Autrefois, il suffisait bien souvent de ne pas publier son adresse dans l’annuaire tĂ©lĂ©phonique pour se croire tranquille ; seuls les voyous ou les militants politiques se savaient alors « fichĂ©s ».

Mais c’est un temps que les moins de vingt ans n’ont pas connu


Aujourd’hui, l’époque est au fichier informatique tous azimuts et personne n’y Ă©chappe, quoiqu’on fasse ou qu’on tente de faire. On ignore mĂȘme bien souvent qu’on figure dans telle ou telle liste, ne serait-ce que celle des « copains d’école »  et on peut mĂȘme avoir la surprise d’ĂȘtre indiquĂ©, via internet, comme le « voisin de
 », soit quelqu’un dont vous ignoriez jusqu’au nom, mĂȘme si vous faisiez palier commun
 quelques annĂ©es auparavant !

Et pourtant, il ne fait dĂ©cidĂ©ment pas bon ĂȘtre fichĂ© par les temps qui courent
 Que ce soit pour dĂ©tenir des placements discrets via le cabinet d’avocats panamĂ©en Mossack Fonseca, en cherchant la bonne aventure – surtout bien davantage si affinitĂ©s – grĂące au  site de rencontres Beautifulpeople ou encore « en taillant la pierre brute pour devenir meilleur » en Ă©tant adhĂ©rent de la Grande Loge de France, troisiĂšme obĂ©dience maçonnique française


Le point commun de ces trois exemples, n’ayant pourtant guĂšre de rapports entre eux ? La discrĂ©tion, gĂ©nĂ©ralement apprĂ©ciĂ©e, et mĂȘme rĂ©clamĂ©e, de tous leurs clients ou membres, qui a volĂ© en Ă©clats aprĂšs que leurs fichiers respectifs aient Ă©tĂ© dĂ©robĂ©s par d’ingĂ©nieux pirates informatiques
 et aussitĂŽt jetĂ©s en pĂąture sur internet, dĂ©sormais vĂ©ritable place publique de notre Ă©poque !

On sait ce qu’il en est pour les clients de Mossack Fonseca : ont Ă©tĂ© sĂ©lectionnĂ©s avec soin pour Ă©clairer le grand public seulement quelques centaines de noms sur plusieurs milliers, dont quelques dizaines seulement de personnalitĂ©s du monde politique, sportif ou des Arts, ce qui a immĂ©diatement dĂ©clenchĂ© les contre-feux attendus d’une manipulation de services secrets, CIA en tĂȘte


Pour le moment, aucun client du site Beautifulpeople n’a encore vu ses « prĂ©fĂ©rences sexuelles, mais aussi salaire, poids, numĂ©ro de tĂ©lĂ©phone et adresse postale » divulguĂ©s
 Mais, selon le site d’actualitĂ©s maçonniques Gadlu.info, « plus de 6 000 documents secrets de la Grande Loge de France, rapports du conseil fĂ©dĂ©ral, ebooks, rituels, listing d’une partie des membres, projets, calendriers, comptes rendus du conseil sur plusieurs dizaines d’annĂ©es, recueil de la Chancellerie de 1993 Ă  2013 » ont Ă©tĂ© dĂ©robĂ©s et « il y a mĂȘme des lettres qui n’ont pas encore Ă©tĂ© envoyĂ©es et des documents datant de 1930 Ă  1990 » ; seul le fichier de ses quelques 34 000 membres aurait Ă©chappĂ© aux indĂ©licats gĂ©nies de l’informatique. Enfin, peut-ĂȘtre


Certes, ces trois exemples en feront sans doute sourire certains et en rĂ©jouiront mĂȘme un grand nombre : bien faits pour les mauvais citoyens qui grugent le fisc ! bien faits pour les obsĂ©dĂ©s qui batifolent en dehors des liens sacrĂ©s du mariage ! Et bien fait pour les « FrĂšres la gratouille » comme les appelaient François Mitterrand, dont on ne sait jamais trop si leur goĂ»t immodĂ©rĂ© du secret, fut-il uniquement symbolique selon leurs dires, ne cache pas quelques conspirations, dont le plus angoissant est gĂ©nĂ©ralement qu’on ne sait jamais prĂ©cisĂ©ment contre qui et moins encore pour quoi elles sont destinĂ©es


Mais quoiqu’il en soit, ces trois exemples de « victimes » tout de mĂȘme bien plus sensibilisĂ©s Ă  la protection de leurs donnĂ©es que beaucoup d’autres, sont surtout rĂ©vĂ©lateurs qu’aucun fichier, de quelque importance qu’il soit, n’est aujourd’hui inviolable
 et que tout un chacun n’a sans doute pas besoin d’ĂȘtre fraudeur, libertin ou enfants de la Veuve (comme se nomment les Francs-Maçons entre eux) pour risquer de voir dĂ©sormais les moindres faits et gestes de sa vie dĂ©voilĂ©s et bien souvent, reconnaissons-le, violĂ©s


Quelle importance pour ceux qui n’ont rien Ă  cacher, n’est-ce pas ? Oui, pour ceux-lĂ , bien sĂ»r
 mais sont-ils finalement si nombreux ?

A propos de l'auteur

Philippe Randa

Directeur du site EuroLibertĂ©s. Ancien auditeur de l’Institut des Hautes Études de DĂ©fense Nationale, chroniqueur politique, Ă©diteur (Ă©ditions Dualpha, DĂ©terna et L'Æncre) et auteur de plus d’une centaine de livres. SociĂ©taire de l’émission « Bistrot LibertĂ© » sur TVLibertĂ©s, il co-anime avec Roland HĂ©lie l'Ă©mission « SynthĂšse » sur Radio LibertĂ©s tous les jeudi. Ses chroniques politiques sont publiĂ©es chaque annĂ©e en recueil sous le titre : « Chroniques barbares ».

Articles similaires