C’est un lieu commun que de dire qu’à une certaine Ă©poque la littĂ©rature canadienne-française Ă©tait enracinĂ©e et fervente. Au sein de ce corpus, une Ɠuvre se dĂ©marque particuliĂšrement pour son patriotisme et son catholicisme, soit Pour la patrie du journaliste ultramontain Jules-Paul Tardivel qui fonda La VĂ©ritĂ©.

Jules-Paul Tardivel. Pour la patrie (1895), Cahiers du QuĂ©bec – Hurtubise HMH, 1975, 308 p.

Jules-Paul Tardivel. Pour la patrie (1895).

Aujourd’hui, on qualifierait Tardivel de « catholique intransigeant », Ă  la maniĂšre d’un Alain Escada de Civitas, parce qu’il acceptait de façon enthousiaste l’ensemble des dogmes qui, jusqu’à Vatican II, dĂ©finissaient la religion catholique.

HabituĂ© Ă  la prose journalistique et politique, Tardivel fit Pour la patrie un immense effort. Anglophone de naissance, opposĂ© en principe au roman comme outil de sĂ©duction du Malin, il parvint tout de mĂȘme Ă  produire un roman d’anticipation dont notre histoire littĂ©raire n’a pas Ă  pĂąlir.

Certes, Tardivel n’a pas l’imagination d’un Orwell, London ou Huxley, et le monde du futur dans lequel il nous projette, celui de 1945, ressemble Ă©trangement Ă  celui de 1895, si ce n’est une petite avancĂ©e technologique ici et lĂ  et une carte gĂ©opolitique qui s’est redessinĂ©e.

Tout part d’ailleurs de ce rebrassage en politique internationale. Le Canada fait face Ă  un triple dilemme : le statu quo sous la tutelle britannique, l’union lĂ©gislative entre les provinces ou encore la sĂ©paration du QuĂ©bec.

C’est dans ce contexte que se dessinent deux camps, bien dĂ©finis comme dans les films hollywoodiens. D’un cĂŽtĂ©, le jeune franc-maçon satanique Aristide Montarval qui brille par son arrogance et son ambition et qui avec les presses de la PensĂ©e Libre et le pouvoir occulte de la Ligue du ProgrĂšs de la province du QuĂ©bec souhaite l’union lĂ©gislative qui viendra sceller le destin des catholiques canadiens français.

Et non, l’auteur n’a pu s’inspirer de l’arrogant Pierre Eliott Trudeau qui rapatria la constitution et qui, appuyĂ© de son CitĂ© Libre, instaura un rĂ©gime sans Dieu et surtout propice Ă  la disparition des QuĂ©bĂ©cois.

Le camp du bien est quant Ă  lui incarnĂ© par le jeune mĂ©decin dĂ©vot Joseph Lamirande qui souhaite la sĂ©paration au nom de la dĂ©fense des siens. Entre le bien et le mal se trouvent Ă©videmment d’autres hommes assaillis par des doutes, tentĂ©s par le Malin ou simplement incertains de ce que le Bien rĂ©clame d’eux.

C’est un roman d’abord et avant tout chrĂ©tien dans le sens oĂč les vertus et les dogmes y sont exaltĂ©s. On comprend l’appui de Mgr FĂšvre Ă  un tel ouvrage, mais de toute façon de la part du Louis Veuillot quĂ©bĂ©cois, on ne pouvait s’attendre Ă  autre chose.

La presse, le pouvoir de la finance, la politique qui avilit tout et les sociĂ©tĂ©s secrĂštes sont mis au banc des accusĂ©s, pourfendus par Joseph Lamirande, l’homme politique que Tardivel aurait peut-ĂȘtre aimĂ© incarner ou du moins qu’il aurait souhaitĂ© soutenir aux Communes.

Cet homme n’est nul autre que l’idĂ©al chrĂ©tien, rĂ©signĂ©, prĂȘt Ă  tous les sacrifices y compris celui de son bonheur et de celui des siens pour faire avancer une cause noble et juste. Plus grande est la vertu, plus grandes sont les grĂąces accordĂ©es et comme le rappelle Tardivel, la rĂ©demption ne peut venir que de la vĂ©ritĂ© et surtout de la volontĂ© de Dieu.

Jules-Paul Tardivel. Pour la patrie (1895), Cahiers du QuĂ©bec – Hurtubise HMH, 1975, 308 p.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

RĂ©mi Tremblay

RĂ©mi Tremblay, Ă©diteur du Harfang, porte-parole de la FĂ©dĂ©ration des QuĂ©bĂ©cois de souche, collaborateur Ă  plusieurs journaux (PrĂ©sent, Livr’Arbitres, Council of Euro-Canadians et Alternative Right) ; il a dĂ©jĂ  publiĂ© le livre "Les Acadiens : du Grand DĂ©rangement au Grand Remplacement" et "Le Canada français, de Jacques Cartier au gĂ©nocide tranquille" (avec Jean-Claude Rolinat) aux Ă©ditions Dualpha. Il est le correspondant d'EuroLibertĂ©s au Canada.

Articles similaires