Entretien avec Christophe Poitou, auteur du livre Le syllogisme Ă©conomique ou comment mettre en Ă©chec l’oligarchie (Ă©ditions Dualpha). (Propos recueillis par Fabrice Dutilleul). 

 

Christophe Poitou

Christophe Poitou

AprĂšs avoir Ă©crit le totalitarisme Ă©conomique il y a quelques annĂ©es (Éditions L’Æncre), vous rĂ©cidivez cette fois avec Le Syllogisme économique
 Pourquoi ?

Je fais dans ce nouveau livre le point sur les diffĂ©rents dĂ©bats actuels qui agitent le microcosme Ă©conomique : le problĂšme de l’euro dans le contexte actuel des remous au Front National, l’épuration acadĂ©mique par le scientisme mondialiste mensonger (le fameux prĂ©tendu « nĂ©gationnisme Ă©conomique » dĂ©noncĂ© par Cahuc et Zylberberg, une charge à peu prĂšs de mĂȘme nature qu’un communiquĂ© de Monsanto par exemple), et d’autres sujets encore. J’aborde surtout le dĂ©bat n° 1 actuellement, Ă  savoir la place de la flexibilitĂ© dans la cause ou non de la richesse des nations comme aurait pu dire Adam Smith.

Dans votre livre, vous montrez, faits Ă  l’appui, que ce n’est pas une cause profonde, ni de la richesse, ni de la pauvretĂ© des nations


Oui, ce n’est qu’un phĂ©nomĂšne technique qui a son importance, mais qui tient une place disproportionnĂ©e mĂ©diatiquement. Le vrai problĂšme, c’est surtout l’excĂšs d’immigration passĂ© et prĂ©sent. Il y a aussi la malveillance de certains reprĂ©sentants de l’oligarchie mondiale installĂ©e aux États-Unis.

Le rĂ©sultat de tous ces dysfonctionnements est que la politique monĂ©taire ne peut plus s’arrĂȘter sinon tout explose ?

En effet, il faut soigner la sociĂ©tĂ© et l’économie en permanence. Les autoritĂ©s monĂ©taires de la BCE disent qu’ils ne peuvent se substituer aux rĂ©formes nationales de flexibilisation et que si cela est fait, ça ira mieux et ils normaliseront, mais au fond d’eux, ils n’en croient probablement pas grand-chose. Ils savent qu’on a passĂ© le point de non-retour.

Pourtant ces mesures de « flexibilisation de droite », telles que la loi travail, pourraient peut-ĂȘtre avoir des effets intĂ©ressants, non ?

« Elles ne changeront rien », comme dirait un peu Stallone dans John Rambo en parlant des belles Ăąmes anti – guerre
 ou si peu ! Un pays dĂ©labrĂ© par la dissension communautaire ne peut ĂȘtre rĂ©parĂ© par la flexibilitĂ©. C’est comme de vouloir Ă©teindre un incendie de forĂȘt avec une bouteille d’eau. Au demeurant, certains signes avant coureurs laissent prĂ©sager quelques reculades sur la loi travail pour la rentrĂ©e 2018. Du Hollande bis
 Par ailleurs, des manifestations de gens rĂ©ellement appauvris ou en danger peuvent devenir plus dures ou dangereuses que des fiestas gauchistes oĂč on casse un peu pour s’amuser.

Que signifie votre titre Le Syllogisme économique ? Il peut apparaĂźtre un peu abscons


L’économie Ă©tant devenue une prĂ©occupation presque exclusive de beaucoup de partis, ce qui est lamentable, il est logique que les manipulations se concentrent sur ce sujet. Les syllogismes font partie de l’arsenal (avec aussi les statistiques et les mensonges directs). J’en dĂ©veloppe plusieurs. On nous dit par exemple « accueillir des immigrĂ©s comme aux USA fera venir des Steve Jobs et vous aurez des champions de la tech ». MĂȘme si ce n’est pas strictement impossible en thĂ©orie, en pratique c’est un syllogisme. C’est comme si on vous disait : « Laure Manoudou nage le 100 mĂštres en une minute avec un sac de patates sur le dos ; donc si on nage avec un sac de patates sur le dos, on nage comme Laure Manaudou. »

Les Ă©conomistes du systĂšme sont d’authentiques charlatans.

Le syllogisme Ă©conomique ou comment mettre en Ă©chec l’oligarchie, Christophe Poitou, Éditions Dualpha, PrĂ©face d’Olivier Pichon, collection «Patrimoine des HĂ©ritages », dirigĂ©e par Philippe Randa, 142 pages, 18 euros. Pour commander ce livre, cliquez ici.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.