Dans la banlieue de Tarbes, Ă  SĂ©mĂ©ac, des habitants se mobilisent contre l’arrivĂ©e prochaine de plusieurs dizaines de migrants en lieu et place d’un hĂŽtel Formule 1. Lundi matin, ils ont Ă©rigĂ© un mur pour bloquer l’entrĂ©e du bĂątiment.

Contre le changement de visage de leur quartier des riverains montent au crĂ©neau. A SĂ©mĂ©ac, prĂšs de Tarbes (65), des habitants se mobilisent contre la transformation de l’hĂŽtel Formule 1 en centre d’accueil pour migrants.

Les riverains de ce quartier rĂ©sidentiel ont Ă©rigĂ© un mur de 1,80 mĂštre de haut sur 18 mĂštres de long bloquant ainsi l’accĂšs Ă  l’hĂŽtel.

Le responsable du Collectif SĂ©mĂ©ac, Laurent Teixeira n’est pas contre l’accueil des migrants. « Nous ne sommes pas contre l’accueil. Il faut faire quelque chose pour ces personnes en difficultĂ©. Mais il faut prendre Ă©galement en compte les citoyens » demande-t-il au micro de l’AFP.

Les opposants Ă  ce projet qui est soutenu par Adoma (construction de structures d’hĂ©bergement et d’accueil) ne souhaitent pas que l’immigration change le visage de ce quartier pavillonnaire oĂč est situĂ© l’hĂŽtel. Laurent Teixeira met en avant le fait qu’avant de loger des migrants dans une petite ville il faut en prioritĂ© amĂ©liorer les conditions de vie des habitants de SĂ©mĂ©ac. « Rien n’est prĂ©vu pour la vie au quotidien des migrants et des habitants de la commune et les structures municipales, comme les cantines et Ă©coles, sont sous-dimensionnĂ©es ».

En 2016, des militants de GĂ©nĂ©ration Identitaire avaient dĂ©jĂ  construit symboliquement un mur devant un centre d’accueil pour demandeurs d’asile Ă  Montpellier. Une action qui avait beaucoup fait parler d’elle dans la rĂ©gion et qui avait trouvĂ© Ă©cho dans l’IsĂšre oĂč des membres de ce mĂȘme mouvement avaient occupĂ© le toit d’un hĂŽtel de la mĂȘme enseigne, obligeant le maire de la commune Ă  repousser l’arrivĂ©e des clandestins. Mais cette fois-ci, dans la banlieue de Tarbes, aucun mouvement politique n’est impliquĂ© dans cette action,  qui est l’Ɠuvre que de citoyens.

Source : Infos Toulouse.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.