ©cembre de verser dans le cadre du budget pluriannuel en cours (2014-2020), soit de 39 Ă  44 milliards d’euros.

Les dix candidats conservateurs à la succession de Theresa May ne sont d’accord que sur un point : éviter des élections et le risque – probable – d’une victoire des travaillistes. Sur le Brexit en revanche, tous rivalisent en démagogie et loufoquerie.

Espagne. Le socialiste Pedro Sanchez, chef du gouvernement sortant, a été chargé par le roi d’Espagne de former un nouveau cabinet après sa victoire aux élections, mais il devra encore négocier avec une multitude de partis pour être reconduit.

Mardi 11 juin, Juan Trinidad, député madrilène de Ciudadanos (Cs), a été élu président du Parlement régional de la Communauté de Madrid, par 68 votes pour et 64 contre, grâce aux votes des élus du Parti populaire (PP, droite) et à ceux, indispensables, de Vox. Moyennant quoi, Vox a obtenu un siĂšge au bureau du Parlement madrilĂšne.

Les trois partis de droite ont ainsi matérialisé l’entente qui devrait permettre au PP, grâce à une coalition, de rester au Pouvoir dans la région de Madrid, fief conservateur et laboratoire néolibéral qu’il gouverne depuis vingt-quatre ans.

Hongrie. AprĂšs avoir hĂ©sitĂ©, Viktor Orban et son parti le Fidesz ont dĂ©cidĂ© de rester dans le PPE (Parti populaire europĂ©en) qui a confiĂ© Ă  Laszlo Trocsanyl, jusqu’alors ministre de la Justice, de siĂ©ger Ă  Strasbourg et de briguer un poste de commissaire. « Le Fidesz est en quête de respectabilité. C’est ce que peut lui offrir le premier parti européen. Pas Salvini », analyse une source européenne.

Pologne. Le président polonais Andrzej Duda a mis tout en Ɠuvre pour conforter son statut de bon élève européen de l’administration de Donald Trump, à l’occasion de sa deuxième visite à Washington en moins d’un an.

Son pays s’est en effet engagé à acheter plus de gaz liquéfié américain, et une commande d’une trentaine d’avions de combat F-35 a été saluée par deux survols spectaculaires de la résidence présidentielle par un de ces appareils. En retour, un millier de soldats amĂ©ricains seront dĂ©ployĂ©s dans le pays dans le cadre d’une rotation et non celui d’une prĂ©sence permanente. DĂ©cidĂ©ment, la peur des Russes ne quitte pas les Polonais au mĂ©pris des intĂ©rĂȘts europĂ©ens.

RĂ©publique tchĂšque. La Commission européenne réclamerait au Premier ministre tchèque Andrej Babis le remboursement de 17,4 millions d’euros de subventions européennes issues des fonds structurels reçues depuis février 2017 par sa holding agroalimentaire Agrofert, y voyant un conflit d’intérêts entre les activités économiques et politiques d’Andrej Babis.

Russie. Le président russe Vladimir Poutine a menacé de laisser expirer en 2021 le traité de contrôle des armements nucléaires stratégiques START avec les États-Unis, si ces derniers ne manifestent pas leur volonté de le prolonger. Si le traité expire sans l’adoption d’une nouvelle version, « il n’y aura plus aucun instrument limitant la course aux armements, avec par exemple l’envoi d’armes dans l’espace », a poursuivi le président russe.

Selon Vladimir Poutine les relations russo-amĂ©ricaines ne cessent d’empirer : « Elles se dĂ©gradent, empirent de plus en plus. Ces derniĂšres annĂ©es, l’administration actuelle a dĂ©jĂ  pris, Ă  mon avis, plusieurs dizaines de dĂ©cisions liĂ©es Ă  des sanctions Ă  l’égard de la Russie. »

Ukraine. Le nouveau président ukrainien, Volodymyr Zelensky, en visite à Bruxelles a confirmé sa volonté d’adhérer à l’Union européenne et à l’Otan dans les meilleurs délais. Comme annoncé durant sa campagne, il soumettra ces décisions à référendum.

Des décisions qui restent difficiles dans un pays au bord de la récession et déjà sous perfusion économique, l’aspect militaire de ces éventuelles adhésions constituant par ailleurs une menace stratégique pour Moscou.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99