Par GĂĄbor TĂłth, prĂ©sident de l’association Gateway to Europe V4-China.

Shanghai est devenue le centre d’attention de la deuxiĂšme semaine de novembre : il s’y est tenu la premiĂšre exposition internationale sur l’importation chinoise (China International Import Expo) Ă  laquelle ont participĂ© plus de 2.800 entreprises de 130 pays et rĂ©gions du monde. La Hongrie Ă©tait l’invitĂ©e d’honneur parmi quelques grands pays tels que le Royaume-Uni, la Russie et l’Allemagne. Les entreprises hongroises ont fait la promotion de leurs produits tandis que les politiciens ont ouvert la voie Ă  une coopĂ©ration harmonieuse.

C’est une rĂ©ussite importante pour la diplomatie hongroise, car nous Ă©tions le seul pays de la rĂ©gion d’Europe centrale et orientale Ă  avoir Ă©tĂ© conviĂ© Ă  faire partie des invitĂ©s principaux. Pendant plusieurs jours, la presse hongroise a analysĂ© tous les avantages de cette exposition historique, louant des relations entre la Hongrie et la Chine qui n’ont jamais Ă©tĂ© aussi fortes au cours de nos 70 annĂ©es de coopĂ©ration officielle.

Cependant, un Ă©vĂ©nement d’une importance encore plus grande s’est dĂ©roulĂ© juste aprĂšs le retour de M. Viktor OrbĂĄn, Premier ministre hongrois, de Shanghai ; un Ă©vĂ©nement que la presse n’a pas beaucoup traitĂ©, peut-ĂȘtre parce que ce n’était pas aussi spectaculaire que celui s’étant dĂ©roulĂ© en Chine.

Les dirigeants des 16 + 1 (PECO + Chine, ndlr) banques centrales se sont rencontrĂ©s Ă  Budapest pour renforcer leurs liens dans le domaine de la finance, ouvrant ainsi un nouveau chapitre des relations entre les PECO et la Chine. M. OrbĂĄn a prononcĂ© un discours contenant certaines rĂ©flexions qu’il convient de noter car elles sont visionnaires.

C’était la premiĂšre fois que les banquiers centraux des seize pays d’Europe centrale et orientale et de la Chine tenaient une confĂ©rence conjointe.

« Les dix derniĂšres annĂ©es ont prouvĂ© que la montĂ©e de l’économie chinoise n’était pas un phĂ©nomĂšne temporaire. La Chine sera une Ă©toile fixe dans les annĂ©es Ă  venir et restera un acteur majeur de l’économie mondiale pendant trĂšs longtemps, » a dĂ©clarĂ© le Premier ministre.

Il a en outre notĂ© qu’en plus les relations historiques et gĂ©ographiques, des relations Ă©conomiques naĂźtront Ă©galement entre les deux pĂŽles de pouvoir Ă©mergents : la Chine et l’Europe centrale. Les deux rĂ©gions seront de plus en plus connectĂ©es.

« Il ne s’agit de rien de moins que de la Chine et l’Europe centrale faisant partie d’une seule rĂ©gion gĂ©ographique contiguĂ«, » a poursuivi M. OrbĂĄn, ajoutant que, par chemin de fer, il est possible de voyager, et de transporter des marchandises entre la Chine et les PECO en deux semaines. Si nous parvenons Ă  Ă©tablir une liaison ferroviaire rapide entre les ports grecs et le reste de l’Europe, ce voyage sera encore plus rapide.

Il existe cependant un problĂšme majeur qui rend la construction de l’Eurasie plus difficile qu’elle ne devrait ĂȘtre. Le piĂšge Ă©motionnel et idĂ©ologique dans lequel se trouvent certains pays d’Europe occidentale. Cependant, tout le monde comprendra in fine que nous devons adopter une approche sans idĂ©ologie de la Chine. Nous devons accepter le fait que nous sommes diffĂ©rents, que nous organisons nos vies diffĂ©remment et que nous menons nos pays de diffĂ©rentes maniĂšres.

En ce qui concerne la Hongrie, le volume des échanges commerciaux entre nous et la Chine avoisine les 70 milliards de dollars et son taux de croissance est stupéfiant, se situant en moyenne à 10% ; et il a augmenté de 18% au cours des trois premiers trimestres de 2018.

Le Premier ministre a Ă©galement soulignĂ© le fait qu’il Ă©tait de plus en plus probable que nous devions nous prĂ©parer Ă  ce que le dollar perde son monopole dans le commerce mondial. Ceci est une dĂ©claration Ă  ne pas prendre Ă  la lĂ©gĂšre.

Eh bien, les Hongrois prennent cela au sĂ©rieux, ce qui se reflĂšte Ă©galement dans notre politique monĂ©taire. OrbĂĄn a dĂ©clarĂ© Ă  son auditoire: « Lorsque nous Ă©mettrons des obligations Ă  l’étranger, nous le ferons en direction de l’Est et nous travaillerons Ă  crĂ©er la possibilitĂ© que le yuan soit la devise dans laquelle le commerce bilatĂ©ral est rĂ©glĂ© ». Le lecteur comprendra aisĂ©ment pourquoi je crois que cet Ă©vĂ©nement, avec ce discours, est plus important que l’exposition de Shanghai.

Mais ce n’est pas tout : selon des analyses – en partie hongroises et en partie internationales – qui se trouvent sur le bureau du Premier ministre, la probabilitĂ© d’une autre crise imminente est de 70%. Ils affirment que nous devrions nous attendre Ă  un dĂ©clin Ă©conomique de nature non spĂ©cifiĂ©e : infĂ©rieur Ă  la crise de 2008, mais presque certain d’arriver. Cela rend d’autant plus essentiel pour la Hongrie de rester droite dans ses bottes et de s’en tenir Ă  sa politique d’ouverture Ă  l’Est.

Si nous voulons vraiment construire l’Eurasie, nous devons mettre en Ɠuvre des dĂ©veloppements majeurs, principalement des infrastructures, car nous devons relier la Chine, l’Europe centrale et les Balkans Ă  un rĂ©seau unique : un rĂ©seau Ă  l’échelle mondiale.

La Hongrie est encore une fois en premiĂšre ligne de l’Histoire. Nous sommes Ă  l’aube d’une nouvelle Ăšre et nos amis d’Europe centrale peuvent nous faire confiance et faire appel Ă  nous pour construire une coopĂ©ration avec la Chine. AprĂšs tout, nous devons bien faire quelque chose comme il faut, car nous sommes le seul pays au cƓur de l’Europe Ă  bĂ©nĂ©ficier de l’attention particuliĂšre et d’un partenariat politique stratĂ©gique avec le gĂ©ant asiatique. La construction d’une Eurasie vĂ©ritablement unitaire dĂ©pendra de la maniĂšre dont les pays de l’Europe centrale et orientale trouveront enfin un terrain d’entente et travailleront ensemble pour faire de leur aventure commune sur la Nouvelle Route de la Soie un succĂšs futur.

Article publiĂ© Ă  l’origine en anglais sur GLOBS.. Traduit de l’anglais par le VisegrĂĄd Post.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99