par Christian Ricard.

Je connais le Groupe des Brigandes depuis leur premier album. Je l’ai dĂ©couvert sur YouTube. Leur insolence, leurs textes, leur charme m’a sĂ©duit tout de suite. J’ai regardĂ© leurs entretiens sur TV LibertĂ©s, ou sur YouTube avec le contestataire Tepa. Leurs confĂ©rences sur Radio Brigande.

Leur discours Ă  contre-courant de la bien-pensance est empreint d’intelligence, de clairvoyance et d’originalitĂ©. J’ai suivi les attaques qu’elles subissent en tant qu’ĂȘtres libres, rĂ©sistants au systĂšme. L’enracinement, la recherche de la Tradition, le goĂ»t du Vrai, l’Amour de la France, le mĂ©pris de l’argent en font des ennemies dĂ©clarĂ©es de l’ordre mondial cosmopolite et marchand (OCMM). J’ai assistĂ© Ă  l’un de leur concert et j’ai nouĂ© une petite relation courrielle avec leur secrĂ©taire, commentant et apprĂ©ciant leur travail.

La Haine est fĂ©roce, les accuser de nationalisme et de fascisme n’était pas suffisant. Alors on les accusera d’ĂȘtre une secte. Dans notre sociĂ©tĂ© Ă©clatĂ©e, oĂč la famille est moquĂ©e ou dĂ©truite, les Brigandes ont reconstruit une cellule de sociĂ©tĂ© traditionnelle, un Clan.

Ayant une activitĂ© commune, « la musique », elles ont choisi de mettre en commun leurs ressources et leurs dĂ©penses. Elles ont choisi un lieu commun, une belle et vaste bĂątisse Ă  la Salvetat sur Agout, (vous savez le pays de cette source pĂ©tillante du Languedoc) et les familles, car les brigandes vivent en famille avec des compagnons ou des Ă©poux et des enfants beaux et polis, tout en conservant leurs intimitĂ©s, partagent les tĂąches du mĂ©nage, de la nourriture. Quoi de plus intelligent dans ce monde oĂč l’économique et la consommation dominent tout, que de rĂ©duire les frais individuels en collectivisant les charges. Étrange que nos gauchistes Ă©colo et partageux ne trouvent pas admirable cette dĂ©marche collective. Ah ! Mais cela ne s’appelle pas un kolkhoze, c’est un Clan.

Comme le Mir Russe, le clan est une rĂ©union de familles oĂč les dĂ©cisions sont prises en commun dans l’intĂ©rĂȘt de tous : simplement selon le bon sens.

Combien cette dĂ©marche met en danger l’Ordre cosmopolite mondial et marchand ! C’est tellement plus simple de contrĂŽler et soumettre l’individu. Un Clan, c’est un rassemblement d’énergie, de volontĂ© et de rĂ©sistance. Inacceptable ! Alors, Haro sur le Clan !

Le 4 aoĂ»t dernier, un groupe d’Antifas, les mĂȘmes animaux qu’à Notre-Dame-des-Landes (l’ex-nouveau aĂ©roport de Nantes), sales, droguĂ©s, excitĂ©s et manipulĂ©s par les tenants de l’OCMM (voir plus haut) a investi le village de la Salvetat sous le thĂšme « les habitants de la Salvetat en ont assez des Brigandes ». Manifestation de rue, tracts, peintures Ă  la bombe, dĂ©tĂ©rioration du mobilier public, la vermine Ă©tait Ă  son aise. Comme Ă  Nantes, comme Place de la RĂ©publique Ă  Paris.

Mais ici, peu de bobos admiratifs, mais des gens de la terre, du bon sens, de la tradition. La rĂ©action gĂ©nĂ©rale de la population de la Salvetat Ă  part les tĂ©moins militants melenchonistes locaux ou choisis selon les mĂȘmes critĂšres, dans d’autres communes par FR3 ou le Midi (prĂ©tendu) Libre n’a pas Ă©tĂ© favorable aux crasseux. Comme cela m’a Ă©tĂ© dit cette fois librement et spontanĂ©ment : « Ça bouge en ce moment Ă  la Salvetat, oh ! pas Ă  cause des Brigandes, mais de ces voyous venus de l’extĂ©rieur pour foutre le b  ».

Partant en vacances au Portugal, je me suis organisĂ© un itinĂ©raire qui passait par la Salvetat. J’ai sollicitĂ© les Brigandes pour une visite et ce fut une invitation Ă  dĂźner.

J’allais entrer dans l’intimitĂ© du Clan.

L’accueil d’Antoine fut cordial et lĂ©gĂšrement formel (il est nĂ©cessaire d’ĂȘtre rĂ©servĂ© Ă  l’accueil d’un inconnu) dans une belle piĂšce meublĂ©e d’un bel ensemble de fauteuils indonĂ©siens (racistes, les Brigandes ?) en bois massif disposĂ©s en cercle, les murs dĂ©corĂ©s de tentures peintes reprĂ©sentant des scĂšnes vikings, Ɠuvre d’une Brigande qui « ne se contente pas de paroles de haine et produit de la peinture de haine » (dixit les crasseux de l’Antifa).

Antoine, porte-parole des Brigandes, invité de Radio Libertés.

Antoine, porte-parole des Brigandes, invité de Radio Libertés.

Petit Ă  petit, en mĂȘme temps que la glace se brisait, Brigands et Brigandes nous rejoignaient. PoignĂ©es de mains et prĂ©sentations. Mais deux bises sympathiques de Marianne.

Autour de biĂšres, de Martini, de cidre ou de jus de poire, la conversation devint tout Ă  fait amicale.

Je fis la connaissance de JoĂ«l LabruyĂšre, le compositeur des chansons des Brigandes, mais surtout un esprit libre d’une clairvoyance de notre monde et d’une remarquable connaissance de nos traditions. Celui que les bien-pensants accusent d’ĂȘtre le « gourou » de la secte.

Plein de sujets furent abordĂ©s. Bien sĂ»r Ă  la fois sur leurs activitĂ©s, les menaces qu’ils subissent, leur mode de vie, l’anniversaire de Jean-Marie Le Pen, son intelligence et sa droiture, sa reconnaissance et son Ă©motion pour leur chanson : « Vous m’avez redonnĂ© dix ans de vie !!! ».

Nous avons devisĂ© sur l’Histoire, la littĂ©rature, leur façon de travailler leurs albums (six albums : le Grand Remplacement en octobre 2015, France notre Terre en juin 2016, Foutez le camp ! en dĂ©cembre 2016, J’élucubre Ă  Sion en mai 2017, On a le temps de rien en octobre 2017 et Errant et Fugitif en fĂ©vrier 2018 ; six bientĂŽt sept en trois ans et un sous le nom des Salvetoises).

Je ne vois pas de chanteurs main-stream qui en fassent autant. LĂ  encore, c’est la force du Clan, le compositeur vit sous le mĂȘme toit que le musicien, l’arrangeur et les interprĂštes.

Cela aussi ne plaüt pas à l’industrie de la musique.

Nous passons Ă  table.

Un assemblage de six tables disposées en rectangle pour pouvoir accueillir de façon conviviale une douzaine ? Non une quinzaine de personnes.

Au milieu du rectangle, un guéridon supporte une magnifique maquette de drakkar.

Les Brigandes assument leurs rĂ©fĂ©rences. La Tradition, Le Paganisme et l’Europe ChrĂ©tienne, Jeanne d’Arc et Rollon, le Donbass et la Sainte Russie. C’est notre Histoire, celle de la France et de L’Europe.

Celle de nos peuples, Celtes, Vikings, Grecs, Slaves. Peuples d’Europe de race blanche cultivant l’indĂ©pendance et l’honneur.

Le repas fut pour moi un vrai moment de bonheur, de simplicitĂ©, de gentillesse, d’amitiĂ©, de fraternitĂ© et d’humour.

Et, en plus, délicieux.

Le Clan est végétarien. Pas pour des raisons compliquées, mais simplement par bon sens.

Nous prétendons aimer la Vie, les chiens, les chats, les chevaux, les mignons petits agneaux, les oiseaux, les canards et les poulets. Et nous acceptons de manger leurs chairs mortes en cannibales ?

La chanson « l’ami fidĂšle » dit tout. Quelques mots suivirent sur Brigitte Bardot qui aime les Brigandes et qui est, ne l’oublions pas, toujours amie de Jean-Marie Le Pen. « Brigitte Bardot et la charia ça ne s’accorde pas  ».

Sur un buffet, un houmous délicieux, une salade, une sauce vinaigrette et une sauce basilic, mais surtout un gratin de pommes de terre et un gratin de blettes absolument parfumés et goûteux.

Je me suis régalé et servi deux fois.

Comme me l’avait dit en riant Antoine, les Brigands et les Brigandes boivent du vin « vĂ©gĂ©tarien ». Eh bien oui ! Ce n’est que du jus de fruit, aprĂšs tout. La table Ă©tait bien approvisionnĂ©e en vin rouge et blanc.

DĂ©tail amusant, les Brigandes boivent du vin et la plupart des Brigands de l’eau. SupĂ©rioritĂ© de la Femme d’Occident, je pense.

La conversation ne languit pas. Nos sujets favoris furent Ă©changĂ©s. Je me sentais lĂ  tout Ă  fait dans le Clan. Nos pensĂ©es se rĂ©pondaient. Nos goĂ»ts en littĂ©rature, en histoire, en philosophie se confondaient. Un vrai moment d’harmonie. Une grande fraternitĂ©.

Et puis, ce fut le bonheur d’écouter trois chansons inĂ©dites du futur album qui paraĂźtra fin septembre.

Trois thÚmes : Résistance, La Femme Celte, Vive le Roi.

Chaque chanson est un chef-d’Ɠuvre. J’attends avec impatience la parution.

Puis nos conversations reprirent, alimentĂ©es par l’audition. Je goĂ»tais Ă  un dĂ©licieux limoncello fait par la mĂšre du chevrier qui les fournit en fromages. Comme quoi, les gens de la Salvetat n’aiment pas les Brigandes


Le Temps passait, les Brigandes ont aussi des tĂąches maternelles et mĂ©nagĂšres, le temps du sommeil doit ĂȘtre respectĂ©. C’est Ă  regret que nous nous sommes quittĂ©s, mais en se promettant de se revoir.

Poignées de mains avec les Brigands et bises affectueuses des Brigandes.

Le 1er septembre les Brigandes donnent un concert pour la FĂȘte de la Ligue du Midi 2018 en Petite Camargue

Je pense ne pas pouvoir y aller ayant d’autres obligations, mais


En tout cas, lecteur, je te conseille d’y assister.

« Ne tiens jamais pour vĂ©ritable ce que tu n’as pas jugĂ© de ton libre examen ». Ce prĂ©cepte doit ĂȘtre obĂ©i. Face Ă  la propagande mensongĂšre, ouvre les yeux et juge par toi-mĂȘme.

Pour en savoir plus :

Site des Brigandes, cliquez ici.

Blog des Brigandes, cliquez ici.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99