Il y a quelques semaines, le docteur Macron dĂ©nonçait l’existence d’une « lĂšpre nationaliste ».

Samedi 24 novembre, c’était au tour de Christophe Castaner de dĂ©clarer que les « sĂ©ditieux » de l’ultra-droite auraient Ă©tĂ© les responsables des dĂ©gĂąts sur les Champs-ÉlysĂ©es Ă  Paris.

gilets jaunes

Et le dimanche 25 novembre, GĂ©rald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes Publics affirmait que « sur les Champs-ÉlysĂ©es, c’est la peste brune qui a manifestĂ©, pas les gilets jaunes ».

Le mĂȘme jour, Castaner rejette toute la responsabilitĂ© sur Marine Le Pen et l’accuse des violences et de la casse Ă  Paris. Affirmations gratuites et non fondĂ©es, car ni l’identitĂ©, ni l’appartenance politique de ceux qui ont Ă©tĂ© arrĂȘtĂ©s n’ont Ă©tĂ© Ă©tablies au moment de ces dĂ©clarations, ni par la suite.

Parce que les gouvernants, les mĂ©dias aux ordres du Nouvel Ordre Mondial sont incapables d’argumenter avec leurs opposants et les mouvements contestataires, ils n’ont que l’invective, l’injure et le dĂ©nigrement comme seule rĂ©ponse.

Que l’on soit « nationaliste », « identitaire », « rĂ©gionaliste », « gilet jaune » ou simple citoyen mĂ©content, les adeptes du credo mondialiste tentent de nous disqualifier et exclure du dĂ©bat comme « ce pelĂ©, ce galeux, d’oĂč venait tout leur mal ».

Il est donc fort probable que dans l’avenir on entendra l’un (ou l’une) donneur (donneuse) de leçon affirmer avec aplomb que l’on devra tendre l’oreille avec attention au moindre « bruit de bottes » !

Et certains pourraient sans doute craindre que « le ventre est encore fĂ©cond, d’oĂč a surgi la bĂȘte immonde », rĂ©plique tirĂ©e de la piĂšce « la rĂ©sistible ascension d’Arturo Ui », Ă©crite par Bertolt Brecht en 1941, exilĂ© en Finlande. RĂ©plique utilisĂ©e pour mettre en garde contre toute forme de fascisme.

À l’exemple de Ilya Grigorievitch Ehrenburg (Kiev 15.01.1891. Moscou 31.08.1967), allons-nous bientĂŽt lire aussi un Ă©ditorial intitulĂ© « TUE » oĂč il affirmait le 24 juillet 1942 : « Ne disons rien. Ne nous indignons pas. Tuons. Si tu n’as pas tuĂ© un Allemand par jour, ta journĂ©e est perdue
 Si tu ne tues pas l’Allemand, c’est lui qui te tuera
 Si tu ne peux pas tuer un Allemand avec une balle, tue-le Ă  la baĂŻonnette
 Si tu as tuĂ© un Allemand, tues-en un autre : Ă  l’heure actuelle, il n’est rien de plus rĂ©confortant pour nous autres que de voir des cadavres allemands. Ne compte pas les jours, ne compte pas les kilomĂštres. Compte une seule chose : les Allemands que tu auras tuĂ©s. Tue l’Allemand ! C’est ce que te demande ta vieille mĂšre. L’enfant t’implore : tue l’Allemand ! Tue l’Allemand. C’est ce que rĂ©clame ta terre natale. Frappe juste ».

MĂȘme thĂ©matique reprise curieusement par l’imam Abou Mohamed al-Adnani, le 22 septembre 2014, dans un message audio appelant au meurtre des Occidentaux.

Car dans cette frĂ©nĂ©sie d’hystĂ©rie et de propagande, tous les dĂ©rapages sont admis et les mensonges les plus ignobles utilisĂ©s par la mafia du pouvoir et par les associations « progressistes », ses alliĂ©es.

Ces bouffons grotesques mĂ©prisent le peuple, les « sans-dents », la France d’en bas, la majoritĂ© « silencieuse », nos concitoyens qui se lĂšvent tĂŽt et rentrent tard, aprĂšs un Ă©prouvant trajet domicile-lieu de travail. Les gilets jaunes ne sont que la partie visible d’un iceberg qui peut couler le Macronia


Ces menteurs patentĂ©s, et parfois corrompus jusqu’à la moelle, s’octroient de gĂ©nĂ©reuses rĂ©munĂ©rations (argent public) pour nous imposer leurs utopies et leurs chimĂšres chiffrĂ©es en dizaines de milliards d’euros, en nous disant que ce sont les « directives de Bruxelles » ou les « études » du GIEC.

Ces charlatans sont incapables de volontĂ© politique et de fermetĂ© face aux banksters de Wall Street, face aux lobbies pro-amĂ©ricains, face au chantage des Khmers verts et Ă  l’interdiction du nuclĂ©aire, face aux gourous de l’immigration totale et obligatoire, face aussi aux nouveaux inquisiteurs de la Religion Droits de l’Hommiste et aux dĂ©lateurs du « politiquement incorrect ».

Ces prophĂštes du « vivre ensemble » et du « padamalgam », hauts fonctionnaires aveuglĂ©s par leur idĂ©ologie, sont dans l’incapacitĂ© d’établir un diagnostic pour la sĂ©curitĂ© de la France, inaptes Ă  trouver les remĂšdes et totalement incompĂ©tents pour envisager les moyens de reprendre le contrĂŽle des 700 quartiers de non-droits rĂ©publicains, oĂč les dĂ©lits et les crimes rĂšgnent depuis des dĂ©cennies.

Ces Ă©narques et macronariens convaincus prĂ©tendent « écouter et entendre » les souffrances et les misĂšres des gilets jaunes ; en rĂ©alitĂ© ils ne les comprennent pas d’oĂč le divorce entre le Pays RĂ©el et le Pays LĂ©gal qui, si le Pouvoir s’obstine Ă  « garder le cap », conduira Ă  une rĂ©bellion ou Ă  l’insurrection.

« Ouvrez les yeux » affirmait une affiche du Front National il y a 30 ans. Il est donc agrĂ©able de constater que les peuples français et europĂ©ens osent finalement penser et osent agir pour la dĂ©fense de leurs intĂ©rĂȘts et pour le bien commun. En outre n’oublions pas que les lois scĂ©lĂ©rates peuvent ĂȘtre abrogĂ©es et que les traitĂ©s europĂ©ens inadĂ©quats peuvent aussi ĂȘtre dĂ©noncĂ©s et dĂ©chirĂ©s !

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99