« Aujourd’hui, en France,
certains semblent assez nostalgiques
du modÚle de liberté à la soviétique

TrÚs peu pour moi !
»

(Propos recueillis par Guirec SĂšvres).

Une pĂ©tition, initiĂ©e par Hapsatou Sy, demande l’interdiction d’Éric Zemmour dans les medias ; il lui avait reprochĂ© que son prĂ©nom Ă©tait une insulte Ă  la France
 C’est votre avis ?

PrĂ©nommer son enfant « Ivan », « Giovanni », « Donald », « Luigi », « Kevin », « Erika » serait alors tout autant une « insulte »  Sans oublier « Éric », prĂ©nom scandinave (du germain aina qui signifie « unique, total » et de rik qui signifie « roi »)
 Cela en fait des insultes, dites-donc ! Moi-mĂȘme, je suis d’ailleurs une double insulte au pays oĂč je suis nĂ©, puisque mon vĂ©ritable prĂ©nom composĂ© est Philippe-AndrĂ©, deux prĂ©noms d’origine grecs tous les deux.
 De plus, un enfant n’est jamais responsable de ce choix, ce sont ses parents. Le « mal » (selon Zemmour) Ă©tant donc fait, il est aussi inutile qu’assez dĂ©placĂ© de l’utiliser comme argument.

Éric Zemmour considĂšre que le prĂ©nom est important lorsqu’on veut s’intĂ©grer, s’assimiler Ă  un peuple
 Vous ne partagez pas cet avis ?

Si, bien sĂ»r
 mais son argument d’y voir selon les cas une « insulte » ne tient pas. C’est une formule choc qui a fait le buz
 Reste Ă  savoir si c’était voulu ou non. Le « buz », c’est comme le crime : Ă  qui profite-t-il ? Peut-ĂȘtre Ă  tous, en l’occurrence
 Au journaliste polĂ©miste dont le dernier livre paru Destin français est la 6e meilleure vente du Top 20 GFK/Livres Hebdo dĂšs la semaine de sa sortie (semaine de l’émission, heureux hasard !)
 Ă  la chroniqueuse Hapsatou Sy, parfaite inconnue soudainement trĂšs connue
 ou encore Ă  l’émission Salut les Terriens ! dont on parle beaucoup Ă  cette occasion
 Thierry Ardisson a, certes, censurĂ© ce passage de son Ă©mission, ce qui le met Ă  l’abri d’éventuelles suites judiciaires
 mais il s’est tout de mĂȘme immĂ©diatement retrouvĂ© diffusĂ© par les bons soins de Hapsatou Sy
 D’ordinaire, on mĂ©prise ce qu’on considĂšre comme des insultes ou on les cache tant que faire se peut ; il est plus inhabituel qu’on soit le propre artisan de leur diffusion.

Ne nous dĂźtes pas que vous avez signĂ© la pĂ©tition, tout de mĂȘme


Si, bien sĂ»r
 mais pas celle exigeant l’interdiction d’antenne d’Éric Zemmour, celle pour qu’il puisse continuer Ă  s’exprimer librement. Et qu’on puisse tout aussi librement le contredire sans l’insulter. J’ai rĂ©cemment rappelĂ© dans un billet pour le quotidien prĂ©sent, cette histoire qui faisait beaucoup rire dans les annĂ©es 80 du siĂšcle dernier : on croyait alors l’URSS au faĂźte de sa puissance (le rĂ©gime soviĂ©tique s’écroulera dĂ©but des annĂ©es 90) ; un AmĂ©ricain et un Russe s’entretenaient de la libertĂ© dans leurs pays respectifs. Le premier affirmait qu’aux USA, on pouvait librement dire de son prĂ©sident qu’il Ă©tait un imbĂ©cile. Ce Ă  quoi le Russe rĂ©torquait que la mĂȘme libertĂ© existait dans son pays : on pouvait parfaitement dire que le prĂ©sident amĂ©ricain Ă©tait un imbĂ©cile, assurait-il !

Aujourd’hui, en France, certains semblent assez nostalgiques de ce modĂšle de libertĂ© Ă  la soviĂ©tique
 TrĂšs peu pour moi !

Conseillons à tous de lire le "Dictionnaire des prénoms" d'Alain de Benoist aux Editions Picollec : pour savoir de quoi l'on parle


Conseillons Ă  tous de lire le « Dictionnaire des prĂ©noms » d’Alain de Benoist aux Editions Picollec : pour savoir de quoi l’on parle


EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Philippe Randa

Directeur du site EuroLibertĂ©s. Ancien auditeur de l’Institut des Hautes Études de DĂ©fense Nationale, chroniqueur politique, Ă©diteur (Ă©ditions Dualpha, DĂ©terna et L'Æncre) et auteur de plus d’une centaine de livres. SociĂ©taire de l’émission « Bistrot LibertĂ© » sur TVLibertĂ©s, il co-anime avec Roland HĂ©lie l'Ă©mission « SynthĂšse » sur Radio LibertĂ©s tous les jeudi. Ses chroniques politiques sont publiĂ©es chaque annĂ©e en recueil sous le titre : « Chroniques barbares ».

Articles similaires