Heureusement que la droite dite extrĂȘme existe ! Sinon, de quoi les mĂ©dias parleraient-ils en cette pĂ©riode terriblement dĂ©munie d’actualitĂ© croustillante ?

Samedi 12 aoĂ»t, Ă  Charlottesville en Virginie d’AmĂ©rique, la « bĂȘte immonde » – telle que la plupart des mĂ©dias politiquement correctes ont prises l’habitude de prĂ©senter tous ceux qui n’ont pas l’heur de leur plaire – avait appelĂ© Ă  un rassemblement pour protester contre le projet de retrait d’une statue du gĂ©nĂ©ral confĂ©dĂ©rĂ© Robert Lee.

Face à face à Charlottesville


Face à face à Charlottesville


HĂ©ros des armĂ©es du Sud lors de la Guerre de SĂ©cession, celui-ci est prĂ©sentĂ© – ĂŽ surprise ! – comme un dĂ©fenseur de l’esclavagisme par les extrĂ©mistes de gauche, soit les « antiFas » qui, selon la dĂ©finition qu’en donne l’encyclopĂ©die WikipĂ©dia, rassemblent skinheads communistes, trotskistes, communistes libertaires, autonomes, on en passe et des plus sympathiques encore.

Ceux-ci n’entendaient pas laisser faire ceux-là : d’oĂč des violences inĂ©vitables, des dizaines de blessĂ©s et mĂȘme un mort parmi les contre-manifestants


Sautant sur cette macabre opportunitĂ©, les mĂ©dias ont aussitĂŽt titrĂ©s Ă  l’unisson sur « les manifestations d’extrĂȘme droite qui ont dĂ©gĂ©nĂ©ré » (Le Monde), « la Marche raciste » (LibĂ©ration), « les groupuscules de l’extrĂȘme droite amĂ©ricaine » (Le Parisien), etc.

Personne ne fait toutefois remarquer que cette manifestation Ă©tait parfaitement lĂ©gale et autorisĂ©e (elle n’a Ă©tĂ© interdite qu’à partir des premiers incidents et avant la proclamation de l’état d’urgence) et que ces violences Ă  l’évidence dĂ©plorables ne se seraient sans doute pas produites sans la prĂ©sence de contre-manifestants dont les slogans ne sont guĂšre moins haineux que ceux qu’ils entendent dĂ©noncer chez les dĂ©fenseurs de la mĂ©moire du gĂ©nĂ©ral Lee


Le prĂ©sident Trump ne s’y est visiblement pas trompĂ© en renvoyant les deux camps dos Ă  dos


Si les « antiFas » avaient respectĂ©s le droit de manifestation et la libertĂ© d’expression, il n’y aurait pas eu plusieurs dizaines de blessĂ©s et un mort Ă  Charlottesville
 À moins que cela n’ait Ă©tĂ©, au contraire, le but recherché ?

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Philippe Randa

Directeur du site EuroLibertĂ©s. Ancien auditeur de l’Institut des Hautes Études de DĂ©fense Nationale, chroniqueur politique, Ă©diteur (Ă©ditions Dualpha, DĂ©terna et L'Æncre) et auteur de plus d’une centaine de livres. SociĂ©taire de l’émission « Bistrot LibertĂ© » sur TVLibertĂ©s, il co-anime avec Roland HĂ©lie l'Ă©mission « SynthĂšse » sur Radio LibertĂ©s tous les jeudi. Ses chroniques politiques sont publiĂ©es chaque annĂ©e en recueil sous le titre : « Chroniques barbares ».

Articles similaires