À l’automne 2006, la Hongrie a connu des Ă©meutes inĂ©dites depuis la chute du rideau de fer en 1989, suite Ă  la rĂ©vĂ©lation des mensonges Ă©lectoraux du Premier Ministre de gauche de l’Ă©poque, Ferenc GyurcsĂĄny.

Les Ă©meutes et la pĂ©riode de troubles qui ont suivi ces rĂ©vĂ©lations constituent un acte fondateur dans la vie politique contemporaine de la Hongrie. Sans connaĂźtre ces Ă©vĂ©nements, il n’est pas possible de comprendre la domination actuelle du Fidesz de Viktor OrbĂĄn dans la vie publique hongroise.

Nicolas de Lamberterie a interrogĂ© acteurs et tĂ©moins de l’Ă©poque Ă  l’occasion du dixiĂšme anniversaire de ces Ă©vĂ©nements. Ont Ă©tĂ© interrogĂ©s pour ce documentaire (par ordre d’apparition) :

– György BudahĂĄzy, activiste nationaliste

– AdriĂĄn Magvasi, « Magi », rĂ©dacteur en chef de AlfahĂ­r

– TamĂĄs PolgĂĄr, « Tomcat », bloggeur

– MĂĄrton Gyöngyösi, dĂ©putĂ© (Jobbik)

– LĂĄszlĂł Toroczkai, fondateur du HVIM, maire de Ásotthalom

– IstvĂĄn Lovas, journaliste (Magyar HĂ­rlap)

– MĂĄriusz RĂ©vĂ©sz, dĂ©putĂ© (Fidesz)

– Ferenc AlmĂĄssy, journaliste franco-hongrois (VisegrĂĄd Post)

– TamĂĄs Gaudi-Nagy, avocat, fondateur du Service de Protection Juridique Patriote (NJSz), ancien dĂ©putĂ© (Jobbik)

– AndrĂĄs Schiffer, avocat, ancien dĂ©putĂ© (LMP)

– Mariann Ɛry, journaliste (Magyar HĂ­rlap)

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.