L’allocution du locataire temporaire – heureusement – de Matignon a Ă©tĂ© consternante une fois de trop. En rĂ©sumĂ©, confit vous ĂȘtes, confit vous resterez. Il est temps, braves gens, de se rĂ©veiller. Le cauchemar en cuisine – rien Ă  voir avec la stupide Ă©mission – continue de frapper de plein fouet les restaurateurs, les cafetiers, les hĂŽteliers, ainsi que tout le secteur touristique.

La conclusion, derriĂšre l’enfumage mĂ©diatique et politique sur les risques du virus, est que vous allez devoir vous habituer au confinement. Mettez-vous bien ça dans la tĂȘte.

Ce confinement a Ă©tĂ© organisĂ© en dĂ©pit du bon sens. Il aurait Ă©tĂ© plus efficace de laisser le secteur Ă©conomique fonctionner normalement, d’obliger tous les habitants Ă  porter un masque dans la rue et au travail, de tester massivement, et de soigner les positifs avec de l’hydroxychloroquine associĂ©e Ă  de l’azithromycine que le Professeur Raoult de l’IHU de Marseille applique avec brio depuis le dĂ©but de l’apparition du virus.

L'hydroxychloroquine.

L’hydroxychloroquine.

Le résultat est une économie coulée, plus de 30 000 morts, et la majorité de la population en état de choc.

Une bonne partie des dĂ©cĂšs aurait pu ĂȘtre Ă©vitĂ©e si les pouvoirs publics avaient pris le taureau par les cornes. À savoir appliquer des mesures d’urgence. RĂ©quisition des cliniques et hĂŽpitaux privĂ©s, des tests et des masques disponibles de suite en imposant une fabrication Ă  haut rĂ©gime, des appareils respiratoires en place et des hĂŽpitaux publics en Ă©tat de fonctionner normalement. Macron a dĂ©clarĂ© « nous sommes en guerre ». Heureusement que non, car s’il avait fallu autant de temps pour fabriquer et avoir des fusils, on avait largement le temps de se faire envahir.

Le discours du premier ministre a ouvert la voie au déconfinement progressif. AprÚs 8 semaines, chic, on va pouvoir aller se baigner (1).

Zut, j’ai oubliĂ© le terme progressif. TrĂšs confus tout ça. DĂ©jĂ , nous devrons conserver une distanciation sociale. TerminĂ© les petits bisous. TerminĂ© les wagons de la RATP bondĂ©s. On se demande comment vont faire les usagers en pĂ©riode de pointe. Les dĂ©partements vont ĂȘtre classĂ©s en vert ou en rouge. Daltoniens s’abstenir


Les Ă©coles reprennent, mais pas les restaurants. 15 Ă©lĂšves dans une classe oui, mais 15 personnes dans une salle de restaurant, non.

Cerise sur le gĂąteau, les dĂ©placements Ă  plus de 100 km sont interdits. Pas de vacances cette annĂ©e. Les plages seront dĂ©sertes. Pour le bronzage et la vitamine D vous repasserez. Les parcs, les jardins, les musĂ©es, les cinĂ©mas, les salles de sport, fermĂ©s. Les cimetiĂšres ouverts, mais pas de cĂ©rĂ©monie. Pas mieux que d’ĂȘtre enterrĂ© dans la fosse commune. Dans le trou et basta !

Les mĂ©dias nous rebattent les oreilles avec les aides gouvernementales. Encore du pipeau. 1 500 € pour ceux qui peuvent y avoir droit. On croit rĂȘver. Difficile de trouver plus dĂ©connectĂ© de la vie rĂ©elle que les Ă©narques.

Pas grand monde ne s’inquiĂšte de tout le secteur sinistrĂ© du tourisme, des loisirs, du commerce et des PME.

Peu de gens se doutent qu’un commerce, quel qu’il soit, est toujours plus ou moins sur le fil du rasoir. Loyer le plus souvent exorbitant, charges Ă©crasantes, clientĂšle versatile, concurrence des hypers marchĂ©s et comptabilitĂ© de plus en plus contraignante.

L’annĂ©e 2020 sera une non-annĂ©e pour tous les acteurs du tourisme. Les autocaristes ne transporteront personne, les hĂŽtels et campings seront dĂ©serts, les restaurants ne rempliront pas –distanciation oblige–, les organisateurs de certains festivals risquent de dĂ©poser le bilan, les compagnies d’aviation bientĂŽt en faillite, des annulations Ă  la pelle, des remboursements de crĂ©dits impossibles Ă  honorer, et des contrats perdus. Conclusion : Le chĂŽmage en hausse constante et une Ă©conomie Ă  la ramasse. Quelle annĂ©e ! Rillettes et mousseux


Quant Ă  la majoritĂ© des braves gens terrorisĂ©s par la menace invisible du virus, vont-ils consommer dans un futur proche ? Je ne parle pas d’aller Ă  la mal bouffe de chez Mac Do. Certains vont s’y prĂ©cipiter. Personne ne peut savoir si la consommation va repartir, et les augures ne sont pas bons.

Il est temps de se rĂ©veiller et de dire non. Vraiment. Sinon de « confiné », nous allons tous passer au stade « parcheminé », style RamsĂšs II. Peut-ĂȘtre ferons-nous les joies d’archĂ©ologues dans mille ans


Note

(1) https://cutt.ly/cyfeexc » HYPERLINK « https://cutt.ly/cyfeexc »cutt.ly/cyfeexc

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Claude Janvier

Claude Janvier est un Amadourien ayant quelques passions, dont l'Ă©criture et plus spĂ©cialement les billets d'humeur. Pour lui, une personne est vivante dans la mesure oĂč elle peut communiquer ses idĂ©es et essayer de contribuer Ă  l'Ă©volution de la sociĂ©tĂ©. Il est l'auteur de « Un coup de gueule vaut mieux que faire la gueule » et «Coup de gueule d'un jour, coup de gueule toujours ! ».

Articles similaires