En France, Manuel Valls a interdit le spectacle du saltimbanque Dieudonné pour propos scandaleux
 avant mĂȘme que ceux-ci ne soient (Ă©ventuellement) prononcĂ©s ! Par principe de prĂ©caution de moralitĂ© citoyenne, en quelque sorte


En Suisse, c’est un concert, donnĂ© Ă  Wildhaus-Alt Sankt Johann, au nord-est du pays, qui en dĂ©clenche dĂ©sormais un autre, et bien plus bruyant : celui des autoproclamĂ©es autoritĂ©s morales, choquĂ©es qu’un tel Ă©vĂ©nement ait pu avoir lieu
 dans la plus stricte lĂ©galité !

Non seulement, une demande avait bien Ă©tĂ© dĂ©posĂ©e pour la tenue de cet « évĂ©nement privé », mais aucune infraction n’a Ă©tĂ© commise et Ă  deux heures du matin, tout Ă©tait terminĂ©.

Alors, oĂč peut donc bien se nicher le scandale ? Mais, c’est bien sĂ»r !
 Parce que c’est un concert « organisĂ© par la mouvance skinhead » qui n’a pas rassemblĂ© 3 tondus et 2 rasĂ©s, 4 boutonneux et 6 alcoolisĂ©s, mais
 5 000 participants !

« C’est l’un des plus gros rassemblements qui ait jamais eu lieu depuis l’apparition de cette mouvance Ă  la fin des annĂ©es 1970 », estime StĂ©phane François, maĂźtre de confĂ©rences Ă  l’UniversitĂ© de Valenciennes, qui s’en est Ă©mu dans les colonnes du Figaro.

Du coup, cet « évĂ©nement privé », s’il n’a aucunement troublĂ© l’ordre public, mais fortement les sĂ©vĂšres gardes-chiourmes de la bien-pensance, est automatiquement estampillĂ© « nĂ©onazi » : « Paradis pour concert nĂ©onazis », Ă©crit ainsi Le Figaro qui s’indigne par ailleurs qu’un « t-shirt (a) mĂȘme Ă©tĂ© fabriquĂ© pour garder un souvenir de l’évĂ©nement  »

Ce scandale musical ayant par ailleurs dérangé Monsieur le Maire en plein match de football, ce dernier envisage désormais de décortiquer les paroles des chansons du concert pour y dénicher matiÚre à déposer plainte


Décidément, Ubu rÚgne plus que jamais en maßtre en ce XXIe siÚcle !

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.