Union europĂ©enne. La Commission europĂ©enne a publiĂ© son plan pour nĂ©gocier un accord commercial avec les États-Unis, rĂ©itĂ©rant son refus catĂ©gorique d’y inclure l’agriculture comme Washington le souhaitait. La publication de ce plan est une Ă©tape importante pour Ă©viter une guerre des droits de douane entre les deux blocs.

Allemagne. AprĂšs l’élection d’Annegret Kramp-Karrenbauer Ă  la prĂ©sidence de la CDU, celle de Markus Söder, samedi 19 janvier, Ă  la tĂȘte de la CSU boucle le renouveau de la droite conservatrice allemande.

Leur objectif est clair : endiguer l’ascension du parti d’extrĂȘme droite allemand AfD, qui caracole en tĂȘte des sondages dans les rĂ©gions de l’ancienne Allemagne de l’Est, mais aussi de ses affiliĂ©s sur le Vieux Continent, qui menacent de prendre d’assaut le Parlement europĂ©en.

La FĂ©dĂ©ration des industries allemandes (BDI) alerte sur la montĂ©e en puissance de la Chine et lance un appel aux États europĂ©ens et Ă  l’UE pour faire face ensemble Ă  ce dĂ©fi. Avec comme objectif la rĂ©forme d’une politique europĂ©enne de la concurrence dont le vice de fabrique est
 de s’appliquer seulement aux EuropĂ©ens.

Dumping commercial et financier, contournement des rĂšgles, chantage Ă©conomico-politique, fermeture des marchĂ©s publics, mobilisation Ă©tatique sur les hautes technologies : pour le BDI, la Chine est revenue en arriĂšre sur la voie de la convergence qu’avait tracĂ©e l’entrĂ©e Ă  l’OMC. Mais, une fois de plus, il va ĂȘtre difficile d’obtenir l’unanimitĂ© des mesures Ă  prendre dans une Europe Ă  27.

Angleterre. Le Premier ministre britannique, Theresa May, a annoncĂ© qu’elle allait retourner discuter avec Bruxelles pour sauver son accord de Brexit rejetĂ© par les dĂ©putĂ©s, auxquels elle n’a pas offert le plan alternatif qu’ils exigeaient. Surtout, elle a rĂ©pĂ©tĂ© son refus d’organiser un second rĂ©fĂ©rendum ou de repousser la date du Brexit, toujours fixĂ©e au 29 mars. Elle a par contre maintenu sur la table le scĂ©nario d’un « no deal », que l’opposition lui demande d’abandonner.

Belgique. Selon le sĂ©nateur Alain Destexhe, à peu prĂšs les trois quarts de l’immigration, en Belgique comme en France, Ă©chappent au contrĂŽle des autoritĂ©s administratives du pays. Cette immigration sur laquelle nous n’avons quasiment aucun contrĂŽle arrive soit par le regroupement familial, soit grĂące Ă  une demande d’asile, soit clandestinement.

Et elle n’est pas le seul problĂšme : ce qui nous pose autant de difficultĂ©s, c’est le couple immigration subie/intĂ©gration ratĂ©e. Une partie importante des populations immigrĂ©es n’est pas intĂ©grĂ©e, ni Ă©conomiquement (elle dĂ©pend fortement du systĂšme social), ni culturellement, ce qui est encore plus grave: elles vivent selon des systĂšmes de valeurs qui sont parfois incompatibles avec nos lois, notre histoire et nos traditions.

Espagne. Podemos, mouvement de gauche radicale fondĂ© il y a cinq ans qui a rĂ©volutionnĂ© la politique espagnole, est aujourd’hui un parti trĂšs affaibli, au bord de l’implosion : Iñigo ErrejĂłn, un des fondateurs, considĂ©rĂ© comme le « cerveau » de Podemos, a provoquĂ© une scission a priori dĂ©finitive.

Iñigo ErrejĂłn s’est clairement dĂ©marquĂ© de ses compagnons de route pour rejoindre l’ancienne juge Manuela Carmena, 72 ans, actuelle maire de la capitale et favorite pour un deuxiĂšme mandat.

Italie. L’ambassadrice d’Italie en France a Ă©tĂ© convoquĂ©e au ministĂšre français des Affaires Ă©trangĂšres suite aux propos du vice-prĂ©sident du Conseil italien, Luigi Di Maio, accusant la France « d’appauvrir l’Afrique » et d’aggraver la crise migratoire.

Le ministre italien de l’IntĂ©rieur, Matteo Salvini, a dit espĂ©rer que le peuple français se libĂšre bientĂŽt d’un « trĂšs mauvais prĂ©sident » Ă  l’occasion des Ă©lections europĂ©ennes du 26 mai oĂč les Français pourraient « reprendre en main leur avenir et leur destin. »

Le ministre italien de l’IntĂ©rieur Matteo Salvini, chef de la Ligue (nationaliste) a rĂ©affirmĂ© que les ports italiens restaient fermĂ©s pour les navires des ONG secourant des migrants, dont l’un, Sea Watch 3, se rapproche de la Sicile. Son homologue au gouvernement, Luigi Di Maio, chef du Mouvement 5 Étoiles (M5S, antisystĂšme), a invitĂ© le navire Ă  se diriger vers la France.

Russie. L’absence de dĂ©lĂ©gation russe, lundi 21 janvier Ă  Strasbourg, pour l’ouverture de la session de l’AssemblĂ©e parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) a renforcĂ© la perspective de voir la Russie quitter l’organisation dans l’annĂ©e, consĂ©quence d’une crise nĂ©e avec l’annexion de la CrimĂ©e. Faute de s’ĂȘtre prĂ©sentĂ©s lundi, les parlementaires russes ne pourront plus siĂ©ger avant l’an prochain.

Ukraine. Elle ne renonce pas. L’ex-premiĂšre ministre Ioulia Timochenko, 58 ans, icĂŽne controversĂ©e des rĂ©volutions ukrainiennes de 2004 et 2014, a annoncĂ© mardi 22 janvier sa candidature Ă  l’élection prĂ©sidentielle du 31 mars dont elle est, selon les sondages, la favorite.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99