En ce 20 janvier 2017, Donald Trump prĂȘte serment devant le Capitole et devient le 45e prĂ©sident depuis George Washington en 1789. Or, fait mĂ©connu des Français qui ne cachent pourtant pas leur excessive « amĂ©ricanophilie », il n’y a eu officiellement que 44 personnes Ă  exercer cette fonction. En effet, Groover Cleveland (1837-1908) prĂ©sente le cas exceptionnel d’avoir obtenu deux mandats prĂ©sidentiels non consĂ©cutifs. Élu en 1885 22e prĂ©sident, ce dĂ©mocrate perd en 1888 le vote des grands Ă©lecteurs qui lui prĂ©fĂšrent le rĂ©publicain Harrison malgrĂ© la victoire de Cleveland au vote populaire. Cette distorsion incite le vaincu Ă  se reprĂ©senter en 1892 et Ă  gagner l’élection ! Le 4 mars 1893 (avant le XXe amendement approuvĂ© en 1933, les prĂ©sidents entraient en fonction ce jour-lĂ  et non le vingtiĂšme jour de janvier), Cleveland retrouve la Maison Blanche en tant que 24e prĂ©sident.

Mais il y a mieux encore. Le prĂ©sident dĂ©mocrate James Knox Polk achĂšve son mandat un 4 mars 1849 qui tombait ce jour-lĂ  un dimanche. Le prĂ©sident Ă©lu, le Whig Zachary Taylor, un Ă©piscopalien, refuse toute cĂ©rĂ©monie publique le jour du Seigneur. Du fait des obscuritĂ©s de la Constitution et de la loi de remplacement en vigueur Ă  l’époque, le dĂ©mocrate David Rice Atchison (1807-1886) se proclame prĂ©sident des États-Unis pour une seule journĂ©e comme le rappelle sa pierre tombale Ă  Plattsburg (Missouri). Atchison prit cette dĂ©cision parce qu’il Ă©tait le prĂ©sident pro tempore du SĂ©nat. DeuxiĂšme personnage de cette assemblĂ©e aprĂšs le vice-prĂ©sident qui de droit la dirige, c’est le doyen en fonction du parti majoritaire et, aujourd’hui, le quatriĂšme personnage des États-Unis. En dĂ©pit de l’absence de tout serment, Atchison affirma le restant de sa vie avoir briĂšvement dirigĂ© la RĂ©publique Ă©toilĂ©e.

Une majoritĂ© d’historiens et de constitutionnalistes dĂ©nie cet intĂ©rim et parle mĂȘme de fiction. Il faut reconnaĂźtre qu’Atchison n’est guĂšre politiquement correct. Ce fervent activiste pro-esclavagiste soutint au Kansas une armĂ©e privĂ©e anti-abolitionniste, les « Voyous de la FrontiĂšre », et prĂ©para les esprits Ă  la Guerre de SĂ©cession qui Ă©clatera dix ans plus tard


Si le cas particulier de Cleveland fait de Trump le 44e prĂ©sident, l’introduction d’Atchison dans la liste en ferait bien le 45e prĂ©sident des États-Unis. Ces quelques anecdotes ne sont pas propres aux États-Unis. Les Français ignorent que Jean Ier le Posthume naquit roi de France en 1316 avant de dĂ©cĂ©der cinq jours plus tard. Du 23 juin au 7 juillet 1815, NapolĂ©on II rĂ©gna en empereur des Français aprĂšs la seconde abdication de son pĂšre, NapolĂ©on Ier. En 1830, le fils de Charles X, Louis XIX, rĂ©gna vingt minutes, puis abdiqua en faveur de son neveu, le roi Henri V. Enfin, n’oublions pas que le gouvernement de Bernard Cazeneuve ne devrait durer que 150 jours


Bonjour chez vous !

Cette chronique hebdomadaire du Village planétaire a été diffusée le 20 janvier 2017 sur Radio Libertés.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.