Standing Rock est une rĂ©serve de la tribu des Sioux Iakota qui s’étend du Dakota du Nord au Dakota du Sud aux États-Unis. Une vĂ©ritable rĂ©volte Ă©cologique, spirituelle et ethnique s’y dĂ©veloppe depuis avril 2016. Ses habitants s’opposent en effet Ă  la construction d’un olĂ©oduc de 1900 km, le Dakota Access, propriĂ©tĂ© de la sociĂ©tĂ© Energy Transfer Partners.

Cet olĂ©oduc menace la qualitĂ© des cours d’eau, peut polluer les nappes phrĂ©atiques et va dĂ©truire de nombreuses terres arables. Il traverse par ailleurs la rĂ©serve et bafoue des sites sacrĂ©s amĂ©rindiens dont les cimetiĂšres. Les Sioux Iakota et d’autres tribus refusent avec force ce tracĂ© qu’ils assimilent avec raison Ă  une profanation. Ils ne sont pas seuls. Le 4 dĂ©cembre 2016, le Corps des ingĂ©nieurs de l’armĂ©e des États-Unis n’accordait aucun permis de forage sur la riviĂšre Missouri. Barack Obama a lui aussi tergiversĂ©. Les opposants ont espĂ©rĂ© voir annulĂ© ce projet coĂ»teux pour les Ă©cosystĂšmes.

Cependant, Ă  peine installĂ© Ă  la Maison Blanche, Donald Trump a relancĂ© les travaux si bien qu’en mars dernier, plus de 600 personnes manifestaient sans grand succĂšs Ă  Washington. Sur place, les tensions s’exacerbent entre les AmĂ©rindiens excĂ©dĂ©s et des vigiles aux ordres des kleptocrates. L’olĂ©oduc est vital pour des banques qui y ont placĂ© des sommes vertigineuses. Marionnette du Big Business, la justice fĂ©dĂ©rale vient d’entĂ©riner tout le projet. Or cette dĂ©cision judiciaire scandaleuse viole les clauses des traitĂ©s de paix conclus entre 1851 et 1861 entre les États-Unis et les tribus amĂ©rindiennes parmi lesquelles l’interdiction faite aux gouvernements fĂ©dĂ©ral et locaux de s’approprier des terres tribales.

Par-delĂ  de simples considĂ©rations Ă©cologiques, sociales et Ă©conomiques, Standing Rock prouve une nouvelle fois toute la malhonnĂȘtetĂ© des États-Unis. Il est dans leur nature profonde de ne jamais respecter les traitĂ©s signĂ©s. La IIe Guerre mondiale fut en partie due au refus de leur SĂ©nat de ratifier le sinistre traitĂ© de Versailles. Avec le TAFTA pour l’heure en sommeil, les EuropĂ©ens risqueraient de se faire escroquer par des Yankees hĂąbleurs. On comprend mieux pourquoi la CorĂ©e du Nord se montre si vigilante face aux entourloupes permanentes de l’entitĂ© Ă©tats-unienne.

Bonjour chez vous !

Cette chronique hebdomadaire du Village planétaire a été diffusée sur Radio Liberté le 22 septembre 2017.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.