Non, non, non, les terribles GAFA ne sont pas le diable ! Oui, oui, oui, ils peuvent aider les médias comme le prouve Google via ses aides à la presse (Google a financé, dans des proportions inconnues et dans des conditions elles aussi inconnues les décodeurs du monde) ou Facebook via des applications et des formations apparemment gratuites essaient de le prouver. Apple aussi via Apple news qui se révÚle bien décevant, sauf pour Apple.

Lancement en fanfare

Au printemps 2019, Tim Cook prĂ©sident d’Apple lance Apple News aux États-Unis et au Canada. La presse va mal ? Bon papa Apple avec son sucre d’orge sous forme d’application va arranger ça. Recette : tĂ©lĂ©charger soigneusement l’application sur votre tĂ©lĂ©phone mobile (iPhone) ou votre tablette (iPad) ou encore votre ordinateur (Mac). Quand l’icĂŽne « payer chaque mois 9,99 dollars » s’affiche cliquer immĂ©diatement « oui » et rentrer vos coordonnĂ©es de carte bancaire. Le plat est prĂȘt.

Vous pouvez dĂ©guster, au choix vous pourrez lire intĂ©gralement environ 300 titres de la presse anglo-saxonne, quotidiens (Wall Street journal), magazines (Time). On allait voir ce que l’on allait voir, les dollars allaient pleuvoir sur les titres partenaires. Quand on aime on ne compte pas.

Tout pour ma pomme : à la Fin c’est Apple qui gagne

Ce qui devait arriver arriva. Quelques mois plus tard les Ă©diteurs dĂ©chantent Ă  plusieurs titres. Tout d’abord Apple garde dans ses poches la moitiĂ© des abonnements. Le solde est rĂ©parti entre les titres en fonction du temps de lecture des articles par titre et par Ă©diteur. Mieux c’est Apple qui gĂšre les abonnements et qui a accĂšs aux prĂ©cieuses donnĂ©es individuelles des abonnĂ©s : profil, coordonnĂ©es postales et bancaires etc. Toutes donnĂ©es monĂ©tisables par la suite. Les grands titres amĂ©ricains profitables comme le New York Times se sont bien gardĂ©s de s’embarquer dans l’aventure. Les GAFA soutiennent bien la presse, comme la corde soutient le pendu.

Article paru sur le site de l’OJIM.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99