On sait ce qu’il en coĂ»te en Europe de proposer des rĂ©fĂ©rendums ou de laisser des partis populistes se prĂ©senter aux Ă©lections : du rĂ©cent Brexit d’Outre-manche Ă  l’élection prĂ©sidentielle autrichienne qui se rejouera en automne
 en passant par la France oĂč le Front national caracole en tĂȘte des urnes, les mĂ©dias ont beau mĂ©dire, les politiciens ont beau affoler, les candidats « hors SystĂšme » ou plutĂŽt « anti-SystĂšme » sont lĂ  et bien là !

L’exemple de Donald Trump dans l’actuel course prĂ©sidentielle aux USA le confirme. Pas un jour sans que les mĂ©dias (surtout français, mais pas que !) ne s’affolent d’un de ses bons mots ou d’une de ses tirades sacrilĂšges, annonçant aussitĂŽt soit sa dĂ©gringolade dans les sondages, soit qu’il est lĂąchĂ© par des tĂ©nors du  GOP (en anglais : Grand Old Party). Seulement
 rien n’y fait, il est toujours dans la course et plus que jamais.

Donald Trump

Donald Trump

Pour preuve, la rĂ©cente dĂ©couverte du financement actuel de sa campagne par un Ă©lectorat extrĂȘmement modeste. Et pas pour des clopinettes : 82 M$ (73,4 M€) de soutiens sonnant et trĂ©buchant, chacun entre 10, 25 ou 50 $ (entre 9, 22 et 45 €), mais si les petites riviĂšres font les grands fleuves, les petits ruisseaux peuvent, Ă  l’évidence, devenir des torrents.

Car 82 M$, c’est autant que les financements reçus par Hillary Clinton
 mais, elle, de donateurs pour la plupart trĂšs fortunĂ©s !

Alors, que quelques grincheux rĂ©publicains lĂąchent « The Donald » ou que les nantis d’Hollywood ou de Wall street se bouchent le nez Ă  son passage, que lui importe si, le jour du vote, des « hordes de gueux » lui font confiance


Paru dans le quotidien Présent

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

.

A propos de l'auteur

Philippe Randa

Directeur du site EuroLibertĂ©s. Ancien auditeur de l’Institut des Hautes Études de DĂ©fense Nationale, chroniqueur politique, Ă©diteur (Ă©ditions Dualpha, DĂ©terna et L'Æncre) et auteur de plus d’une centaine de livres. SociĂ©taire de l’émission « Bistrot LibertĂ© » sur TVLibertĂ©s, il co-anime avec Roland HĂ©lie l'Ă©mission « SynthĂšse » sur Radio LibertĂ©s tous les jeudi. Ses chroniques politiques sont publiĂ©es chaque annĂ©e en recueil sous le titre : « Chroniques barbares ».

Articles similaires