Dans ce contexte de fin d’élections lĂ©gislatives en Espagne (2e Ă©dition) oĂč le grand vainqueur est de nouveau Mariano Rajoy (PP), une nouvelle rĂ©jouissante et habituelle nous vient de la ligne TGV de Barcelone. La Guardia Civil aurait arrĂȘtĂ© 14 personnes dans le cadre d’une enquĂȘte de dĂ©tournement de fonds publics pour les travaux de la ligne TGV de Barcelone pour la modique somme de 82 millions d’euros. EmployĂ©s de sous-traitants, fonctionnaires, employĂ©s d’entreprises d’assistance technique, auraient surfacturĂ© de nombreuses prestations avec, Ă©videment, de l’argent public.

Le mĂȘme type d’affaire avait Ă©claboussĂ© la ligne AVE entre Saragosse et Barcelone en 2014, pour une surfacturation prĂ©sumĂ©e de 6 millions d’euros et une dizaine de personnes avait Ă©tĂ© arrĂȘtĂ©e.

Il n’y a pas une semaine, sans que la presse nationale ne dĂ©terre une affaire de corruption Ă  grande Ă©chelle, mettant aussi bien en cause Monsieur/Madame tout le monde, que des petits fonctionnaires, jusqu’aux hautes sphĂšres de l’État, de grandes entreprises ou de banques. Et le pire de tout est qu’aprĂšs deux Ă©lections, le PP (Parti Populaire) entachĂ© par de nombreuses affaires de dĂ©tournements de fonds de la part de certains hauts cadres, est de nouveau plĂ©biscitĂ© par les Ă©lecteurs espagnols.

Cela donne rĂ©ellement l’impression que ces affaires Ă©tant quotidiennes, cela ne choque mĂȘme plus l’opinion publique et que l’acceptation a remplacĂ© le dĂ©goĂ»t.

(Source : El Pais)

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.