Union européenne. M. Martin Selmayr, chef de cabinet du président de la Commission européenne depuis octobre 2014, a été nommé secrétaire général de la Commission européenne. C’est le premier Allemand à accéder à la fonction de secrétaire général, un poste qui lui donne la haute main sur le fonctionnement de l’administration de l’institution. Il succède au Néerlandais Alexander Italianer.

Le prĂ©sident de la Banque centrale europĂ©enne Mario Draghi a empochĂ© l’an dernier un salaire brut de 396 900 euros, en hausse de prĂšs de 2 % sur un an, selon le rapport annuel de l’institution. Le vice-prĂ©sident Vitor Constancio, 340 200 €.

La France, l’Allemagne et les pays du Benelux ne souhaitent pas accorder le statut de pays candidat Ă  l’UE Ă  l’Albanie, Ă  la MacĂ©doine, Ă  la Bosnie et au Kosovo. Ils font pression sur la Commission pour qu’elle ne fasse pas de proposition en ce sens.

À la fin 2016, l’Allemagne et l’Espagne avaient chacune violĂ© 91 lois europĂ©ennes. La GrĂšce s’était mise 86 fois en faute et la France 83 fois.

Angleterre. Dans le cadre des nĂ©gociations du Brexit, le cas irlandais pose problĂšme. Ce que propose l’Europe, c’est une rĂ©unification des deux Irlande par les normes. Autant dire que c’est explosif pour les Anglais.

Elle a Ă©tĂ© immĂ©diatement rejetĂ©e par Theresa May : « Le projet de texte juridique que la Commission a publiĂ©, s’il entre en application, minera le marchĂ© commun britannique et l’intĂ©gritĂ© constitutionnelle du Royaume-Uni en crĂ©ant une frontiĂšre douaniĂšre et rĂ©glementaire en mer d’Irlande. Aucun Premier ministre du Royaume-Uni ne peut l’accepter. »

Autre pomme de discorde : la Cour de justice europĂ©enne. Elle restera l’instance de dernier recours pour traiter les litiges impliquant le respect des lois europĂ©ennes, alors que les brexiters refusent de continuer Ă  se soumettre. Les EuropĂ©ens maintiennent une deadline : le 31 dĂ©cembre 2020.

Allemagne. La polĂ©mique s’amplifie en Allemagne aprĂšs la dĂ©cision d’une soupe populaire d’Essen (RhĂ©nanie-du-Nord- Westphalie), dans le bassin industriel de la Ruhr, de refuser de servir des Ă©trangers. Pour justifier cette dĂ©cision, les responsables de cette soupe populaire ont expliquĂ© que l’arrivĂ©e des rĂ©fugiĂ©s, ces derniĂšres annĂ©es, avait « fait monter Ă  75 % la part des Ă©trangers dans [sa] clientĂšle », ce qui dĂ©savantage les pauvres de nationalitĂ© allemande.

Si la trĂšs droitiĂšre AfD applaudit des deux mains, c’est aussi le cas de Sahra Wagenknecht, coprĂ©sidente du groupe Die Linke au Bundestag qui estime qu’« il n’est pas possible que ce soient les plus pauvres qui continuent de subir le fardeau de l’immigration. »

Le prochain patron de la BCE (Banque centrale europĂ©enne) pourrait bien ĂȘtre Jens Weidmann, 49 ans, patron de la Bundesbank et adversaire acharnĂ© de la politique de Mario Draghi qu’il juge laxiste. Pour de nombreux pays qui rejettent une Europe monĂ©taire « disciplinaire », c’est l’horreur qui se profile. Mais le Français François Villeroy de Galhau est toujours sur les rangs.

Espagne. Carles Puigdemont a annoncĂ© qu’il renonçait Ă  briguer la prĂ©sidence catalane. Son groupe propose comme candidat Jordi Sanchez, le prĂ©sident d’une association indĂ©pendantiste emprisonnĂ©.

Hongrie. Le parti du Premier ministre hongrois Viktor Orban, le Fidesz, a essuyĂ© dimanche 25 fĂ©vrier une dĂ©faite cuisante lors d’une Ă©lection municipale partielle, Ă  quelques semaines des Ă©lections lĂ©gislatives du 8 avril oĂč M. Orban tentera d’obtenir un troisiĂšme mandat consĂ©cutif.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99