Par Marlena Prochownik.

Pologne – NoĂ«l (“BoĆŒe Narodzenie” – littĂ©ralement “Naissance de Dieu”) est considĂ©rĂ© comme la fĂȘte la plus importante de Pologne. Ses traditions ont Ă©voluĂ© au cours des siĂšcles, durant lesquels les coutumes paĂŻennes, folkloriques et chrĂ©tiennes se sont entrelacĂ©es. Jetons un coup d’oeil Ă  quelques traditions polonaises de NoĂ«l.

Polonais en costumes folkloriques (typiques de la région de Cracovie) pendant la nuit de Noël.

Polonais en costumes folkloriques (typiques de la région de Cracovie) pendant la nuit de Noël.

La veille de NoĂ«l (“Wigilia”) n’est pas un jour fĂ©riĂ© officiel, donc pour la plupart des Polonais, c’est un jour ouvrable jusqu’à l’aprĂšs-midi. Les Polonais jeĂ»nent tout au long de la journĂ©e, puis le soir, des familles entiĂšres se rĂ©unissent pour souper somptueusement et cĂ©lĂ©brer ensemble.

Selon la tradition, le souper commence lorsque la premiĂšre Ă©toile apparaĂźt dans le ciel du soir. Ceci est une rĂ©fĂ©rence symbolique Ă  l’Étoile de BethlĂ©em annonçant la naissance de JĂ©sus-Christ, qui, selon la Bible, a conduit les Trois Rois Ă  l’étable oĂč ils ont trouvĂ© JĂ©sus. Habituellement, les enfants polonais attendent impatiemment et recherchent cette Ă©toile dans le ciel, tandis que les adultes finissent les prĂ©parations du repas Ă  venir.

Les personnes prĂ©sentes commencent alors le souper en rompant le pain ensemble (ou des gaufrettes “opƂatek”) et en se souhaitant les meilleurs vƓux. Cette coutume semble commune seulement en Pologne, en Lituanie et en Slovaquie. Les gaufrettes sont marquĂ©es avec des images religieuses telles que la scĂšne de la NativitĂ©.

Gaufrettes de NoĂ«l (“opƂatki wigilijne”).

Gaufrettes de NoĂ«l (“opƂatki wigilijne”).

Enfin, le 24 dĂ©cembre Ă  minuit, les Polonais assistent traditionnellement Ă  la messe solennelle, appelĂ©e Pasterka. Le Pasterka commĂ©more l’attente et la priĂšre des bergers qui se sont rendus Ă  BethlĂ©em pour voir l’enfant JĂ©sus – le mot “pasterka” vient du mot “pasterz”, qui signifie berger, pasteur.

Un des incontournable du NoĂ«l polonais est une table somptueuse. Les plats peuvent diffĂ©rer selon les rĂ©gions du pays, mais une chose est commune dans tout le pays : il doit y avoir douze plats. Selon la tradition, chacun doit goĂ»ter chacun des plats pour s’assurer que les mois de la nouvelle annĂ©e seront tous prospĂšres.

Des dĂ©corations telles que des bougies et des ornements en bois sont Ă©galement les bienvenues sur la table de NoĂ«l. Il est Ă©galement trĂšs commun de mettre du foin sous la nappe blanche – pour se rappeler que JĂ©sus-Christ est nĂ© dans une Ă©table.

Personne ne devrait ĂȘtre seul et abandonnĂ© Ă  NoĂ«l, c’est pourquoi, selon la tradition, nous mettons un couvert supplĂ©mentaire sur la table, pour un invitĂ© inattendu. Laisser un siĂšge vide semble ĂȘtre l’une des traditions de NoĂ«l polonaises les plus importantes. À l’époque paĂŻenne, les gens laissaient un siĂšge vide pour ceux qui sont dĂ©cĂ©dĂ©s, maintenant cette coutume est dĂ©diĂ©e aux vagabonds qui pourraient frapper Ă  notre porte. Cela peut Ă©galement ĂȘtre associĂ© Ă  l’idĂ©e de l’hospitalitĂ© chrĂ©tienne (et polonaise !). Quand le souper est terminĂ©, les habitants de la rĂ©gion de Podlasie (nord-est de la Pologne) ne nettoient pas immĂ©diatement la table, de sorte que – comme le dit la tradition – les Ăąmes des morts puissent avoir les restes.

Selon la rĂ©gion et la tradition familiale, les plats de la veille de NoĂ«l peuvent peuvent varier d’une maison Ă  l’autre. Les plus communs sont : soupe de betterave avec des ravioles (“barszcz czerwony” avec – littĂ©ralement – de “petites oreilles”), divers poissons (les Polonais ne mangent pas de viande le soir de NoĂ«l), chou aux pois, ravioles. Nous consommons un jus de fruits secs (“kompot”) et mangeons beaucoup de gĂąteaux variĂ©s, parmi lesquels des pains d’épices (“pierniki”) et des gĂąteaux aux graines de pavot (“makowiec”). Selon la croyance de SilĂ©sie, seules les choses qui viennent de la forĂȘt, des champs, des jardins, de l’eau et des vergers peuvent ĂȘtre trouvĂ©es sur la table du rĂ©veillon de NoĂ«l.

Barszcz z uszkami (Borscht avec uszka – soupe de betterave avec ravioles de champignons).

Barszcz z uszkami (Borscht avec uszka – soupe de betterave avec ravioles de champignons).

Personne aujourd’hui ne peut imaginer NoĂ«l sans un arbre de NoĂ«l (“choinka”). La coutume de le dĂ©corer s’implanta en Pologne au 18Ăšme siĂšcle et vint d’Allemagne. OrnĂ©s de babioles, de lumiĂšres, de chaĂźnes et de bonbons, les arbres de NoĂ«l – naturels ou artificiels, grands ou petits – sont un incontournable dans chaque foyer. Autrefois, les arbres de NoĂ«l Ă©taient dĂ©corĂ©s de pain d’épices, de noix, de petites pommes, de cĂ©rĂ©ales et de chaĂźnes de papier ou de dĂ©corations faites Ă  la main. Selon la tradition, l’arbre doit ĂȘtre dĂ©corĂ© par toute la famille la veille de NoĂ«l, mais de nos jours, cela est gĂ©nĂ©ralement fait plus tĂŽt par les enfants. Les sapins de NoĂ«l restent dans nos maisons jusqu’au 6 janvier – l’Épiphanie, ou jusqu’au 2 fĂ©vrier – La PrĂ©sentation de JĂ©sus au Temple.

S’il y a un arbre de NoĂ«l, il doit aussi y avoir des cadeaux. En Pologne, nous donnons et recevons des cadeaux deux fois – le 6 et le 24 dĂ©cembre. Le premier jour, c’est Saint Nicolas qui arrive pour apporter des cadeaux aux enfants bien sages. Les enfants qui ont Ă©tĂ© vilains obtiennent une “tige” (rĂłzga). Cette coutume est identique dans tout le pays.

Mais lorsqu’il s’agit de cadeaux la veille de NoĂ«l, des variations existent d’une rĂ©gion Ă  l’autre. Sous le sapin de NoĂ«l, des cadeaux sont apportĂ©s – selon les rĂ©gions – par le Petit Ange, le Petit JĂ©sus, le Star-man 
 Ceci est dĂ» aux diffĂ©rentes traditions rĂ©gionales et au vestige des 120 ans de sĂ©paration, au cours desquels la nation polonaise Ă©tait divisĂ© entre trois pays. Lisez la comparaison de base suivante et jetez un coup d’Ɠil Ă  la carte pour en apprendre davantage sur cette diversitĂ© rĂ©gionale.

  • Saint Nicolas (“ƚwięty MikoƂaj”) – visite les gens du centre, du nord-est, de l’ouest et du sud-est de la Pologne, bien que la plupart d’entre nous l’associent au 6 dĂ©cembre.
  • L’Homme-Ă©toile (“Gwiazdor”), Ă  PoznaƄ et ses environs, dans le Pays de Lubusz, en Cujavie et en Varmie (territoires sous domination prussienne pendant l’occupation du territoire polonais avant 1918), et en Cachoubie et en Kociewie. “Gwiazdor”, tout comme Saint Nicolas, demande si l’enfant a Ă©tĂ© vilain ou gentil – les vilains enfants reçoivent une “pyra” pourrie (“patate” dans le dialecte de PoznaƄ).
  • L’enfant JĂ©sus (“Dzieciątko”) : typique pour la rĂ©gion de SilĂ©sie, cette coutume est venue de TchĂ©quie. Saint Nicolas leur rend visite le 6 dĂ©cembre.
  • La petite Ă©toile (“Gwiazdka”), en Basse-SilĂ©sie. Cela fait sens – aprĂšs tout, la veillĂ©e de NoĂ«l commence quand cette Ă©toile a Ă©tĂ© repĂ©rĂ©e
!
  • Le Petit Ange (“AnioƂek”) – en Petite Pologne (MaƂopolska), Podkarpacie (la rĂ©gion la plus au sud-est de notre pays) et les rĂ©gions environnantes (sud de la Pologne en gĂ©nĂ©ral) – est le porteur de prĂ©sents le plus courant. Le Petit Ange se rend Ă©galement en Slovaquie et en Hongrie.
  • Grand-pĂšre Gel (“Dziadek MrĂłz”) : il y a encore des endroits oĂč c’est lui qui laisse des cadeaux sous le sapin de NoĂ«l, comme dans les pays de l’Est avant 1989. Ses racines sont dans la tradition slave-occidentale (ДДЎ ĐœĐŸŃ€ĐŸĐ· chez les Russes). À noter qu’il rend visite Ă  nos compatriotes dans les rĂ©gions frontaliĂšres de l’Est (danes les Kresy, aujourd’hui territoires de l’Ukraine, de la BiĂ©lorussie et de la Lituanie).
  • Pour dĂ©crire les cadeaux que nous avons reçus le soir de NoĂ«l – peu importe si nous les avons obtenus d’un Homme-Ă©toile ou d’un Petit Ange – nous disons que nous l’avons reçu “sous le sapin de NoĂ«l” (“pod choinkę”) ou “à l’occasion d’une petite Ă©toile” (” na Gwiazdkę “).

    Il y a beaucoup de superstitions liĂ©es Ă  NoĂ«l, qui ont leur origine dans les anciennes croyances paĂŻennes locales. Laisser un siĂšge vacant Ă  la table, qui se rĂ©fĂšre Ă  la croyance en l’arrivĂ©e des Ăąmes des morts, et dĂ©diĂ© Ă  l’invitĂ© inconnu, a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© mentionnĂ©. Les gens croient que l’anxiĂ©tĂ© et les querelles en ce jour spĂ©cial peuvent amener des malheurs, et, selon les mots de ma mĂšre : ne vous querellez pas la veille de NoĂ«l ou vous vous disputerez pendant toute l’annĂ©e prochaine.

    Un article entier pourrait ĂȘtre Ă©crit sur le folklore colorĂ© des montagnards polonais et leurs traditions de NoĂ«l. Disons quelques mots Ă  leur sujet. En Podhale, entourer la table de NoĂ«l avec une chaĂźne garantit qu’aucun des invitĂ©s ne quittera la famille dans l’annĂ©e Ă  venir, et que les animaux ne s’éloigneront pas de la ferme. Faites attention Ă  votre cuiller – si elle tombe de la table il y aura la mort dans la famille. Le nombre de cuillĂšres est Ă©galement important, et il doit y avoir exactement autant de cuillers que d’invitĂ©s. Une trop annonce une naissance, une de moins annonce la mort.

    Une coutume intĂ©ressante en provenance de la Haute-SilĂ©sie pour les femmes cĂ©libataires : selon la tradition, Ă  la veille de NoĂ«l, chaque fille doit sortir Ă  minuit et Ă©couter de quel cĂŽtĂ© un chien aboie. C’est de lĂ  que viendra le fiancĂ© de la jeune femme.

    Certains d’entre nous laissent la peau de la carpe dans le porte-monnaie pour apporter de la chance ou de l’argent. Dans certaines rĂ©gions, une piĂšce de monnaie est souvent mise dans l’une des ravioles du bortsch – quiconque la trouve dans son assiette aura de la chance.

    Une habitude importante qui accompagne NoĂ«l est le chant. Les chants de NoĂ«l sont trĂšs populaires dans notre pays – de nos jours en particulier dans les versions modernes chantĂ©es par des musiciens et des groupes bien connus, mais aussi dans le style folklorique.

  • Il semble que de nos jours NoĂ«l a un caractĂšre plus traditionnel que religieux. Pour certains, il s’agit mĂȘme plutĂŽt d’une fĂȘte commerciale ordinaire, qui n’a rien de commun avec la religion ou la tradition. DĂšs la fin de la Toussaint avec ses bougies et couronnes typiques, les centres commerciaux “nous attaquent” avec des images du PĂšre NoĂ«l et des cadeaux. Quand les stations de radio commencent Ă  jouer “Last Christmas” de Wham! nous savons dĂ©jĂ  que l’heure de NoĂ«l arrive. Nous ne sommes plus si inquiets de savoir qui apportera des cadeaux parce que la culture pop nous a habituĂ©s Ă  l’image du PĂšre NoĂ«l, qui semble avoir le monopole du don de cadeaux.

    Mais cela pourrait ĂȘtre dit Ă  propos de chaque sociĂ©tĂ© europĂ©enne moderne. Les Polonais ordinaires seraient probablement d’accord pour dire qu’il y a une part de vĂ©ritĂ© dans ce constat, mais ne considĂ©reraient pas cela comme quelque chose de positif. MĂȘme si nous ne sommes pas aussi religieux que nous le fĂ»mes, nous suivons toujours la plupart de nos traditions et les fĂȘtes de NoĂ«l sont toujours les jours les plus importants de l’annĂ©e, passĂ©s en famille dans une atmosphĂšre paisible.

    Article paru sur le site VPost.

    EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

    Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

    EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

    Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

    Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

    EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

    Philippe Randa,
    Directeur d’EuroLibertĂ©s.

    Quatre solutions pour nous soutenir :

    1 : Faire un don par virement bancaire

    Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
    Domiciliation : CIC FOUESNANT
    IBAN (International Bank Account Number) :
    FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
    BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

    2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

    Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

    3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

    à retourner à : EuroLibertés
    BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

    4 : Faire un don par carte bancaire

    Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99